Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Fuites sur l’Afghanistan: « rien de nouveau » sur les forces françaises, selon Morin

Fuites sur l’Afghanistan: « rien de nouveau » sur les forces françaises, selon Morin

© AFP

PARIS — Le ministre de la Défense, Hervé Morin, a assuré mardi que les documents diffusés par WikiLeaks concernant les forces françaises engagées en Afghanistan n’apportaient « rien de nouveau », parlant d’incidents « déjà largement commentés ».

Parmi les dizaines de milliers d’archives secrètes diffusés par ce site internet d’information spécialisé dans le renseignement, « j’ai vu simplement les documents qui concernent les soldats français où il n’y a rien de nouveau », a affirmé le ministre au journal télévisé de France 2.

« Nous agissons en totale transparence et les faits qui sont dévoilés dans WikiLeaks avaient été déjà largement commentés par la presse », a-t-il ajouté.

Le ministre a confirmé la version livrée un peu plus tôt par l’état-major des armées d’un incident survenu près de Kaboul le 2 octobre 2008 entre un convoi militaire français et un minibus transportant des civils afghans.

Lorsque le minibus s’était infiltré entre deux blindés du convoi, passant outre les avertissements d’un militaire, des éclats de balles de deux tirs de sommation au sol avaient fait « quatre blessés très légers, dont un enfant », selon l’état-major, ce qu’a confirmé M. Morin interrogé sur le sujet. WikiLeaks faisait état de huit enfants blessés.

« Ce sont les véhicules piégés que nous craignons par dessus tout », a-t-il dit pour expliquer les tirs français en l’air puis au sol. Des « procédures classiques », a-t-il souligné.

De manière générale, « on n’a pas de commentaire global et formel à faire sur ce qu’on trouve sur WikiLeaks », avait-on aussi indiqué à l’état-major des armées dans l’après-midi.

Aux Etats-Unis, où la guerre en Afghanistan est impopulaire, les voix critiques se sont amplifiées après la diffusion par ce site de dizaines de milliers de documents militaires confidentiels jetant une lumière crue sur le conflit. Ils contiennent notamment des révélations sur les victimes civiles et les liens supposés entre le Pakistan et les insurgés. Une petite proportion de documents concerne les forces françaises.


Publié le 29 juillet, 2010 dans France, Wikileaks.

Laissez un commentaire