Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Affaire de l’Angolagate – Pasqua condamné à un an de prison ferme

Affaire de l’Angolagate – Pasqua condamné à un an de prison ferme

© l’Express

Le sénateur a été condamné à un an de prison ferme et à 100 000 euros d’amende pour « trafic d’influence » dans l’affaire de l’Angolagate. Jacques Attali, lui, est est relaxé.

Les condamnés

Le sénateur Charles Pasqua a été condamné mardi à 3 ans de prison, dont 2 avec sursis, et 100.000 euros d’amende pour « trafic d’influence » par le tribunal correctionnel de Paris au procès de l’Angolagate, une affaire de vente d’armes de guerre à l’Angola.

Jean-Christophe Mitterrand, le fils de l’ancien président, a été condamné pour sa part à deux ans de prison avec sursis et 375.000 euros d’amende pour recel d’abus de bien sociaux.

Les relaxés

De son coté, l’économiste et ancien conseiller de François Mitterrand, Jacques Attali, a été relaxé ce mardi des chefs de « trafic d’influence » et « recel d’abus de biens sociaux ».

Le parquet avait demandé la relaxe, estimant qu’Attali avait bien touché de l’argent, mais que les sommes étaient liées à un « travail effectif », une étude sur le microcrédit. Le président du tribunal, Jean-Baptiste Parlos, qui a entamé la lecture du jugement vers 14H00, a ainsi suivi ces réquisitions, estimant que « le doute bénéficie au prévenu ».

A 65 ans, l’ancien conseiller de François Mitterrand était accusé d’avoir reçu 160.000 dollars pour, de 1997 à 1999, user de son influence auprès de Bercy et du ministre des Affaires étrangères de l’époque, Hubert Védrine, afin de résoudre les ennuis fiscaux des deux associés.

Un autre prévenu, Georges Fenech, magistrat et président de la Miviludes (mission contre les sectes), a aussi été relaxé mard du chef de recel d’abus de biens sociaux, contre l’avis du parquet qui avait requis 6 mois de prison avec sursis.

L’Association professionnelle des magistrats, que dirigeait cet ancien député UMP, âgé de 55 ans, était soupçonnée d’avoir perçu indûment une somme de 15.000 euros.

Au total, 42 personnes étaient accusées d’avoir, soit participé à l’organisation d’un « trafic » de 790 millions de dollars, soit bénéficié de « pots-de-vin » distribués par les deux associés ayant mis ce commerce sur pied, Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak.


Publié le 27 octobre, 2009 dans France.

Laissez un commentaire