Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Nicolas Sarkozy plaide à nouveau pour une politique industrielle européenne

Nicolas Sarkozy plaide à nouveau pour une politique industrielle européenne

© Euractiv.fr

« Les temps sont venus, il suffit de bien y réfléchir ». Le président de la république a déclaré, jeudi 4 mars, à Marignane, devant un parterre de représentants d’industries, qu’il allait demander à la Commission et au Conseil européen de « prendre des initiatives pour une véritable politique industrielle européenne ».

Le thème de la politique industrielle de l’UE est cependant d’ores et déjà sur la table, notamment dans la perspective de la mise en place de la nouvelle stratégie économique de l’UE pour 2020. Mais les ministres en charge de l’industrie, réunis à Bruxelles le 1er mars, n’ont pour le moment lancé que des pistes de réflexions floues.

Derrière ce plaidoyer pour une politique industrielle commune, l’objectif affiché par Nicolas Sarkozy est d’éliminer les distorsions de concurrence entre les entreprises européennes et leurs homologues chinoises ou américaines. « Il est invraisemblable que l’Europe interdise le soutien des Etats aux industries exportatrices alors que ses concurrents asiatiques déploient des financements massifs sur leurs territoires comme sur les marchés mondiaux », a déclaré le président français.

La part des exportations européennes a baissé d’un quart depuis l’an 2000, a précisé Nicolas Sarkozy. « Nous ne pouvons pas être la seule zone économique mondiale qui applique unilatéralement les préceptes du libre échange, en parfaite méconnaissance du comportement de ses grands concurrents », a-t-il ajouté.

Le droit communautaire interdit aujourd’hui le versement de subventions à l’exportation, pour éviter les distorsions de concurrence au sein du marché intérieur européen. « Indirectement, il est vrai que cela peut avoir des effets négatifs et empêcher de promouvoir des champions européens à l’exportation. Mais tant qu’on n’aura pas une politique industrielle au niveau européen, on ne pourra pas assouplir ces règles », explique Claire Vanini, avocate au cabinet Francis Lefebvre.

Plus largement, le président français a insisté sur son souhait de voir les règles de la concurrence européenne assouplies. Nicolas Sarkozy a en effet critiqué la vision européenne de la concurrence « marché par marché », estimant que c’était une « erreur majeure ». « Il faut une industrie européenne, donc il faut analyser les parts de marché pour libérer la concurrence au regard du marché européen ». « Je veux d’abord qu’évolue la conception de la concurrence européenne », a-t-il martelé.

Au plan communautaire, la Commission européenne est compétente sur les questions de concurrence. En France, les autorités de la concurrence sont chargées de veiller au respect des règles. La posture du président de la République « est très politique mais on sait qu’elle ne se traduira pas en termes juridiques. Et si on fait un parallèle avec M. Almunia, ils ne sont clairement pas sur la même longueur d’onde », estime Claire Vanini.

Dans un discours prononcé à Paris le 16 février, peu de temps après son investiture, le nouveau commissaire à la Concurrence a effectivement expliqué qu’il était favorable à une application rigoureuse des règles de la concurrence, notamment en temps de crise.

Clémentine Forissier


Publié le 5 mars, 2010 dans Europe & UE, France, Mondialisation.

Commentaires (3)

 

  1. Desty Nova dit :

    Mesure 21 : Orienter l’épargne des Français et le crédit bancaire vers l’industrie

    Constat
    Il est nécessaire que les entreprises aient accès à plusieurs sources de financement : le financement en capital est aussi important pour nos entreprises que le financement par crédit.

    Sur un sentier de croissance équilibré, l’un accompagne l’autre.
    Pour opérer dans un contexte serein, nos entreprises ont besoin d’une base stable d’actionnaires qui les accompagnent dans leur croissance.
    Le constat d’une épargne française insuffisamment mobilisée vers l’investissement productif notamment industriel est partagé dans le cadre des Etats généraux de l’industrie, alors que le taux d’épargne en France est traditionnellement élevé et que l’assurance-vie représente le
    premier support de placement de l’épargne des ménages (1 250 Md€ sur les 2 760 Md€ de placements financiers) et s’investit à moins de 25 % dans les actions.

    La constitution d’une épargne longue en actions est indispensable. La France sera à l’initiative pour que les textes d’application de la directive européenne Solvabilité II, tout en protégeant efficacement les assurés, permettent de préserver la compétitivité des entreprises françaises et
    un financement stable et de long terme de l’économie européenne.

    Description des mesures

    Afin de favoriser un financement long et stable de l’économie :

    1. Le ministre de l’Economie, de l’industrie et de l’emploi fera d’ici juillet 2010 despropositions de mesures orientant la fiscalité de l’épargne vers le soutien àl’investissement de long terme dans les actions.

    2. Une réflexion approfondie sera ouverte sur la création d’un « livret épargne industrie », intégrant une analyse du fonctionnement actuel du livret de développement durable

Laissez un commentaire