Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Ces médecins qui hésitent à se faire vacciner contre la grippe A

Ces médecins qui hésitent à se faire vacciner contre la grippe A

© Rue89

Pourtant au coeur du dispositif de lutte contre l’épidémie, le personnel médical hésite, marqué par le scandale du sang contaminé.

Leur comportement aura valeur d’exemple. Dans les cabinets en ville et dans les hôpitaux, chacun scrute ce que diront les professionnels de santé. Ils prêteront leur bras à la piqûre et ce sera un message favorable, ils feront front contre le vaccin et tout le monde sera plongé dans le doute.

« La sagesse médicale est de douter, on devra tous se prononcer dans le doute. Il faut l’admettre. Quand on vote c’est pareil », taquine Jean-Marie Le Guen député PS et président de l’Assistance-Publique-Hôpitaux de Paris. Et de rappeler qu’on est « face à une équation à plusieurs inconnues » :

« On ne connait pas les vaccins, ni la date à laquelle ils seront disponibles, ni s’il faudra une ou plusieurs injections. »

N’empêche, en affichant leurs réticences, les infirmiers ont semé le trouble. Le Syndicat national des personnels infirmiers a lancé la polémique avec un sondage auprès de ses adhérents. Quelque 4 000 personnes qui y ont répondu. (Voir le graphique)

Les infirmiers et le vaccin contre la grippe A Refusent de se faire vacciner (65%) Acceptent (26%) Hésitent (9%)Selon leur exposition aux malades, les réponses ne sont pas les mêmes : les personnels travaillant dans les services sensibles, comme la réanimation néonatale, sont plus enclines à accepter le vaccin « de peur d’être accusée sinon d’avoir transmis la peste aux enfants », note le secrétaire général du syndicat, Thierry Amouroux.

Faut-il faire confiance aux politiques ?

Outre l’ancien directeur de la Croix-Rouge, Marc Gentilini, et le professeur et député UMP Bernard Debré, on n’entend que peu les grands médecins hospitaliers mener campagne contre le vaccin. Les infirmiers semblent plus méfiants que le reste des personnels soignants.

En discutant longuement avec Thierry Amouroux, j’ai compris à quel point les traces laissées par le scandale de la contamination au HIV de patients transfusés dans les années 80 pouvaient être encore présentes. Des sanglots dans la voix, il nous a fait part de son expérience personnelle, vingt-cinq ans dans un service de cancérologie :

« J’ai transfusé des gens en leur jurant que j’étais sûr de ce que je leur injectait. Peu après, le scandale a éclaté, les patients sont revenus me voir …


Publié le 18 septembre, 2009 dans Santé, Vaccins.

Commentaires (1)

 

  1. fehr dit :

    Bonjour on dit « Les infirmiers semblent plus méfiants »
    Cela me semble tomber sous le sens, les infirmiers et infirmière sont ceux qui sont dans le milieu médical, mais qui n’en on que très peu d’avantage.

    Un médecin dit qu’il est vacciner, le signe et cela à force de loi. il est officiellement vacciné!
    un infirmier devra trouver un médecin compatissant pour avoir le même résultat.
    ceci explique cela sans doute!

    on dit aussi « faut il faire confiance au politiques.
    « BIEN SUR » comme en 14, comme en 40 comme pendant la guerre froide, comme pour le sang contaminer, l’amiante.
    IL FAUT TOUJOURS FAIRE CONFIANCE AU POLITIQUES.
    Comme à Nuremberg. Ce n’est pas moi monsieur c’est le chef qui a dit!

Laissez un commentaire