Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Pas de fric pour la banlieue

Pas de fric pour la banlieue

© Bakchich

Il y a banlieue et banlieue. Ainsi, la ville de Meaux, dont le maire s’appelle Jean-François Copé, bat tous les records en matière d’aides à la « reconstruction ».

Les banlieues en ont de la chance ! Depuis 2004 et la création de l’Anru, l’Agence nationale pour la rénovation urbaine, ces villes où l’urbanisme laissait à penser qu’on avait oublié que des gens y vivaient connaissent de meilleurs jours. Adieu, tours, barres et quartiers à l’habitat décrépit.

Grâce à l’injection de sommes faramineuses – 12 milliards d’euros, a dit Jean-Louis Borloo, ministre de la Ville à l’origine de l’Anru –, on allait régler son compte au mauvais état de nos lointains faubourgs. Les secondes zones de la République allaient enfin renaître de leurs cendres. Ne parlait-on pas de « plan Marshall des banlieues » après les violentes émeutes d’octobre et novembre 2005 ?

Mais il y a un « mais ». C’est ce que nous a expliqué une enquête de Spécial investigation diffusée sur Canal + le 25 octobre. L’auteur du sujet, Nicolas Bourgoin, s’est posé une question toute bête : après les émeutes et après les belles paroles, qu’est devenu l’argent promis par le gouvernement ? Au hasard de ses pérégrinations, entre deux chantiers cofinancés par l’Anru, notre confrère a découvert que la ville de Meaux (77), dont le maire s’appelle Jean-François Copé, battait tous les records en matière d’aides à la « reconstruction ».

Habituellement, l’Anru finance à hauteur de 30%. Copé, lui, a réussi à faire monter l’aide jusqu’à 53%. Si le maire adjoint à l’urbanisme de Meaux reconnaît sans rougir qu’il y a là, évidemment, un rapport avec le fait que Copé était ministre du Budget en 2004, le principal intéressé, lui, croit nous convaincre quand il feint l’ignorance : « ça a joué, peut-être, à vrai dire j’en sais trop rien. » Ben voyons. Surtout quand, fouillant plus loin, l’enquête découvre que le centre-ville de Meaux, tout ce qu’il y a de plus mignon et propret, a également bénéficié de larges aides pour sa rénovation…

En 2004, donc, Borloo avait annoncé 12 milliards d’euros, financés à part égale par l’État et le 1% logement. Sauf que, depuis mars 2009 et la loi Molle (vous chercherez ce que cache ce curieux acronyme), proposée par la dure Christine Boutin, la contribution étatique à l’Anru a été réduite à… zéro ! Résultat, les villes qui ont lancé d’importants travaux, et à qui on avait promis une aide, ne pourront sans doute pas finir les chantiers. La « poudrière » de Clichy-sous-Bois, comme la décrit son maire, a donc de beaux jours devant elle.


Publié le 8 novembre, 2010 dans France, Société & Culture.

Laissez un commentaire