Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Street View : Google reconnaît avoir collecté des données privées

Street View : Google reconnaît avoir collecté des données privées

© Le Monde

L’équivalent britannique de la CNIL va ouvrir une enquête sur le service Street View de Google, après que la société a reconnu avoir bel et bien collecté « par erreur » des URL, des adresses mail et des mots de passe. En mai dernier, Google avait déjà admis avoir enregistré des données privées lors des tournées de ses véhicules en Europe et en Amérique, mais « personne n’avait analysé en détail les données », note Alan Eustace, vice-président à l’ingénierie et à la recherche, sur le blog officiel de l’entreprise. Après investigation, « il est désormais clair que, bien que la majorité des données soient fragmentaires, des emails et des URL entières ont été enregistrés, ainsi que des mots de passe ».

Sur le blog officiel de la société, Alan Eustace se dit « mortifié ». « Chez Google, nous travaillons dur pour gagner votre confiance, et nous savons parfaitement que nous avons gravement échoué ici », écrit-il avant d’annoncer plusieurs mesures internes pour augmenter la protection de la vie privée, comme l’obligation pour les ingénieurs travaillant sur des projets sensibles de suivre une formation spécifique et de signer un code de bonne conduite.

EMAILS ET MOTS DE PASSE ASPIRÉS

Le service Street View, lancé en 2007, permet aux internautes de se déplacer virtuellement dans des grandes villes européennes et américaines grâce à des prises de vues à 360° effectuées par des véhicules de la société. En voulant également cartographier les réseaux Wi-Fi en accès libre, les équipements Google auraient « aspiré » des données privées qui transitaient à ce moment-là sur le réseau.

La nouvelle, officialisée en mai, avait suscité la colère des autorités de plusieurs pays tels que le Canada, la Corée du Sud, l’Australie ou la France, ouvrant chacune leur tour des enquêtes sur le service Street View. Ce dernier rencontre également une forte opposition en Allemagne, où des centaines de milliers d’habitants ont fait savoir leur refus de voir leur habitation prise en photo.
L’Information Commissionner’s Office, équivalent britannique de la CNIL, avait déjà procédé à une enquête préliminaire il y a quelques mois, avant de conclure que les données collectées n’étaient pas « significatives ».


Publié le 25 octobre, 2010 dans Internet, Le Monde.

Laissez un commentaire