Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Après les Etats-Unis, le site de WikiLeaks indésirable en France

Après les Etats-Unis, le site de WikiLeaks indésirable en France

© AFP

PARIS — WikiLeaks, « chassé » des Etats-Unis, est désormais indésirable en France où le gouvernement, qualifiant le site de « criminel », a demandé vendredi que le serveur français OVH, qui accueille une partie de son contenu, mette fin au plus vite à cet hébergement.

L’hébergeur a fait savoir qu’il allait se tourner vers la justice pour qu’elle statue car, selon lui, « c’est comme que ça doit marcher dans un pays de droit ».

« La France ne peut héberger des sites internet qui violent le secret des relations diplomatiques et mettent en danger des personnes protégées par le secret diplomatique », a affirmé Eric Besson, le ministre de l’Industrie en charge du numérique, dans une lettre adressée au CGIET (Conseil général de l’industrie, de l’énergie et des technologies, chargé de donner des avis). Il demande ainsi à cet organisme d’indiquer au plus vite les moyens de mettre un terme à l’hébergement de WikiLeaks en France.

« On ne peut héberger des sites internet qualifiés de criminels et rejetés par d’autres Etats en raison d’atteintes qu’ils portent à leurs droits fondamentaux », explique M. Besson dans son courrier.

Une partie du contenu de WikiLeaks est hebergé sur le serveur OVH depuis jeudi matin, après l’avoir été auparavant par le serveur américain Amazon.

Amazon, arguant de la violation de plusieurs points de son réglement, a précisé que la décision de ne plus héberger WikiLeaks avait été prise en toute indépendance, et non à la suite d’une requête du gouvernement des Etats-Unis.

Parmi les grands pays, seule la Chine a censuré l’accès à WikiLeaks.

Pour Olivier Tesquet, journaliste au site spécialisé OWNI, la demande d’Eric Besson « ne sert à rien ». « C’est totalement cosmétique » précise-t-il à l’AFP, car « le site pourra toujours être hébergé ailleurs ».

A 18h00, des dizaines de sites miroirs, copiant exactement le contenu de WikiLeaks, étaient en ligne.

« Ensuite, continue-t-il, est-ce que la demande du ministre concerne uniquement le site de WikiLeaks ou l’ensemble des télégrammes diplomatiques américains mis en ligne? Car si c’est le cas, cela veut dire qu’il faut fermer Le Monde, Owni et tous les sites qui ont mis des mémos sur leur site web. En résumé, c’est sans fin, sans fond et sans grand intérêt ».

« Cette lettre ne nous concerne pas puisque nous n’hébergeons pas le site WikiLeaks », a assuré de son côté à l’AFP la directrice de la rédaction du Monde, Sylvie Kauffmann.

La demande d’Eric Besson a en tout cas fait réagir OVH puisque l’hébergeur a annoncé dans un communiqué qu’il allait saisir le juge des référés afin « qu’il se prononce sur la légalité ou pas de ce site sur le territoire français ».

« OVH n’est ni pour ni contre ce site », a expliqué Octave Klaba, son directeur général, qui a ajouté: « OVH est une entreprise qui fournit les infrastructures (…) et notre rôle est d’assurer cette prestation technique. C’est tout. On n’a pas demandé d’héberger ce site ou de ne pas l’héberger. Maintenant qu’il est chez nous on assure le contrat. C’est notre boulot. Il est fonctionnel ».

« Ce n’est pas au monde politique ni à OVH de demander ou de décider la fermeture ou pas d’un site mais à la justice », a estimé M. Klaba, concluant: « C’est comme que ça doit marcher dans un pays de droit.


Publié le 3 décembre, 2010 dans France, Wikileaks.

Laissez un commentaire