Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Les banques supplient la BCE d’acheter de la dette

Les banques supplient la BCE d’acheter de la dette

© Le Monde

Jusqu’où les taux grecs peuvent-ils monter ? Et pendant combien de temps l’euro va-t-il baisser ? Les marchés sont engagés dans une course que rien ne semble pouvoir arrêter. Vendredi 7 mai, le rendement des obligations grecques a de nouveau crevé le plafond : plus de 12 % pour les emprunts d’Etat à dix ans et 18 % pour les emprunts à deux ans.

L’euro, a repris, lui, son voyage vers les profondeurs : toute la semaine, il a enchaîné les records à la baisse, passant sous le seuil de 1,26 dollar jeudi 6 mai, son point le plus bas depuis 14 mois. Un désaveu pour les dirigeants de la zone euro qui se réunissaient vendredi pour finaliser le plan d’aide à Athènes.

Ce plan, plus personne n’y croit vraiment. Fonds insuffisants, risque d’explosion sociale, menace de contagion au Portugal et à l’Espagne : la crise semble sur le point de dégénérer. Certains grands économistes commencent même à sonner le tocsin de la monnaie unique.

« L’euro en soi est-il en danger ? En un mot, oui », écrit sur son blog le Prix Nobel d’économie, Paul Krugman, qui n’exclut plus des défauts en série. Un jugement partagé peu ou prou par le très europhile Joseph Stiglitz, autre Prix Nobel : si l’Europe « ne règle pas ses problèmes institutionnels fondamentaux, l’avenir de l’euro sera peut-être très bref », s’inquiète-t-il.

Qu’en dit, le gardien de la monnaie unique ? Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, s’est contenté de messages sybillins, jeudi 6 mai, à l’issue du conseil des gouverneurs. Impuissant à enrayer la chute des marchés.

La semaine n’a pas été facile pour le patron de la BCE, qui a adopté, lundi, une mesure d’urgence inédite : l’annulation pure et simple du seuil d’éligibilité des titres grecs acceptés en échange de crédits. Pour soulager les banques, la BCE est prête à accueillir en dépôt des obligations grecques quand bien même celles-ci seraient cataloguées « pourries ».

M. Trichet avait pourtant assuré trois mois plus tôt qu’il ne prendrait jamais du mauvais papier en pension pour le bénéfice d’un seul pays. A-t-il voulu faire montre de souplesse et de pragmatisme ? Les Allemands, eux, n’ont pas du tout aimé. « Le président de la BCE a sacrifié sa crédibilité et celle de toute la banque centrale. Cette institution censée garantir la stabilité de la monnaie », accusait, dans un éditorial au vitriol, le quotidien Die Welt, mercredi.

Outre-Rhin, les défenseurs de l’orthodoxie sont près d’y voir la cause principale de la glissade de l’euro. Les critiques ont sans doute porté, M. Trichet n’ira pas plus loin. Au moins dans un premier temps. Jeudi, il a refusé tout net d’évoquer l’option d’une intervention de la BCE sur le marché pour racheter des emprunts d’Etats. Une méthode dite du « quantitative easing », consistant à faire tourner la planche à billets pour financer les déficits. C’est ce que les dirigeants de 47 grandes banques européennes l’ont suppliée vendredi de faire : être un « acheteur de dernier recours », selon le Financial Times du samedi 8 mai.

Cette politique contredit le mandat historique de la BCE : celui de la stabilité des prix. Mais la banque centrale pourra-t-elle éviter éternellement de recourir à cette arme « nucléaire » ? Pour certains analystes, cet instrument, utilisé pendant la crise par la Réserve fédérale américaine (FED) et la Banque d’Angleterre, serait seul à même de stopper l’engrenage infernal.

Tous ne pensent pas ainsi. « Si la BCE devait décider, un jour, de monétiser la dette publique>, estime Bruno Cavalier, chez Oddo Securities, on pourra ipso facto signer l’acte de décès de l’Union monétaire. »

Marie de Vergès


Publié le 9 mai, 2010 dans Europe & UE, La Bourse & L'Economie, Le Monde.

Commentaires (1)

 

  1. Desty Nova dit :

    L’article 123 du traité de Lisbonne interdit à la Banque Européenne de prêter de l’argent aux états et aux collectivités territoriales. Or c’est de cette façon que l’Etat créait l’argent. Avec cet article, la création monétaire est passée aux mains des banques privées. Chaque fois que l’état a besoin d’argent il doit payer des intérêts aux banques privées pour avoir sa propre monnaie. Avec ce système, les charges de l’état ont quasi doublé. Noun en sommes à rembourser QUE les intérêts de la dette. Ces intérêts représentent 2/3 de l’impôt sur le revenu. Ces intérêts n’existeraient pas si la banque européenne pouvait prêter l’argent aux états sans intérêts comme le faisaient la banque de France avant 1973.
    Tant que la création monétaire est laissée aux banques privées nous serons perpétuellement endettés et eux s’enrichissent sur notre dos. On a retiré ce pouvoir l’état, donc à nous, par crainte de l’inflation, par peur que l’état fasse trop tourner la planche à billets mais, d’une part, cette création serait entre les mains d’une banque indépendante, la BCE, et d’autre part, les banques privées ne se privent pas de cette manne puisque la masse monétaire dans la zone euro a augmenté de 11% par an. Avec une croissance et une inflation trés basses, on peut se demander où est passé cet argent. Rendons le pouvoir de création de la monnaie aux états, donc à nous les citoyens

    http://www.consultations-europeennes-des-citoyens.eu/fr/proposal/2581

Laissez un commentaire