Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Nicolas Sarkozy: « On Ira Tous ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial et personne ne pourra s’y opposer »

Nicolas Sarkozy face aux défis de 2009, «année décisive»

© Le Figaro (ATTENTION donc! Lisez prudemment)

Le chef de l’État présentait vendredi ses vœux au corps diplomatique. L’occasion de revenir sur les grands axes de sa politique étrangère.

«Ce qu’on ne fait pas en 2009 sera plus difficile à  faire en 2010» : Nicolas Sarkozy a placé sous le sceau de l’urgence ses vœux aux ambassadeurs étrangers réunis vendredi à  l’Élysée. Cette année «sera sans doute l’une des plus difficiles depuis des décennies», une année «décisive», a-t-il insisté. «Le temps joue contre nous», a poursuivi le chef de l’État, usant d’une certaine dramatisation pour souligner l’ampleur des défis à  relever et mettre en exergue le volontarisme qui lui sied entre tous les rôles.

L’actualité, celle du Proche-Orient notamment, est venue illustrer ses propos et peut-être aussi en montrer la limite. Dix jours après sa tournée dans la région et tandis que Gaza était toujours sous les bombes vendredi, Nicolas Sarkozy n’a pas caché son impatience en déclarant que l’intervention d’Israël dans le territoire palestinien «ne renforce pas sa sécurité». «À l’arrivée», a-t-il estimé, il y a d’un côté «un gouvernement israélien accusé partout dans le monde alors qu’Israël a besoin de sécurité» et de l’autre «un monde arabe divisé et des dirigeants modérés fragilisés». Afin de hâter la concrétisation d’un plan de paix «à  portée de main» mais que les protagonistes tardent à  accepter, le chef de l’État est prêt à  retourner au Proche-Orient «si nécessaire», indique-t-on à  l’Elysée . «Que personne ne pense qu’il gagnera du temps en en perdant», a-t-il lancé en souhaitant notamment que le premier ministre israélien Ehoud Olmert «prenne des risques» pour la paix.

L’année 2009 sera également «décisive» pour l’Iran, a déclaré le chef de l’État. «Le moment approche où un choix devra être fait par les dirigeants iraniens : soit ils provoquent une grave confrontation avec la communauté internationale, soit, ce que la France souhaite, on arrive enfin à  une solution dans la négociation», a-t-il dit en affirmant que le programme d’enrichissement nucléaire mis en œuvre par Téhéran «n’a aucune finalité civile».

Au diapason

Mais 2009 «peut aussi être une année fondatrice», a expliqué Nicolas Sarkozy, en évoquant la refonte du capitalisme et les négociations sur le climat censées aboutir à  un accord global à  Copenhague, en décembre prochain. «Nous n’avons pas le choix, le sommet de Londres doit être un succès», a lancé le chef de l’État à  propos de la rencontre des dirigeants du G20 prévu le 2 avril dans la capitale britannique. Un rendez-vous où, selon lui, «l’Europe doit s’exprimer d’une seule voix». «Ou bien nous voulons subir la crise, ou nous voulons rebondir grâce à  la crise», a-t-il encore estimé, ajoutant qu’«on ira ensemble vers ce nouvel ordre mondial et personne ne pourra s’y opposer».

Barack Obama et la nouvelle donne américaine étaient finalement peu présents dans ce discours de vœux. Mais le président élu, qui sera investi mardi prochain, focalise des attentes pressantes. Ainsi sur le climat, autre dossier pour lequel «le temps est compté», Nicolas Sarkozy attend des États-Unis «qu’ils nous disent s’ils sont prêts» à  des efforts comparables à  ceux de l’Europe. «J’ai été content d’entendre les paroles d’Obama», a relevé le président de la République, estimant que «les États-Unis doivent être au rendez-vous» de Copenhague.

Sur un autre front de tension, celui de la crise gazière entre la Russie et l’Ukraine, le chef de l’État n’a pas mâché ses mots. «L’Ukraine ne doit pas prendre en otage un conflit énergétique qui concerne des millions d’Européens qui attendent mieux. C’est la crédibilité de l’Ukraine qui est en jeu», a-t-il déclaré. «Quant à  la Russie, a-t-il poursuivi, je suis de ceux qui pensent que l’Europe doit avoir un accord structurel, stratégique, de long terme avec les Russes (…) Mais la Russie doit aussi faire le clair. Quand on fournit les deux tiers du gaz dont l’Europe a besoin, on respecte ses clients, comme les clients doivent respecter le fournisseur. C’est un problème de respectabilité et d’image.»

Au diapason de l’agacement croissant des Européens devant cette crise qui se prolonge, l’Élysée a indiqué vendredi que Nicolas Sarkozy ne se rendrait pas à  Moscou où les autorités russes souhaitaient organiser aujourd’hui même un sommet sur la crise gazière.

Publié le 22 janvier, 2009 dans France.

Laissez un commentaire