Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’UE s’écroule comme une Tour de Babel

L’UE s’écroule comme la Tour de Babel

© Prison Planet, par Joseph Watson
– Traduction par le webmaster, il y a probablement beaucoup d’incohérences.

Stephen Lewis l’économiste en Chef du Monument Securities dit que le chaos en Grèce pourrait amener à l’effondrement de l’Union Européenne, emportant avec elle la supposition dangereuse que les structures de la gouvernance mondiale apportent avec elles la stabilité en des temps financiers périlleux, mais les vautours de la Banque Mondiale et du FMI attendront comme toujours pour manger les restes d’un pays mourant.

Des travailleurs grecs et des serviteurs civils ont violemment protesté l’accord gouvernemental du terme d’une caution UE-FMI, qui sacrifie leur future prospérité par concessions mutuelles dans une tentative de stabiliser la zone Euro en tant qu’un tout, un sacré acte d’accusation sur comment la gouvernance mondiale, qui a été introduite par la justification de maintenir la stabilité financière, a eu l’exact effet opposé, avec la virulence de la contagion depuis la Grèce, menaçant de se répandre au Portugal, en Espagne et en Italie.

« Il n’y a aucun doute que la caution reçoit peu de faveur de l’opinion populaire Grec » a dit Lewis. « Cela doit être évident pour les citoyens Grecs que ce terme rends de légers hommages à leur future prospérité, qui se fait sacrifier dans un espoir désolé grandissant de préserver une monnaie stable pour son utilisation par des citoyens dans d’autres états-membres. »

La crise de dette Européenne a vu la monnaie de l’Euro plonger face au dollar U.S., alors que les protestations étaient aussi un facteur contribuant au plongeon alarmant d’hier de la bourse U.S., qui a un moment a vu le Dow Jones perdre 1000 points.

La BNP Paribas prédit désormais que l’Euro rejoindra la parité face au dollar U.S. en l’espace de 12 mois, un niveau qui n’a pas été vu depuis huit ans.

« Alors que nous avions eu une des prévisions les plus baissières du marché, ces précédentes projections apparaissent désormais trop modérées étant donné le développement en cours, » stipule le rapport de la BNP.

L’économiste Lewis blâme fermement le chaos aux internationalistes qui ont entubé les nations Européennes à rendre leur souveraineté au projet Européen par l’illusion que l’architecture qu’elles échangeaient pour leur auto-détermination nationale protègerait leur pays précisément du genre de conflit qui se passe en ce moment.

« Les coupables sont les eurocrates qui refusent obstinément de reconnaitre que leur construction fantaisiste s’effondre comme une Tour de Babel, » Lewis dit à CNBC.

Lewis prévoie aussi que les conflits et la violence ne montrent aucun signe d’enrayement, aussi longtemps que les mondialistes insistes à forcer la Grèce à être esclave en implémentant le terme draconien du prêt UE-FMI qui est maintenant passé par le Parlement.

« Alors que la plupart des Grecs ont l’air de penser que les dettes du gouvernement ont premièrement été contracté en tant que résultat d’activités néfastes de l’élite dirigeante, les chances qu’ils se calment pour accomplir les termes du cautionnement semblent lointaines pour le mieux, » il dit.

Tel que nous l’avons déjà documenté par le reporter investigateur Greg Palast, ce qui se passe en Grèce ressemble à un blueprint (plan) sur comment le FMI et la Banque Mondiale pillent et volent habituellement des pays nationaux et leurs économies.

Palast exposa les documents de la Banque Mondiale expliquant comment le FMI et la Banque Mondiale alimentent délibérément les flammes de la violence et du malaise social en augmentant les prix de la nourriture, du pétrole et du coût de la vie, causant des protestations qui amènent ensuite à un effondrement virtuel de la société qui ensuite descends en piqué dans l’exploitation.

« La protestation du FMI est douloureusement prévisible, » Palast citant l’ex chef de la Banque Mondiale Joe Stiglitz. Quand une nation est « sans dessus dessous, [Le FMI] prends l’avantage et serre jusqu’à leur dernier litre de sang. Ils augmentent la chaleur jusqu’à ce que, finalement, la totalité du chaudron explose, » comme quand le FMI élimina la nourriture et les subventions de carburant pour les pauvres en Indonésie en 1998.

Palast exposa comment les protestations ont été « écrites selon le plan » par le FMI et la Banque Mondiale et que le « malaise social » était requit pour causer une panique financière, autorisant ensuite aux industries mondiales d’être capable d’acheter l’infrastructure peu coûteusement.

« Les protestations du FMI (et par protestations je veux dire les démonstrations paisibles dispersées par des balles, tanks et du gaz lacrymogène) causèrent de nouveaux vols paniqués des faillites gouvernementales et capitales, » écrivit Palast. « Cet incendie volontaire économique a ses côtés brillants – pour les industries étrangères, qui peuvent ensuite piquer les actifs restants. »


Publié le 7 mai, 2010 dans Europe & UE, La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire