Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le patron de l’antiterrorisme français « inquiet »

Le patron de l’antiterrorisme français « inquiet »

© Le Monde

Le patron de l’antiterrorisme français Bernard Squarcini assure que la menace d’un attentat sur le sol français « n’a jamais été aussi grande », citant comme principale source d’inquiétude Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), dans un entretien publié, samedi 11 septembre, par le Journal du Dimanche.

« Nous sommes aujourd’hui au même niveau de menaces qu’en 1995 », année marquée par une vague d’attentats en France, estime le chef de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). « Tous les clignotants sont dans le rouge », ajoute-t-il. « Aujourd’hui, compte tenu des signalements qui nous sont transmis par nos partenaires étrangers et de nos propres observations, il y a des raisons objectives d’être inquiets. ».

Le patron de la DCRI estime que la France « fait l’objet d’un intérêt très particulier de certains mouvements islamistes radicaux », « à cause de son histoire, de son engagement en Afghanistan, de prises de positions fermes en matière de politique étrangère et de débats de société comme la loi sur le voile intégral ».

Mais le chef de la DCRI dément toute radicalisation significative des musulmans de France. « Sur 6 millions de musulmans en France, il y a peut-être 300 individus qui posent problème » et une « trentaine » de lieux de culte sur quelque 1 800. Interrogé plus précisément sur le niveau de menace que représente AQMI, le patron de l’antiterrorisme répond: « On s’attend à avoir des attentats sur notre territoire ». Il a répété que ses services déjouaient « en moyenne deux attentats par an ».

« AL-QAIDA EST FOCALISÉ SUR SA PROPRE SURVIE »

Ces déclarations interviennent alors que le réseau Al-Qaida apparaît plus affaibli. « Les efforts de contre-terrorisme ont placé l’organisation dans une de ses positions les plus difficiles depuis la fin 2001 », a assuré cet hiver Dennis Blair, alors directeur du Renseignement national américain.
« Mais ces efforts, s’ils ont rendu plus difficile l’organisation des complots et des opérations extérieures, n’ont pas été suffisants pour les stopper (…) Tant que la pression sur le sanctuaire d’Al-Qaïda, sur ses chefs et ses cadres opérationnels ne sera pas supérieure à ses capacités à récupérer, l’organisation restera capable de monter une attaque », a-t-il ajouté.

« Le réseau est focalisé sur sa propre survie, qui est intimement liée au sort de ses alliés jihadistes au Pakistan », estime Jean-Pierre Filiu, professeur à l’Institut d’études politiques (Sciences-Po) de Paris et auteur des « Neuf vies d’Al-Qaïda ».

Bien qu’affaiblie, Al-Qaïda reste capable d’accueillir des volontaires étrangers, qui sont formés dans les zones tribales pakistano-afghanes et repartent tenter d’organiser des attentats en Occident. Ce fut le cas de l’Américain d’origine pakistanaise Faisal Shahzad, qui a placé une voiture piégée à Times Square en mai. Mal conçue, elle n’a pas explosé.


Publié le 11 septembre, 2010 dans 11 Septembre 2001, France, Le Monde, Terrorisme.

Commentaires (1)

 

  1. bonjour dit :

    Au canada aussi sa commence à bouger coté les attentats terroristes tout ça à cause que notre premier ministre à suivit les États-Unis

Laissez un commentaire