Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Tabagisme : la nicotine n’est pas seule responsable de notre dépendance

Tabagisme : la nicotine n’est pas seule responsable de notre dépendance

© Destination Santé

Non, la nicotine seule, n’est pas addictive ! Des chercheurs français du CNRS et du collège de France mettent en évidence le rôle d’inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAO), également présents dans les produits du tabac. C’est leur association avec la nicotine qui selon eux, serait à  l’origine de la dépendance. Explications.

Ces IMAO « permettent de révéler les propriétés addictives de la nicotine » explique Jean-Pol Tassin (Collège de France), qui a conduit ce travail. Ils annulent en effet l’action d’une protection naturelle des neurones vis-à -vis de la nicotine.

Autrement dit, comme l’ont montré Tassin et son équipe, « la nicotine seule ne suffit pas à  déclencher l’état de dépendance chez les fumeurs. D’autres composés du tabac –les fameux IMAO donc, n.d.l.r.- s’avèrent indispensables pour en révéler le pouvoir addictif ».

Pour les auteurs, « cette découverte explique également pourquoi les substituts à  la nicotine utilisés dans le sevrage tabagique sont inefficaces à  long terme ». En effet, d’après le chercheur qui cite plusieurs études sur le sujet, 80% des utilisateurs de patchs à  la nicotine recommenceraient à  fumer, un an après avoir arrêté. La nicotine à  elle seule ne suffirait donc pas comme produit de substitution.

Source : CNRS-Collège de France-INSERM, janvier 2009 – Health Technology Assessment, 2008 :vol.12 (2)


Publié le 28 janvier, 2009 dans Politique & Loi.

Laissez un commentaire