Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La pire paralysie de l’histoire du transport aérien

La pire paralysie de l’histoire du transport aérien

© NouvelObs

L’impact du nuage de cendres dépasse celui des attentats du 11 septembre à New York. Le volcan islandais se soucie peu des millions de passagers bloqués et ne montre aucun signe d’accalmie.

La paralysie de l’espace aérien européen se prolonge, et même s’aggrave, dimanche 18 avril, l’immense nuage de cendres craché par un volcan islandais s’étend un peu plus. La Bulgarie a annoncé à son tour la fermeture de ses aéroports. Le nuage a même franchi les Pyrénées. Onze aéroports ont été fermés dimanche matin dans le nord de l’Espagne, dont celui de Barcelone, jusqu’à au moins 14h GMT (16h heure de Paris). Madrid n’est pas concerné par cet ordre de fermeture (> l’évolution de la situation heure par heure).

Des millions de voyageurs restent bloqués. « Nous estimons que l’impact dépasse celui (des attentats) de 2001 en termes de vols annulés et d’inconvénients causés aux aéroports », indique le porte-parole de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), Denis Chagnon. La paralysie provoquée par les attentats du 11 septembre 2001 était jusqu’ici le pire blocage de l’histoire du transport aérien.

Le volcan crache toujours

Nombre de pays européens ont prolongé jusqu’à dimanche, voire lundi matin, la fermeture de leur espace aérien, certaines compagnies aériennes européennes annulant tous leurs vols, tandis que les américaines ont annulé la majorité de leurs liaisons avec l’Europe samedi pour la troisième journée consécutive.

Près de 17.000 vols sur 22.000 prévus ont été annulés samedi en Europe, a indiqué Eurocontrol, l’organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne. « C’est exceptionnel et sans précédent », a déclaré son chef du réseau d’opération, Joe Sultana.

Et selon l’Institut météorologique d’Islande, les vents devraient continuer à souffler le nuage vers l’Europe pendant les quatre à cinq prochains jours au moins. L’éruption du volcan Eyjafjöll, sous un glacier qui en démultiplie les effets, ne montrait en effet aucun signe d’accalmie. Des experts ont averti qu’elle pourrait durer plusieurs semaines.

Jusqu’à lundi matin ?

Tout au long de la journée, les pays européens ont prolongé la fermeture de leur espace aérien.

Le Royaume-Uni et l’Irlande, premiers pays touchés jeudi par le nuage, ont dû refermer samedi leurs espaces aériens après quelques heures de répit, jusqu’à dimanche 18h GMT (20h heure de Paris) pour Londres, 12h GMT (14h heure de Paris) pour Dublin. Même heure pour l’Allemagne, la Belgique, l’Autriche (sous 7.500 mètres d’altitude) et la Finlande.

Les aéroports parisiens, ceux du nord de la France, et l’espace aérien du nord de l’Italie, du Danemark et des Pays-Bas seront fermés jusqu’à lundi 6h GMT (8h heure de Paris).

En Pologne, l’espace aérien est fermé jusqu’à nouvel ordre.

De nombreux dirigeants étrangers, dont Barack Obama, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, ont renoncé à assister dimanche à Cracovie aux obsèques du président polonais Lech Kaczynski, en raison des perturbations du trafic aérien.

Samedi, plusieurs participants à la réunion des ministres des Finances de l’UE à Madrid ont quitté la ville précipitamment pour éviter d’être piégés. Sept aéroports du nord de l’Espagne ont été brièvement fermés.

La Suède et la Norvège, qui avaient partiellement rouvert leur ciel vendredi, ont de nouveau interdit tout vol. Trafic également suspendu dans les pays baltes.

Espaces aériens fermés jusqu’à nouvel ordre en Serbie, Monténégro et sur une partie de la Bosnie-Herzégovine. Limitations en Slovénie, Ukraine et Belarus.

La Lufthansa a annulé tous ses vols dans le monde jusqu’à dimanche 12h GMT (14h heure de Paris). British Airways a annulé ses vols avec les aéroports londoniens Heathrow et Gatwick samedi et dimanche. Ryanair a suspendu, jusqu’à lundi 12h GMT, ses vols dans le nord de l’Europe et les Etats baltes. Sa concurrente « lowcost » easyJet a annulé tous ses vols en Grande-Bretagne et Europe du nord dimanche. Brussels Airlines a annulé tous ses vols jusqu’à lundi.

Pris dans cette pagaille, des millions de voyageurs bloqués dans le monde tentent de rallier leur destination par des moyens terrestres ou maritimes. La compagnie Eurostar, qui a rajouté des trains depuis jeudi, a opéré vendredi 58 liaisons entre Londres et le continent. Toutes affichaient complet. Les ferries sont également pris d’assaut: la compagnie P&O a reçu 40.000 appels vendredi, et embarqué 6.000 passagers piétons contre 100 à 200 un vendredi normal d’avril. Tim Noble, Britannique de 52 ans bloqué en France, a dû acheter un vélo afin d’embarquer sur un ferry qui avait vendu ses billets pour piéton… mais en avait encore pour cycliste.

Même les taxis sont sollicités. La compagnie Addison Lee a reçu des requêtes pour relier le Royaume-Uni à Paris, Milan, Amsterdam ou Zurich. Un homme d’affaires a payé 700 livres (800 euros) pour une course Belfast-Londres.

Les nuages de cendres peuvent limiter la visibilité et risquent d’endommager les réacteurs des avions, même à très haute altitude.

La paralysie du trafic aérien coûte plus de 200 millions de dollars (147,3 millions d’euros) au secteur par jour, estime l’Association internationale du transport aérien (IATA).


Publié le 18 avril, 2010 dans Europe & UE.

Commentaires (1)

 

  1. Fée Cuicui dit :

    Faudra penser à demander à Roselyne :
    – pourquoi elle n’avait pas prévu un vaccin pour dé-paralyser les routes durant cet hiver long et rigoureux…
    – et pourquoi elle n’avait pas prévu un vaccin contre les irruptions volcaniques…

    Elle est pas très bonne en économie, c’est peut être pour ça qu’on l’a mise dans la « santé ».
    L’été approchant, si ça se trouve, elle travaille déjà sur un vaccin contre l’échec au Bac… ou contre la canicule !!!

Laissez un commentaire