Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Chaque année, la planète perd l’équivalent de l’Italie en surfaces cultivées

Chaque année, la planète perd l’équivalent de l’Italie en surfaces cultivées

© Le Monde

Jusqu’à 30 millions d’hectares de surfaces cultivées, soit l’équivalent de la superficie de l’Italie, sont perdus chaque année du fait de la dégradation de l’environnement, de l’industrialisation et de l’urbanisation, a souligné jeudi 21 octobre un rapport de l’ONU. « Cette tendance a des conséquences dramatiques pour des centaines de millions d’agriculteurs, de pêcheurs ou de peuples indigènes », a noté Olivier de Schutter, rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à l’alimentation, lors de la présentation de son rapport (consultable en français et en PDF).

« Aujourd’hui, 500 millions de petits agriculteurs souffrent de la faim car leur droit à la terre est attaqué, a-t-il souligné. Alors que les populations rurales augmentent et que la concurrence avec les grandes entités industrielles croît, les parcelles cultivées par les petits exploitants diminuent année après année. Les agriculteurs sont souvent rejetés vers des sols qui sont arides, montagneux ou sans irrigation. »

Le rapport de M. Schutter souligne que la combinaison entre la dégradation de l’environnement, l’urbanisation et les acquisitions de grandes surfaces par des investisseurs étrangers constitue « un cocktail explosif ». A l’échelle de la planète, « 5 à 10 millions d’hectares de terres agricoles sont perdus chaque année du fait d’une dégradation sévère [de l’environnement] et 19,5 millions de plus sont perdus du fait de l’industrialisation et de l’urbanisation », a expliqué M. Schutter. La pression des très grands exploitants agricoles a accentué ce phénomène. « Chaque année, des investisseurs expriment leur intérêt dans l’acquisition de plus de 40 millions d’hectares de terres arables. (…) Ces développements ont un impact énorme sur les petits exploitants, les peuples indigènes, les bergers et les pêcheurs qui dépendent de l’accès à la terre et à l’eau pour leur existence. »


Publié le 22 octobre, 2010 dans Catastrophes Ecologiques, Le Monde, Mondialisation, Science.

Laissez un commentaire