Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Article Propagande: Qui sont ces sceptiques qui menacent Copenhague ?

Qui sont ces sceptiques qui menacent Copenhague ?

© Greenzer.fr

A quelques encablures du rendez-vous de Copenhague, les détracteurs du réchauffement climatique reviennent sur le devant de la scène. Pourfendeurs de la théorie dominante, portes paroles officieux de lobbies ou défenseurs de la pensée critique, ceux que l’on nomme les « sceptiques » sont loin de constituer un groupe formé, aux motivations communes. Rapide typologie non exhaustive de cet épouvantail à écologistes.

L’affaire dite du « Climate Gate » et la publication de 10 ans d’e-mails privés échangés entre climatologues du GIEC (Groupement d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) peut constituer une approche efficace pour aborder un premier profil type de « sceptique ».

Le fantasme du complot

Cette affaire de piratage de boîtes mails, si elle a le mérite de rappeler le niveau d’incertitude qui accompagne l’évolution du climat, symbolise aussi l’action d’une partie des « sceptiques ». Il s’agit de personnes dont la motivation fondamentale, « c’est d’aller à l’encontre du discours dominant », pour Sophie Verney-Caillat, journaliste pour Rue 89, qui s’exprimait sur Arrêt sur images. Certains chercheurs relèvent aussi une asymétrie entre la motivation de ces théoriciens du complot et celle des scientifiques compétents qui pourraient invalider leurs thèses. Une façon d’expliquer la survivance de théories alternative à la chute des tours du World Trade Center ou du faux alunissage des Américains.

Une minorité scientifique critique

Néanmoins, réduire les « sceptiques » aux promoteurs de ce type de théories serait une erreur. Plusieurs scientifiques, souvent issus de sciences dures (physique, mathématiques, etc…), se sont sentis « écrasés par le discours dominant » pro-réchauffement climatique, selon le géophysicien Vincent Courtillot. Ils pointent, aujourd’hui, la jeunesse de la climatologie et la grande part d’incertitude qui l’accompagne. Vincent Courtillot fait partie de ceux qui vont encore plus loin. Sur LCP, il a interpellé le climatologue Jean Jouzel à propos des résultats soumis par le GIEC aux décideurs et journalistes. Selon lui, il s’agit « d’un résumé dans lequel l’incertitude est réduite à sa plus simple expression ». Par ce discours, il représente une frange de la communauté scientifique qui déplore la confusion entre « le consensus scientifique » autour du réchauffement climatique et la certitude scientifique.

Des lobbies dans l’ombre ?

Derrière les critiques et autres accusations portées par les sceptiques de tous poils, de nombreux écologistes pensent voir la marque des grands lobbies pétroliers, automobiles ou autres. Une suspicion qui peut paraître exagérée dans un pays comme la France où l’espace médiatique offert aux contradicteurs du réchauffement médiatique est extrêmement réduite. Pourtant, il suffit de passer l’Atlantique pour voir apparaître quantité de pseudo-experts dont l’intégrité scientifique est fortement soumise à caution. Ajoutez à cela l’affaire du « Climate Gate » qui éclate comme par magie à la veille du sommet de Copenhague et l’on comprend aisément que certains soient sceptiques.


Publié le 5 décembre, 2009 dans Dictature Verte, Réchauffement de la Planète.

Commentaires (1)

 

  1. Desty Nova dit :

    Un article propagande parfait: On compare le climategate au 911, et à neil armstrong sur la Lune. On fait passer les théories du complot pour des fantasmes alors que c’est bien une réalité. Il n’y a que du bla bla aucunes preuves à l’appuis, aucun avancement d’emails rien. Voila le genre d’articles qui trainent sur le web en masse à propos du climategate.

    Et puis ce ne sont pas les lobbies qui ont piraté Phil Jones (lol), mais un de ses collaborateurs à l’université east anglia. Les médias ne se renseignent même pas sérieusement et se permettent de faire des conclusions pareilles. Et il n’y a pas que les lobbies qui étaient au courant du sommet de Copenhague. Donc…

    C’est plutôt les auteurs de ce genre d’articles qui fantasment!

    Les français sont dégoutés car ils savent pas parler anglais et donc vérifier si c’est vrai ou faux. C’est marrant j’adore voir ce genre d’individus passer pour des cons, car ils comprennent rien aux emails :D! Vive la France

Laissez un commentaire