Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Tenir les auteurs du GIEC « à distance » des médias

Tenir les auteurs du GIEC « à distance » des médias

© Le Monde

Méfiez-vous des journalistes. Début juillet, les 831 scientifiques et économistes sélectionnés pour rédiger le prochain rapport du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) ont tous reçu une lettre de la présidence de l’institution onusienne, les invitant à la plus grande prudence dans leurs rapports avec la presse.

Le courrier, révélé samedi 10 juillet sur son blog par Andrew Revkin, professeur à la Pace University de New York, est sans ambages. « Mon conseil sincère serait que vous vous teniez à distance des médias, y écrit le président du GIEC, l’Indien Rajendra Pachauri. Toute question posée sur votre groupe de travail devrait être redirigée vers ses coprésidents et toute question sur le GIEC devrait être redirigée vers son secrétariat. »

A l’évidence, les nouveaux auteurs du rapport 2014 sur le réchauffement n’auront pas uniquement à synthétiser l’état de l’art en sciences du climat. Ils devront aussi composer avec la curiosité de la presse, piquée par une série d’affaires qui, surtout outre-Manche, ont alimenté la chronique depuis la fin 2009. Pendant des mois, la presse britannique a enchaîné les gros titres accusant le GIEC (ou certains de ses auteurs) de complot, d’incurie ou de catastrophisme.

Ces accusations ont depuis été balayées par plusieurs enquêtes, mais il en a résulté une plus grande défiance du public à l’égard des climatologues. Et une grande défiance des climatologues à l’encontre des médias.

En avril, l’organisme onusien faisait circuler parmi ses auteurs un document leur prodiguant des conseils dans leur rapport avec les journalistes, dressant de ceux-ci un portrait-robot peu flatteur : « sous-payés », « débordés », « blasés » et « inquisiteurs ».

Le courrier de M. Pachauri a suscité l’émoi de certains de ses destinataires. Le panel onusien veut-il contraindre ses contributeurs au silence ? L’économiste indien a répondu dans une mise au point, soulignant que les auteurs du GIEC n’en sont pas salariés. Et que, partant, ils peuvent s’exprimer comme membres de leur université ou de leur laboratoire, mais qu' »à ce stade, ils ne devraient pas s’exprimer au nom du GIEC ».

Stéphane Foucart


Publié le 14 juillet, 2010 dans Le Monde, ONU, Réchauffement de la Planète.

Laissez un commentaire