Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Google autorisé à poursuivre son activité en Chine

Google autorisé à poursuivre son activité en Chine

© Nouvel Obs

SHANGHAI (Reuters) – Google a annoncé vendredi que les autorités chinoises avaient renouvelé sa licence d’exploitation, décision qui lui permet de rester présent sur le plus gros marché internet au monde.

Google avait annoncé la semaine dernière qu’il arrêterait de rediriger systématiquement les utilisateurs de son moteur de recherche vers son site de Hong Kong, expliquant que Pékin avait laissé entendre que sa licence ne serait pas reconduite s’il continuait à le faire.

« La Chine a renouvelé notre licence », a déclaré une porte-parole de Google. « Nous sommes très satisfaits que le gouvernement ait renouvelé notre licence ICP (Internet Content Provider ou fournisseur de contenus internet) et nous avons hâte de proposer à nouveau nos produits locaux ainsi que notre moteur de recherche à nos clients en Chine » a-t-elle poursuivi.

Les experts saluent cette décision mais mettent en garde contre tout optimisme excessif. « C’est une bonne nouvelle pour le consommateur chinois, une bonne nouvelle pour l’internet chinois que Google reste disponible dans le pays sous une forme ou sous une autre », estime Ted Dean, du cabinet de consultants BDA.

« Mais bon nombre des problèmes en raison desquels Google avait fermé sa page de recherche chinoise en premier lieu sont toujours là ».

Google avait stupéfié tout le monde en janvier lorsqu’il avait annoncé qu’il pourrait quitter la Chine, affirmant qu’il ne voulait plus se plier aux dispositions de censure obligatoires pour pouvoir y opérer.

NE PAS FAIRE PERDRE LA FACE

En mars, Google avait entrepris de réorienter automatiquement les visiteurs de son site chinois vers une page de Hong Kong donnant des résultats de recherche non censurés. A présent, ceux qui visitent la page Google.cn doivent cliquer sur un lien pour se rendre sur celle de Hong Kong.

« Cela ne change pas grand chose à la position de Google en Chine. Le reroutage vers le site de Hong Kong est toujours en vigueur; donc c’est le même problème qu’avant », souligne Elinor Leung (CLSA, Hong Kong).

Celle-ci pense que la fréquentation chinoise de Google va continuer de diminuer et que les annonceurs se tourneront vers d’autres acteurs, tel que le leader chinois Baidu.

L’activité de recherche de Google en Chine ne représente qu’une partie infime des 24 milliards de dollars (18,9 milliards d’euros) de chiffre d’affaires annuel du groupe américain.

Les analystes estiment que les recettes dégagées en Chine varient de 300 à 600 millions de dollars mais ce sont les perspectives de croissance à long terme qui sont primordiales.

Le marché chinois représente près de 400 millions d’internautes mais le taux de pénétration d’internet n’y est que de 25%. Les opportunités sont donc immenses en termes de recherche, de commerce ou de jeu en ligne, soulignent les analystes.

La part de marché de Google dans la recherche en ligne en Chine est de 30%, un segment évalué à sept milliards de yuans (un milliard de dollars ou 790 millions d’euros) actuellement en Chine.

Quoi qu’il en soit, la décision de Google de ne plus rediriger automatiquement et le renouvellement de sa licence semblent témoigner d’un réchauffement des relations entre Pékin et lui-même.

« En Chine, il est de coutume de ne pas faire perdre la face au gouvernement si vous voulez faire des affaires sur place. La décision du double-clic (soit le fait de ne pas rediriger automatiquement l’internaute) montre que Google sait faire des compromis et ne veut pas vexer Pékin », commente Edward Yu chez Analysis International.

Le contentieux entre Google et Pékin, sur fond d’attaques de hackers, était un des épisodes du conflit diplomatique opposant les Etats-Unis et la Chine, qui se nourrit aussi bien du taux de change du yuan, que du Tibet ou encore des ventes d’armes à Taiwan.

Pour autant, les tensions entre les deux pays se sont apaisées ces derniers temps et la dernière péripétie des affaires chinoises de Google va en ce sens.

L’action Google est en hausse de 3,2% dans les premiers échanges sur le Nasdaq, tandis que Baidu cède 1,5%.

Benjamin Massot et Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Publié le 10 juillet, 2010 dans Chine, Internet.

Laissez un commentaire