Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Des bactéries se nourrissent d’arsenic

Des bactéries se nourrissent d’arsenic

© Sciences & Avenir

Une bactérie peut vivre et se développer entièrement à partir d’arsenic annoncent des chercheurs dans une nouvelle étude.

De l’arsenic à la place du phosphate

C’est la Nasa qui a annoncé, jeudi, cette découverte lors d’une conférence de presse qui a fait couler beaucoup d’encre, car il était annoncé une découverte importante dans le domaine de l’astrobiologie, c’est-à-dire l’étude des formes de vie extraterrestres. Ce n’est pourtant pas des petits hommes verts qu’ont décelé Felisa Wolfe-Simon, spécialiste en astrobiologie à l’USGS, et ses collègues mais une bactérie bien terrestre qui a remplacé dans son mode de vie le phosphate par l’arsenic.

C’est la première fois qu’un micro-organisme capable d’utiliser un élément chimique toxique en lieu et place du phosphate habituel pour croître est découvert. L’arsenic est normalement très toxique pour les organismes vivants car il bloque la chaîne respiratoire des cellules, se comportant en analogue du phosphate. Des organismes capables de modifier chimiquement l’arsenic avaient déjà été trouvés suite aux empoisonnements par l’eau au Bengladesh et ailleurs en Asie, quand les gens ont voulu utiliser l’eau de puits pour éviter le choléra associé aux eaux de surface.

Une forme de vie nouvelle


Image obtenue grâce à un microscope électronique à balayage des bactéries. NASA/Science/AAAS

Dans leur étude, publiée dans la revue Science, les chercheurs relatent l’histoire de cette bactérie détectée dans un environnement particulièrement hostile, le lac Mono, en Californie, qui présente des taux élevés de sel et d’arsenic. Elle fait partie de la famille des Halomonadacée, un groupe de microorganismes capables de supporter une grande concentration de sel. Au laboratoire, les chercheurs ont fait pousser la bactérie dans des boîtes de Pétri en remplaçant progressivement le phosphate par l’arsenic jusqu’à ce qu’elle se développe sans plus aucun phosphate, un élément essentiel de macromolécules telles que les acides nucléiques, les lipides et les protéines présentes dans toutes les cellules.

En utilisant un traceur radioactif, l’équipe a pu suivre avec précision le trajet de l’arsenic dans la bactérie, de son absorption à son incorporation dans les diverses composantes de la cellule. L’arsenic avait complètement remplacé toutes les molécules de phosphate jusqu’à celles de son ADN. Ce qui est unique sur Terre. Quel rapport avec la Nasa ? Cette découverte pourrait suggérer que des formes de vie sont possibles sur d’autres planètes réputées pourtant invivables. Une donnée qui sera prise en compte lors des prochaines missions d’exploration spatiale à la recherche d’une forme de vie extraterrestre, cette fois.


Publié le 3 décembre, 2010 dans Science.

Laissez un commentaire