Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Pourquoi la planète se fiche des Pakistanais?

Pourquoi la planète se fiche des Pakistanais?

© Slate (Pour les liens, visitez l’article original depuis Slate.fr)

Les Pakistanais sont victimes de l’idée préconçue que se font les occidentaux de leur pays: corrompu, terroriste, extrémiste, violent…

Selon les Nations unies, les inondations au Pakistan ont fait plus de dégâts à elles seules que le tsunami de l’océan Indien (2004), le tremblement de terre du Pakistan (2005) et celui d’Haïti (2010) réunis. Pour autant, les Nations unies, les ONG et le gouvernement pakistanais renâclent à apporter leur aide aux sinistrés, qui l’attende depuis des semaines.

Après le tremblement de terre survenu en Haïti, 3,1 millions d’Américains avaient – via leurs téléphones portables – fait chacun un don de 10 dollars à la Croix Rouge; l’organisation avait ainsi réuni 31 millions de dollars environ. Une récente campagne du même type organisée pour le Pakistan n’a récolté que… 10.000 dollars. En 2004, après le tsunami, les organisations d’aide humanitaire avaient recueilli 1.249,80 dollars par victime; ce chiffre était de 1.087,33 dollars après le tremblement de terre d’Haïti. Le tremblement de terre de 2005, au Pakistan, avait lui aussi suscité un plus grand élan de générosité: 388,33 dollars par sinistré. Pour l’heure, les organisations n’ont récolté que 16,36 dollars par victime des inondations.

Pourquoi la communauté internationale fait-elle preuve de tant de réserve face à ce désastre naturel, qui compte pourtant parmi les plus dévastateurs de notre époque? Voilà sans doute le mystère le plus captivant – et le plus grave – du moment.

Tout le monde y va de sa petite analyse, et ne sont pas les hypothèses qui manquent. C’est parce que les gens en ont assez de donner. C’est parce que les gens en ont assez de donner au Pakistan. C’est parce que le gouvernement pakistanais est corrompu, et qu’on ne peut pas lui faire confiance. C’est parce que les victimes sont musulmanes. C’est parce que les gens pensent qu’une puissance nucléaire peut se débrouiller par elle-même. C’est parce que les inondations (et c’est particulièrement vrai ici) sont des phénomènes destructeurs, mais progressifs; la catastrophe n’est pas instantanée. C’est parce que les budgets des pays occidentaux sont plus restreints qu’avant. C’est parce que les effets de la crise financière se font encore sentir…

Il y a du vrai dans toutes ces explications. Mais la raison principale est ailleurs. Au final, si le Pakistan ne reçoit pas d’aides proportionnelles à la gravité de la situation, c’est d’abord et avant tout… parce qu’il s’agit du Pakistan. Si une catastrophe de cette ampleur touchait un autre pays du monde, le reste de la planète traiterait de la question sous un angle humanitaire. Mais le Pakistan n’est pas un pays comme les autres. Lorsque les victimes sont des citoyens d’Haïti ou du Sri Lanka (qui sont loin d’être les pays les plus stables et les mieux gouvernés de la planète), les Américains et les Européens leur ouvrent immédiatement leur cœur et leur porte-monnaie. Mais dès lors qu’il s’agit du Pakistan, l’humanité des victimes s’efface devant l’idée préconçue que se font les occidentaux de ce pays.

Le Pakistan est un pays que personne ne comprend réellement – et qui, pourtant, ne manque pas d’«experts». Si vous êtes expert de la prolifération nucléaire, on fait soudain de vous un expert du Pakistan. Expert du terrorisme? Idem: expert du Pakistan. Spécialiste de l’Inde? Expert du Pakistan! Vous êtes originaire d’Asie du Sud, et vous êtes chercheur, journaliste, ou membre d’un think tank? Bingo: vous êtes aussi expert du Pakistan. Vous en voulez à vos parents de vous avoir envoyé dans une madrasa d’extrémistes quand vous étiez petit? Devinez quoi: vous êtes expert du Pakistan.

Cette unique source d’expertise internationale confère bien évidement au Pakistan l’image d’un pays effrayant. Entre notre peur du terrorisme, l’inquiétude que peut nous inspirer un pays musulman doté de l’arme nucléaire, et l’embarras de la communauté internationale face à un service de renseignement qui fait ce qui lui chante (et non ce que nous voulons qu’il fasse), une chose est sûre: le Pakistan met le monde – et tout particulièrement les Américains – extrêmement mal à l’aise. Selon une étude Gallup datée de 2008, aux Etats-Unis, seuls l’Afghanistan, l’Irak, l’Autorité palestinienne, la Corée du Nord et l’Iran étaient moins populaires que le Pakistan.

Les médias internationaux sont tous fous de l’Inde, et le Pakistan a lui-même commis nombre de fautes. Résultat: ce dernier a fini par devenir le méchant de service. Faites le test: vous aurez bien du mal à trouver un reportage vantant ses incroyables paysages, sa diversité, sa cuisine, sa conception unique de l’Islam, sa passionnante tradition musicale en constante évolution, ou encore ses nombreux sportifs de talent – autant de qualités dont, pourtant, le pays regorge.

Les répercussions? Jugez par vous même. En 2007, lorsque le coach de l’équipe nationale de cricket du Pakistan (un Anglais du nom de Bob Woolmer) a été retrouvé mort dans sa chambre d’hôtel, la presse internationale s’est empressée de se demander s’il avait été tué par l’un de ses joueurs. Cet exemple résume à lui seul nos rapports avec le Pakistan d’aujourd’hui.

Contrairement à ce que peuvent imaginer les nombreux Pakistanais amateurs de la théorie du complot, les soupçons et le mépris que peuvent inspirer leur pays ne sont ni délibérés, ni le fruit d’un savant calcul politique. Voilà simplement ce qui arrive lorsque l’on joue le rôle de l’éternel voyou dans une région que le reste de la planète rêve de transformer en nouvelle Scandinavie. Le monde de l’après 11-Septembre ne peut plus se permettre d’avoir un ghetto dysfonctionnel sur les bras en Asie du Sud et en Asie centrale – si l’on en croit les tenants de la doctrine paternaliste.

Non seulement les Pakistanais semblent peu désireux d’accepter ce programme de transformation de leur région, mais voilà que la nature elle-même semble s’y opposer. Les inondations sont la troisième catastrophe humanitaire de l’histoire récente du pays. Le tremblement de terre de 2005 et les déplacements des populations du district de Swat et des régions tribales de 2009 ont été aussi des désastres. Le soutien de la communauté internationale fut alors précieux, car il a permis d’atténuer l’impact de ces catastrophes. Toutefois la plupart des experts s’accordent pour dire que ce sont les Pakistanais – membres du gouvernement comme habitants – qui ont fait le plus gros du travail.

Les inondations de 2010 ont changé la donne. Ce pays ne sera jamais le même; ne pourra plus jamais l’être. Il lui faudra des années pour se relever de cette catastrophe; des pertes humaines, des maladies, de la pauvreté et de la souffrance. Retirer les tonnes de boue, nettoyer, reconstruire les principales autoroutes, canaux et stations de pompage coûteront si cher que le simple calcul du montant des dommages sera sans doute en lui-même une tâche fastidieuse. La reconstruction de ces infrastructures vitales sera un défi d’une ampleur sans pareille.

Je me suis rendu il y a peu à Pashtun Ghari, village relativement prospère de la province de Khyber Pakhtunkhwa. Pashtun Ghari est situé à deux pas de l’historique Grand Trunk Road et à trois kilomètres du fleuve. Les sinistrés ne se sont pas plaints d’avoir été abandonnés par les autorités; ils semblaient même assez satisfaits de l’aide qu’on leur avait apportée. Pour autant, les habitants étaient frappés d’une tristesse inconsolable: tout le bétail du village – quelque 2.300 vaches – avait péri sous les eaux, qui s’élevaient à plus de trois mètres lors de la première vague d’inondation.Le bétail est à la fois un capital et une source de revenus pour les villageois pakistanais qui vivent le long de l’Indus. Il est presque impossible de se relever d’une perte de cette ampleur.

Le fait que les populations du reste du monde ne portent pas le Pakistan dans leur cœur ne rend pas moins humaines les victimes de cette catastrophe; il ne rend pas non plus leur souffrance moins insupportable. Il est parfaitement possible de porter un regard critique sur les hommes politiques pakistanais; de dénoncer leur aveuglement et leur cupidité. Il n’y a rien d’anormal à s’inquiéter de la grande influence dont jouissent les services de renseignement pakistanais, et des rapports indiquant qu’ils soutiennent toujours les talibans d’Afghanistan. On peut même excuser les certitudes fantaisistes de certains, qui vont jusqu’à penser que quelques centaines de terroristes talibans et de membres d’al Qaida sont en mesure de s’emparer d’un pays défendu par plus de 750.000 hommes et femmes de l’armée pakistanaise, et par les 180 millions de contribuables qui paient les salaires de ces derniers.

Mais va-t-on demander aux fermiers de Pashtun Ghari, de Muzzafararh et de Dera Ghazi Khan, de Shikarpur et de Sukkur d’apaiser eux-mêmes ces peurs avant d’espérer pouvoir recevoir les aides qui leur permettront de trouver de nouveaux moyens de subsistance? Vingt millions de personnes sont aujourd’hui à la recherche d’un endroit sec où pouvoir dormir, d’un peu de nourriture, d’une gorgée d’eau potable – et les seules questions que nous nous posons ont trait à la politique et à la sécurité internationale. Le Pakistan n’est pas le vrai problème. Le problème se trouve à la source de ces fameuses questions.

Le leadership moral des dirigeants pakistanais est certes plus qu’affligeant, mais punir des millions de sinistrés sans défense serait la pire des façons de signifier notre rejet des élites pakistanaises, de leur duplicité et de leur corruption. Les pauvres, les affamés et les sans-abri ne font pas partie d’un complot monté par l’ISI dans l’espoir de vous soutirer votre argent. Ils mettent à l’épreuve votre humanité. Ne suivez pas l’exemple des élites pakistanaises; ne les trahissez pas. Ce serait immoral; inhumain. Quelles que soient nos inquiétudes, oublions le reste de nos questions, et posons-nous celle-ci: «Comment puis-je les aider?»

Mosharraf Zaidi

Traduit par Jean-Clément Nau

Photo: Un garçon victime des inondations attend une distribution de nourriture Tim Wimborne / Reuters


Publié le 26 août, 2010 dans Monde.

Commentaires (1)

 

  1. Chiff dit :

    « Les Pakistanais sont victimes de l’idée préconçue que se font les occidentaux de leur pays: corrompu, terroriste, extrémiste, violent… »

    J’aime bien ce site, mais je trouve que l’auteur s’égare en défendant l’islam et les pays islamiques en les érigeant au rang des martyrs de l’individualisme et racisme occidentaux. L’islam est l’avatar parfait du NOM, expansionniste à souhait et ne lâchant pas un pouce du terrain conquis. Son but ultime -Dar al islam- le monde soumis à son idéologie.

    Pour en revenir au Pakistan : http://tinyurl.com/2b4qzdc

    Contradictoire avec le début de l’article, pas vrai?

Laissez un commentaire