Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Israël et Palestiniens espèrent toujours la paix en un an

Israël et Palestiniens espèrent toujours la paix en un an

© Reuters

Israéliens et Palestiniens pensent toujours pouvoir conclure un accord de paix dans un délai d’un an malgré le différend sur les colonies juives de Cisjordanie, a déclaré mardi George Mitchell, l’émissaire américain pour le Proche-Orient.

Aucune avancée sur la question des colonies n’a été signalée à Charm el Cheikh, où se sont tenus des pourparlers entre la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, et le président palestinien, Mahmoud Abbas.

Une deuxième séance imprévue de pourparlers entre ces trois dirigeants, accompagnés cette fois de leurs principaux collaborateurs, s’est tenue après le déjeuner.

Un moratoire israélien sur la construction de nouveaux logements dans les implantations juives de Cisjordanie expire le 30 septembre. Les Palestiniens ont menacé de claquer la porte des négociations en cas de reprise des constructions, mais George Mitchell a exprimé son optimisme sur la suite des discussions.

« Le président Abbas et le Premier ministre Netanyahu conviennent toujours que ces négociations, dont l’objectif est de parvenir à un règlement de tous les points clés (du conflit), peuvent être conclues en un an », a-t-il déclaré dans la station balnéaire égyptienne des bords de la mer Rouge.

« BONNE FOI ET SÉRIEUX »

Les pourparlers se poursuivront mercredi à Jérusalem en présence d’Hillary Clinton et des négociateurs israéliens et palestiniens se reverront « dans les prochains jours » avant de nouvelles discussions au plus haut niveau, a-t-il ajouté.

Netanyahu pourrait en outre se rendre à Washington en début de semaine prochaine, rapporte la première chaîne de télévision israélienne.

« Les parties ont engagé aujourd’hui une discussion sérieuse sur les sujets essentiels », a poursuivi George Mitchell. « Le président Abbas et le Premier ministre Netanyahu ont aussi réaffirmé leur intention de s’engager dans ces négociations avec bonne foi et sérieux. »

Aucun de ces deux dirigeants ne s’est publiquement exprimé lors de ce sommet, dont l’hôte était le président égyptien Hosni Moubarak. Mahmoud Abbas et Benjamin Netanyahu ne s’étaient pas rencontrés depuis la reprise, le 2 septembre à Washington, de négociations de paix directes interrompues pendant vingt mois.

Benjamin Netanyahu, dont le gouvernement de coalition est dominé par des formations favorables aux colons, a annoncé dimanche qu’il ne prorogerait pas le moratoire sur les implantations juives. Il a cependant ajouté qu’il pourrait limiter l’importance d’éventuelles nouvelles constructions dans certaines colonies.

« Nous pensons qu’il serait opportun de proroger le moratoire notamment parce que les discussions évoluent dans un sens constructif », a rappelé George Mitchell, conformément à la position défendue par le président Barack Obama.

LES USA RÉCLAMENT DES GESTES DES DEUX CÔTÉS

Washington a conscience qu' »il s’agit d’une question sensible sur le plan politique en Israël », a-t-il toutefois ajouté, invitant également Mahmoud Abbas à « prendre des mesures qui aident, encouragent et facilitent le processus (de paix) ».

Nabil Abou Rdaïnah, porte-parole d’Abbas, a quant à lui parlé de discussions « sérieuses », mais a fait état d' »obstacles réels ».

Pour les Palestiniens, la construction et le développement de colonies juives sur des territoires qu’ils revendiquent menacent la création d’un Etat viable.

« Nous nous évertuons tous à faire comprendre à Netanyahu que la question des colonies est importante pour les négociations et que pour nous, il ne peut y avoir de pourparlers sur la fin de l’occupation alors que l’occupation se renforce », a déclaré le négociateur palestinien Nabil Chaas.

« Si l’on s’attend à ce que seul Israël fasse des concessions, alors ce n’est pas la bonne recette pour une réussite des pourparlers », a répliqué Mark Regev, porte-parole du Premier ministre israélien.

Hillary Clinton a quant à elle invité les deux parties à prendre les mesures nécessaires pour régler la question des colonies.

Ces négociations constituent un enjeu important pour Barack Obama avant le renouvellement partiel de la Chambre des représentants et du Sénat lors des élections de mi-mandat aux Etats-Unis en novembre.

Hillary Clinton s’est rendue à Jérusalem pour reprendre les discussions mercredi et doit se rendre d’ici jeudi à Ramallah et à Amman. Ensuite, George Mitchell envisage de se rendre en Syrie et au Liban pour tenter d’oeuvrer à une paix plus globale dans la région, a déclaré un responsable américain ayant requis l’anonymat.

Avec Marwa Ahmad à Charm el Cheikh, Edmund Blair au Caire et Mohammed Assadi à Ramallah, Bertrand Boucey et Jean-Philippe Lefief pour le service français


Publié le 15 septembre, 2010 dans Sionisme & Israël.

Laissez un commentaire