Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Obama appelle son homologue chinois à agir ensemble sur l’Iran

Obama appelle son homologue chinois à agir ensemble sur l’Iran

© AFP

WASHINGTON — Le président américain Barack Obama a appelé son homologue chinois Hu Jintao à travailler ensemble sur la question nucléaire iranienne, tandis que les deux dirigeants ont insisté sur l’importance d’une « relation positive » après une série de tensions.

Lors d’une conversation téléphonique d’une heure jeudi soir, les responsables des deux plus grandes puissances de la planète ont abordé les dossiers internationaux, comme la crise nucléaire iranienne, mais aussi les questions bilatérales, ont annoncé la Maison Blanche et le ministère chinois des Affaires étrangères dans des communiqués séparés.

Sur l’Iran, que les Occidentaux soupçonnent de vouloir se doter de l’arme atomique sous couvert d’un programme civil, « le président Obama a souligné l’importance de travailler ensemble pour s’assurer que l’Iran respecte ses obligations internationales », a indiqué la Maison Blanche.

Plus tôt, elle avait annoncé avoir eu l’accord de la Chine pour négocier à l’ONU d’éventuelles nouvelles sanctions contre Téhéran – ce que Pékin n’a pas confirmé.

Membre permanent du Conseil de sécurité et du groupe des Six (avec les Etats-Unis, la Russie, la France, la Grande-Bretagne et l’Allemagne) qui négocie avec l’Iran sur la question nucléaire, Pékin répète régulièrement que ce dossier doit être résolu par le dialogue.

La Chine a de nouveau appelé toutes les parties à « faire preuve de souplesse » durant un entretien jeudi à Pékin entre le chef de la diplomatie chinoise et le négociateur nucléaire iranien Saïd Jalili, selon un communiqué officiel publié vendredi.

Depuis Air Force One, l’avion présidentiel américain, M. Obama s’est réjoui de la décision du numéro un chinois de prendre part au sommet sur la sécurité nucléaire à la mi-avril à Washington, estimant que ce serait une « occasion importante pour eux d’aborder leur intérêt commun dans l’arrêt de la prolifération nucléaire et dans la protection contre le terrorisme nucléaire ».

Alors que les relations entre Pékin et Washington ont connu ces derniers mois une phase de fortes tensions en raison de différends économiques et politiques, MM. Obama et Hu ont, lors de leur conversation téléphonique, souligné l’importance de maintenir de bonnes relations.

Hu Jintao a assuré à son interlocuteur « que des relations économiques et commerciales saines et stables entre la Chine et les Etats-Unis étaient dans l’intérêt des deux pays », selon le communiqué du ministère chinois des Affaires étrangères.

Il a dit « espérer que les deux parties gèreront de façon appropriée par des consultations d’égal à égal les questions commerciales et protègeront leur coopération commerciale générale ».

Des différends économiques et commerciaux ont contribué aux turbulences des derniers mois dans les relations bilatérales, notamment la question du taux de change du yuan que les Etats-unis jugent largement sous-évalué, revenue en force sur l’agenda d’élus américains.

Ces tensions ont été liées également à des questions politiques comme la rencontre entre le président Obama et le dalaï lama, chef spirituel des bouddhistes tibétains que Pékin accuse de séparatisme, ou une vente importante d’armes américaines à Taïwan, que la Chine considère comme une province rebelle.

A ce propos, le chef de l’Etat chinois a rappelé que « les questions de Taiwan et du Tibet étaient du ressort de la souveraineté et de l’intégrité territoriales chinoises, faisaient partie des intérêts fondamentaux de la Chine ».

« Gérer ces questions de façon appropriée est essentiel pour assurer un développement stable et sain des relations américano-chinoises », a-t-il dit, selon le communiqué.


Publié le 2 avril, 2010 dans Etats-Unis.

Laissez un commentaire