Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Sarkozy appelle les Etats-Unis et l’Europe à « demander la réforme de la gouvernance mondiale »

Sarkozy appelle les Etats-Unis et l’Europe à « demander la réforme de la gouvernance mondiale »

© NouvelObs

Le président français Nicolas Sarkozy a exhorté les Etats-Unis à davantage « écouter » l’Europe et appelé à « la réforme de la gouvernance mondiale », à l’occasion de son discours devant les étudiants de l’université de Columbia, à New York.

Arrivé main dans la main avec son épouse Carla Bruni-Sarkozy, le chef de l’Etat a dit venir parler « en ami » aux Américains, à l’occasion de la première étape de sa visite officielle aux Etats-Unis.

L’Europe et les Etats-Unis doivent « travailler ensemble », a-t-il déclaré en préambule, devant un parterre d’étudiants américains. « En Europe, on veut qu’aux Etats-Unis on nous entende, on nous écoute, on réfléchisse ensemble. »

M. Sarkozy est longuement revenu sur la question de la « régulation économique mondiale », et des conséquences de la crise financière survenue à l’automne 2008.

« Nous ne pouvons plus accepter un système capitaliste où il n’y a pas de règles, pas d’organisation, pas de régulation », a-t-il expliqué, invitant les Etats-Unis et l’Europe à « inventer les règles qui vont stabiliser l’économie mondiale ».

En outre, « nous (les Etats-Unis et l’Europe, NDLR) devons demander la réforme de la gouvernance mondiale pour faire une place aux continents de demain », a-t-il affirmé, citant en exemple le Brésil, l’Inde et l’Afrique. « Si nous ne changeons pas la gouvernance mondiale, nous n’avons aucune chance d’apporter une réponse aux conflits de demain. »

« Chaque partie du monde doit avoir deux à trois représentants au sein du conseil de sécurité (de l’ONU, NDLR) comme membre permanent », a détaillé le président en réponse à la question d’un étudiant américain.

Le Conseil de sécurité de l’ONU se compose actuellement de 15 membres, dont cinq permanents disposant d’un droit de veto: les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine.

« Mon ambition, c’est de faire avancer ce dossier très fortement au moment où la France assurera la présidence du G-20 et du G-8 », en 2011, a souligné M. Sarkozy.

« Je souhaite également la formation d’un nouvel ordre monétaire international », a ajouté le président français, précisant que ce sujet se trouverait au menu des discussions prévues le lendemain à Washington avec Barack Obama.

Répondant à une question sur la réforme du système de santé américain -projet phare de la présidence Obama- M. Sarkozy s’est montré étonné d’un « débat d’une telle violence » sur l’idée « de vouloir que les plus pauvres d’entre vous ne soient pas laissés dans la rue, seuls, sans un centime, face à la maladie ».

« Si vous voulez que je sois vraiment sincère, vu d’Europe parfois, quand on voit les débats américains sur la réforme de la santé, on a du mal à y croire », a-t-il déclaré. « Excusez-moi mais, nous, ça ne fait jamais que cinquante ans qu’on a résolu le problème! », a-t-il lancé.

La réforme de l’assurance-maladie, qui vise à doter d’une couverture de santé 32 millions d’Américains n’en possédant pas encore, a cristallisé la colère des républicains, opposés à l’intervention de l’Etat fédéral dans ce domaine et aux nouveaux impôts censés financer le plan.

Par ailleurs, évoquant le double attentat-suicide commis dans le métro de Moscou lundi matin, M. Sarkozy a fait référence au attentats du 11 septembre 2001. « Vous croyez qu’il y a une différence fondamentale entre les fous qui font sauter des victimes innocentes dans le métro de Moscou et les insensés qui ont lancé des avion sur les tours jumelles de New York? », s’est-il indigné.

« Quand New York a été attaquée, c’est toutes les démocraties du monde qui ont été attaquées, et quand Moscou est attaquée, c’est nous tous qui sommes attaqués », a déclaré M. Sarkozy, largement applaudi.

Le président français devait ensuite s’entretenir à 18h30 (22H30 GMT; 00h30 à Paris) avec Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, avant de se rendre à Washington mardi.

Dans la capitale américaine, M. Sarkozy doit rencontrer le sénateur démocrate John Kerry, ancien candidat à l’élection présidentielle américaine en 2004, dans la matinée, pour discuter de la lutte contre le changement climatique.

Le chef de l’Etat s’entretiendra avec Barack Obama à la Maison Blanche en début d’après-midi, avant une conférence de presse conjointe. Le couple présidentiel français achèvera sa visite sur un dîner privé offert par Michelle et Barack Obama. AP


Publié le 30 mars, 2010 dans Etats-Unis, Europe & UE, Nouvel Ordre Mondial.

Laissez un commentaire