Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Climat: Brown appelle à ne pas se laisser distraire par les sceptiques

Climat: Brown appelle à ne pas se laisser distraire par les sceptiques

© AFP

LONDRES — Les dirigeants du monde convergeant vers le sommet du climat à Copenhague à partir de lundi ne doivent pas se laisser distraire par des sceptiques qui nient que l’homme est responsable du réchauffement climatique, a plaidé samedi le Premier ministre britannique.

« A quelques jours seulement (du sommet) de Copenhague, nous ne devons pas nous laisser distraire par des sceptiques d’un autre temps, anti-science et terre à terre », a déclaré samedi Gordon Brown au quotidien britannique The Guardian.

« Nous connaissons la science. Nous savons ce que nous devons faire. Nous devons agir maintenant et combler l’écart de 5 milliards de tonnes (d’émissions de CO2). Cela règlera l’affaire », a-t-il déclaré.

Le conseiller du gouvernement britannique en matière d’environnement Nicholas Stern a estimé que les émissions de CO2, gaz à effet de serre considéré comme le principal responsable du réchauffement climatique, devraient être réduites de 10 milliards de tonnes d’ici 2020. Les engagements annoncés jusqu’à présent à travers le monde ne représentent que 5 milliards de tonnes.

M. Brown s’exprime alors que l’affaire –baptisée « Climategate » par la presse– des courriels piratés d’éminents scientifiques, soupçonnés de manipuler les données sur le climat, a pris de l’ampleur ces derniers jours jusqu’à déclencher l’ouverture d’une enquête par l’ONU et un débat au Congrès américain.

Des milliers de courriers électroniques de chercheurs du prestigieux centre de recherches sur le climat (CRU) de l’université britannique d’East Anglia, victime d’un piratage informatique ou de fuites, ont été publiés sur internet le mois dernier.

Le professeur Phil Jones, directeur du CRU, a préféré abandonner temporairement son poste le temps d’une enquête indépendante lancée par l’université anglaise. L’un de ses courriels évoquerait une « ruse » pour manipuler les relevés de température afin de « dissimuler une baisse ».

« Ce sont des âneries », avait-il rétorqué au début de la controverse, relevant que ses messages avaient été sortis de leur contexte.


Commentaires (1)

 

Laissez un commentaire