Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le racisme dans le monde arabe

Le racisme dans le monde arabe

© Site Féminin

Je rentrais chez moi par le métro du Caire, perdue dans mes pensées en écoutant de la musique, quand j’ai remarqué une jeune Egyptienne qui raillait une jeune fille soudanaise. Elle a tendu le bras et essayé d’agripper le nez et la bouche de la fille, et elle a ri quand la jeune fille a essayé d’écarter sa main.

La jeune Soudanaise semblait être une Dinka, du sud du Soudan, et non une Soudanaise du Nord, qui «est comme nous». Elle avait le type Africain noir et était à l’évidence bouleversée.

J’ai enlevé mes écouteurs et j’ai demandé à la femme égyptienne pourquoi elle la traitait ainsi.

Elle a explosé en une tornade de hurlements, exigeant de savoir en quoi ça me regardait. Je lui ai dit que ça me concernait, parce qu’en tant qu’Egyptienne et musulmane dans le métro, son comportement était inapproprié, et que je ne pouvais pas garder le silence là-dessus. Je savais qu’elle était musulmane parce qu’elle portait un foulard.

Je lui ai dit que la façon dont elle traitait la jeune Soudanaise ôtait toute signification au foulard sur sa tête. Sa mère m’a demandé pourquoi je ne couvrais pas mes cheveux et j’ai répliqué que je ne voulais pas être une hypocrite comme elle et sa fille.

Autant j’avais trouvé désolant le comportement de cette jeune femme, autant j’ai été encore plus attristée que les autres femmes dans le wagon du métro aient regardé passivement et n’aient rien dit. Elles n’ont fait aucune tentative pour défendre ni la jeune Soudanaise, ni moi, quand j’ai affronté la femme égyptienne.

Le racisme que j’ai constaté dans le métro du Caire a un écho dans l’ensemble du monde arabe, où les souffrances au Darfour restent ignorées pour deux raisons principales – d’abord parce que les victimes sont des Noirs et nous nous désintéressons des gens à la peau sombre, et ensuite parce que ceux qui provoquent le malheur au Darfour ne sont ni américains ni israéliens, et nous ne faisons attention que lorsque l’Amérique et Israël agissent mal.

Ma querelle dans le métro du Caire était aussi un rappel de nos doubles standars. Nous aimons crier à l’islamophobie quand nous parlons de la manière dont sont traitées les minorités musulmanes en Occident, et pourtant nous ne faisons jamais l’effort d’examiner comment nous traitons nos minorités et les plus vulnérables d’entre nous.

Pour ceux d’entre nous qui évoluent entre des mondes différents – étant un jour la majorité, musulmane sunnite en Egypte, comme moi, et le lendemain la minorité, comme moi, musulmane en Amérique – il est évident que défendre les droits d’une jeune fille soudanaise dans le métro du Caire veut dire défendre mes droits dans le métro de New York.


Publié le 7 novembre, 2010 dans Mondialisation.

Laissez un commentaire