Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

WikiLeaks: les conseils des USA à Paris

WikiLeaks: les conseils des USA à Paris

© Le Figaro /AFP

L’ambassade des Etats-Unis à Paris jugeait en 2005 que la France devait « veiller à accorder une place aux musulmans » dans sa société, selon une note diplomatique divulguée par WikiLeaks et relayée aujourd’hui par Le Monde.

Paris « doit veiller à accorder une place aux musulmans dans l’identité française (qu’ils soient des immigrés de la première génération, leurs enfants de la seconde ou de la troisième génération, ou un nombre croissant de convertis) », selon ce télégramme datant d’août 2005.

Par ailleurs, dans un autre message diplomatique, datant de mars 2005, la chancellerie américaine regrette que la France réagisse souvent « différemment au terrorisme et à l’islam radical en fonction de la distance qui l’en sépare ». « Sur son territoire, le gouvernement français réagit pro-activement, avec vitesse et fermeté. Ailleurs dans le monde, c’est bien plus équivoque. Les considérations politiques et diplomatiques pèsent d’un poids considérable », jugeait l’ambassade.

Elle se montrait toutefois admirative de l’efficacité de l’arsenal législatif français. Les magistrats antiterroristes « opèrent dans un autre monde que celui de la justice » et « les critères de preuve pour conspiration terroriste sont bien plus faibles que ceux dans les autres affaires criminelles », selon un télégramme de décembre 2004.

Les diplomates américains en poste à Paris relatent leurs contacts avec des magistrats spécialisés de l’époque, notamment Jean-François Ricard et Jean-Louis Bruguière. Le premier aurait confié à ses interlocuteurs en 2005 que les preuves qui ont conduit à la condamnation du groupe de Djamel Beghal pour un projet d’attentat contre l’ambassade des Etats-Unis, n’auraient pas été « suffisantes normalement pour les condamner », mais a ajouté « que ses services ont réussi grâce à leur réputation ».

L’ambassade raconte également comment Jean-Louis Bruguière se serait épanché sur une enquête en cours lors d’un déjeuner à l’ambassade ou comment il aurait confié être intéressé par un poste de ministre de la Justice en cas d’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy.


Publié le 30 novembre, 2010 dans Etats-Unis, France, Immigration, Wikileaks.

Laissez un commentaire