Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Journée test mardi de la mobilisation sur La Poste

Journée test mardi de la mobilisation sur La Poste

© Reuters – Lundi 22 septembre

PARIS (Reuters) – Les postiers français sont appelés à  faire grève et à  manifester ce mardi contre le projet d’ouverture du capital de La Poste, un appel lancé par cinq syndicats (CGT, SUD, CFDT, FO et CFTC).

Cette journée, soutenue par une trentaine d’organisations, constituera un test de la mobilisation contre le projet du président de l’entreprise publique, Jean-Paul Bailly.

Mais les syndicats redoutent une présentation tendancieuse de la participation à  la grève, soulignant que la direction communiquera ses chiffres mardi à  10h00 alors que 30% des effectifs n’auront pas encore pris leur service.

« Tout va être fait demain pour minorer la grève, mais on s’attend à  une mobilisation importante », a déclaré à  Reuters Jean-François Dannely, secrétaire de la fédération CGT des Postes et des télécommunications.

Selon la CGT, La Poste emploie 288.000 salariés, dont 56% de fonctionnaires.

Bernard Thibault, le dirigeant de la CGT, sera en tête du cortège parisien qui partira en début d’après-midi du métro Bac, dans le VIIe arrondissement, pour se rendre au siège de La Poste.

En province, des manifestations sont prévues dans toutes les préfectures contre cette « première étape vers la privatisation. »

Jean-Paul Bailly affirme qu’il lui faut trouver au moins trois milliards d’euros pour affronter l’ouverture totale du marché postal à  la concurrence, en 2011, conformément à  une décision prise au niveau européen.

« Il n’y a pas d’avenir pour une Poste (…) qui se recroquevillerait sur le seul territoire national », a-t-il récemment déclaré dans une interview au quotidien Les Echos.

MENACE DE RÉFÉRENDUM

Mais les syndicats de l’entreprise publique estiment que la vente, même partielle, à  des actionnaires privés risque d’avoir des conséquences négatives pour l’emploi et le maintien des missions de service public.

Les opposants au projet demandent que soit organisé « un vrai débat public ». Certains brandissent la menace d’un référendum.

Pour voir le jour dans les conditions prévues par la Constitution révisée en juillet, un référendum « d’initiative parlementaire et populaire » devrait être demandé par 182 parlementaires, disposant du soutien d’environ 4,5 millions de citoyens.

Selon un sondage Ifop, 56% des personnes interrogées (contre 43%) sont hostiles à  l’ouverture du capital de ce service public. Dans un sondage CSA à  paraître mardi dans L’Humanité, 61% des Français se disent opposés au changement de statut et 57% soutiennent le mouvement de grève ou ont de la sympathie pour lui.

Face à  la montée de la contestation, Nicolas Sarkozy a demandé le 17 septembre qu’une commission se penche sur l’avenir et le développement de La Poste dans la perspective de la libéralisation de l’activité postale dans l’Union européenne.

Elle sera présidée par un ancien directeur général d’EDF, François Ailleret, et comptera 22 membres – des personnalités qualifiées, notamment des clients de La Poste, ainsi que des représentants des salariés de l’entreprise, des organisations syndicales, des parlementaires et de l’Etat.

Elle aura deux mois – octobre et novembre – pour réfléchir et donner ses recommandations.

Selon le communiqué de l’Elysée, elle devra « veiller au maintien des droits et des statuts des personnels de l’entreprise et conforter les missions de service public de La Poste. »

Le syndicat Sud a vu dans la démarche de Nicolas Sarkozy un « encouragement » à  poursuivre la mobilisation. Pour Jean-François Dannely, « il s’agit d’une manoeuvre qui en dit long sur les difficultés du gouvernement » sur ce dossier.

Gérard Bon, édité par Gilles Trequesser


Publié le 23 septembre, 2008 dans France.

Laissez un commentaire