Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Qui attaque précisément le Monde ?

Qui attaque précisément le Monde ?

© Infowars, par Paul Craig Roberts, le 2 Décembre 2010

Les cochons sifflent. Hillary Clinton dépeint les fuites de câbles diplomatiques de Wikileaks comme une « attaque contre la communauté internationale. » Révéler la vérité est l’équivalent, aux yeux du gouvernement U.S. à une attaque contre le monde.

C’est la faute à Wikileaks que tous ces diplomates U.S ont écris un quart de million de messages à propos des alliés Américains, A.K.A. pantins des États-Unis. C’est aussi la faute à Wikileaks qu’un membre du gouvernement U.S. ne pouvait plus digérer les manières cyniques que le gouvernement U.S. utilise pour manipuler ses gouvernements étrangers à servir, pas leur propre peuple, mais les intérêts Américains, et donna l’évidence compromettante à Wikileaks.

Le gouvernement U.S. pense actuellement que c’est le devoir patriotique de Wikileaks de leur rendre les évidences et d’identifier le traitre. Après tout, nous ne devons pas laisser le reste du monde découvrir ce que nous allons faire. Ils pourraient arrêter de croire nos mensonges.

Le magazine influent Der Spiegel a écrit: « Ce n’est rien d’autre qu’une fonte politique des affaires étrangères U.S. » [“It is nothing short of a political meltdown for U.S. foreign policy.”]

Cela peut être un espoir plus qu’une réalité. La « Menace Soviétique » durant la seconde moitié du XXè siècle a autorisé le gouvernement U.S. à créer des institutions qui ont sous-ordonné les intérêts d’autres pays à ceux du gouvernement U.S. Après des décennies de suivre la gouvernance U.S., les « chefs » Européens ne connaissent aucune autre manière d’agir. Découvrir les mauvais mots et déceptions du boss n’enflammera pas leurs esprits d’indépendance. Du moins pas avant que l’écroulement économique Américain ne devienne plus visible.

La question est: jusqu’où la presse nous parlera à propos de ces documents? Spiegel lui-même a dit que le magazine permettait au gouvernement U.S. de censurer, du moins en parti, ce qui est posté à propos des fuites. Essentiellement cela veut dire que le public n’apprendra pas à propos du contenu de 4330 documents qui sont « si explosifs qu’ils sont classifiés « NOFORN » (pas pour les étrangers), » voulant dire que les étrangers, y compris les présidents, premiers ministres, et services de sécurités qui partagent des informations avec la CIA ne sont pas permis de lire les documents. Possiblement, aussi, le contenu de 16652 câbles classifiés en tant que « secrets » ne seront pas révélés au public.

Plus essentiellement la presse, considérant les intérêts de ses lecteurs, se focalisera plus sur les commérages et les remarques peu flatteuses des Américains faites à leurs homologues étrangers. Ce sera très bon pour rigoler. Aussi, le gouvernement U.S. tentera de focaliser les médias d’une manière à faire avancer les politiques U.S.

En effet, ça a déjà commencé. Le 29 Nov., National Public Radio a accentué que les câbles montraient que l’Iran était isolé même dans un monde Musulman, rendant cela plus facile pour les Israéliens et Américains d’attaquer. Les fuites de câbles révèlent que le président Égyptien, un pantin Américain, déteste l’Iran, et que le gouvernement d’Arabie Saoudite a longtemps demandé au gouvernement U.S. d’attaquer l’Iran. En d’autres mots, l’Iran est tellement dangereux pour le monde que mêmes ses co-religieux veulent l’éradiquer de la surface de la Terre.

NPR présenta plusieurs « Experts Iraniens » non-objectifs qui ont dénigré l’Iran et ses chefs et ont déclaré que le gouvernement U.S., en résistant à l’appel de bombarder l’Iran à ses alliés du Moyen Orient, avait en fait une image modérée. Le fait est que le Président George W. Bush a déclaré que l’Iran était un membre de « l’axe du mal » et menaça plusieurs fois d’attaquer l’Iran et que le Président Obama continue les menaces – Admiral Michael Mullen, directeur du U.S. Joint Chiefs of Staff, a juste réitéré que les U.S.A. n’ont pas nettoyer l’option d’attaquer de la table – ne sont pas perçus par les « Experts Iraniens » Américains en tant qu’indications d’autre chose que de la modération Américaine.

D’une certaine manière, NPR n’a pas percuté que ce n’est pas l’Iran mais Israël qui massacre quotidiennement des civiles au Liban, à Gaza, et la côte Ouest, et que ce n’est pas l’Iran mais les U.S.A et les mercenaires de l’OTAN qui massacrent des civiles en Irak, Afghanistan, Yémen et au Pakistan.

L’Iran n’a pas envahit ses voisins, mais les Américains ont envahit ma moitié des pays de part le monde.

Les « experts Iraniens » ont traité la haine de l’Iran de la part des chefs Saoudiens et Égyptiens comme une justification des gouvernements U.S. et Israéliens de démoniser l’Iran. Pas un seul « expert Iranien » n’a été capable de pointer que les tyrans qui dirigent l’Égypte et l’Arabie Saoudite ont peur de l’Iran car le gouvernement Iranien représente les intérêts des Musulmans, et que les gouvernements Saoudiens et Égyptiens représentent les intérêts Américains.

Pensez ce que ça fait d’être un tyran qui supprime les aspirations de son propre peuple dans le but de servir l’hégémonie d’un pays étranger, alors qu’un gouvernement Musulman voisin lutte à protéger l’indépendance de son peuple de l’hégémonie étrangère.

Sans aucun doute, les tyrans deviennent anxieux. Et si leurs sujets opprimés se mettaient à avoir des idées?

Aussi longtemps que le dollar a suffisamment de valeur pour qu’il puisse être utilisé par des gouvernements étrangers pour acheter, l’information nuisible pour le gouvernement U.S. n’aura pas énormément d’effets. Tel qu’Alain de Lille l’a dit il y a bien longtemps, « L’argent est tout. »

Dr. Paul Craig Roberts


Publié le 5 décembre, 2010 dans Etats-Unis, Islam, Nouvel Ordre Mondial, Wikileaks.

Laissez un commentaire