Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Quand le sport devient une drogue

Quand le sport devient une drogue

© Destination Santé

« Le sport : c’est bon pour la santé ! » Ce n’est bien entendu pas la première fois que vous entendez ou lisez ce conseil. Et pour cause ! Il est fondé sur les bienfaits réels et démontrés de la pratique régulière d’une activité physique. Toutefois, comme dans bien des domaines d’ailleurs, l’excès de sport peut être néfaste. Au point de conduire à une réelle addiction, et à des souffrances qui ne doivent pas être sous-estimées.

Pratique socialement très encouragée, le sport peut devenir un véritable calvaire s’il se transforme en obsession. Plus précisément en addiction. En effet, lorsque « la pratique sportive devient un véritable rituel, une raison d’être, un besoin vital », le sportif amateur comme l’athlète de haut niveau se retrouvent transformés en véritables drogués. Le Centre de référence sur le jeu excessif de Nantes, (CRJE) évoque ainsi l’addiction au sport parmi les autres addictions comportementales potentielles. Le malade puisqu’il s’agit bien de cela, ressent un besoin « compulsif et irrépressible de pratiquer son sport, malgré les blessures et les souffrances de son corps ».

Physiologiquement, le phénomène est toujours le même : en pratiquant son sport de façon très intensive, le patient devient accro aux hormones et autres neuromédiateurs naturels produits par son organisme. Dopamine, adrénaline ou encore endorphines… Autant de substances auxquelles le sportif devient dépendant à son insu. L’addiction comporte également dans de nombreux cas, une part d’origine psychologique. Notamment lorsque « la pratique sportive devient un refuge, une échappatoire, une solution d’évitement ».


Publié le 4 juin, 2010 dans France, Société & Culture.

Laissez un commentaire