Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Le nouveau président de l’UE ne soulève pas l’enthousiasme

Le nouveau président de l’UE ne soulève pas l’enthousiasme

© Le Parisien

Sa première conférence de presse bruxelloise a donné le ton. Avec ses airs de professeur Nimbus, Herman Van Rompuy, le tout nouveau président de l’Union européenne, choisi pour deux ans et demi, s’est présenté d’une voix timide devant les journalistes européens pour expliquer qu’il ne fallait pas compter sur lui pour s’exprimer beaucoup et que son avis sur certains sujets comme l’adhésion éventuelle de la Turquie ne comptait pas : « Mon rôle sera de trouver un consensus.

« Choisi pour ne faire d’ombre à personne »

A 62 ans, le Premier ministre belge qui prendra ses fonctions présidentielles le 1 e r décembre a reconnu lui-même qu’il n’avait pas un gros charisme même si son sens de la négociation et son habileté politique sont unanimement reconnus. Tant pis pour ceux qui rêvaient d’une personnalité forte capable de parler d’égal à égal avec l’Américain Barack Obama ou le Chinois Hu Jintao. Décevant ? Oui, ont répondu la presse européenne et la plupart des responsables politiques français qui s’étonnent d’un choix aussi peu audacieux.
« C’est une mauvaise décision, je la regrette profondément », s’est énervé Michel Rocard, hier sur France Inter, parlant même « d’assassinat » de l’Europe politique. Van Rompuy a été « choisi pour ne faire d’ombre à personne » a constaté François Bayrou. L’Europe a « atteint le fond » a pour sa part déploré l’eurodéputé Vert Daniel Cohn-Bendit. Alors qu’il a toujours défendu l’idée d’un président fort, Nicolas Sarkozy a soutenu, sans rire, que le Premier ministre belge correspondait tout à fait au profil : « Ce n’est pas un choix par défaut. C’est un homme extrêmement décidé qui sait où il va, un parfait connaisseur de la politique européenne. J’ai hâte de travailler avec lui. » Soutenu par le tandem Merkel-Sarkozy, Van Rompuy devrait d’ailleurs venir à Paris prochainement. Même s’il détient un poids politique encore très virtuel, le président de l’Europe sera confortablement rémunéré : 22 000 € net par mois (contre 19 500 pour Nicolas Sarkozy). Il disposera également de 22 collaborateurs permanents dans ses bureaux à Bruxelles et de 10 agents de sécurité. Pas mal pour un débutant.


Publié le 21 novembre, 2009 dans Europe & UE.

Laissez un commentaire