Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Ossétie du Sud: la Géorgie en « état de guerre », Bush demande l’arrêt des combats

Ossétie du Sud: la Géorgie en « état de guerre », Bush demande l’arrêt des combats

© AFP

GORI (Géorgie) (AFP) – La Géorgie a déclaré samedi être en « état de guerre », accusant la Russie d’avoir bombardé son territoire, le président américain George Bush réclamant de son côté l’arrêt « immédiat » des combats en Ossétie du Sud, territoire séparatiste pro-russe de Géorgie.

« J’ai signé un décret sur l’état de guerre », a annoncé le président géorgien Mikheïl Saakachvili au cours d’une réunion du Conseil national de sécurité filmée par la télévision. Le Parlement géorgien a ensuite unanimement voté l’instauration de l’état de guerre pour 15 jours dans ce pays

« La Géorgie est en état d’agression militaire totale: par la marine, l’aviation russes, avec des opérations de grande échelle sur le terrain », a ajouté. le président géorgien

Cet état de guerre peut être assimilé à  une loi martiale, a expliqué le secrétaire du Conseil national de sécurité géorgien, Alexandre Lomaïa.

« Cela ne peut pas être interprété comme une déclaration de guerre à  la Russie. Ce serait ridicule. Nous faisons face à  une agression militaire de la Russie et décrétons la loi martiale », a souligné M. Lomaïa.

La Géorgie a abattu jusqu’à  présent 10 jets russes et détruit 30 chars russes, a ajouté Alexandre Lomaïa. « Nous avons réussi à  abattre 10 jets russes, l’un des pilotes a été capturé et est actuellement soigné dans un hôpital militaire », a déclaré le responsable. « Nous avons détruit jusqu’à  30 chars russes », a-t-il ajouté.

M. Lomaïa a par ailleurs précisé que les pertes parmi les forces militaires géorgiennes s’élevaient samedi matin à  40 morts, auxquels s’ajoutent près de 100 blessés. « Les pertes au sein de la population civile dans les villes bombardées par les Russes s’accroissent » et « il pourrait y avoir actuellement plus de 100 morts en Géorgie chez les civils et les militaires », a-t-il ajouté.

Le président américain George W. Bush a réclamé samedi à  Pékin l’arrêt « immédiat » des combats en Ossétie du Sud et des bombardements russes.

« Le Géorgie est un pays souverain et son intégrité territoriale doit être respectée », a dit M. Bush dans une brève déclaration à  Pékin. « Nous avons appelé instamment à  un arrêt immédiat des violences », a dit M. Bush, « très inquiet » de la situation.

« Nous appelons à  un arrêt des bombardements russes et à  un retour des parties concernées au statu quo du 6 aoùt », a-t-il dit. « Les Etats-Unis oeuvrent avec (leurs) partenaires européens pour lancer une médiation internationale et avec les parties concernées pour une reprise du dialogue », a-t-il déclaré. « La Russie doit soutenir ces efforts afin que la paix soit rétablie le plus vite possible », a-t-il ajouté.

L’armée russe a « complètement libéré Tskhinvali (la capitale d’Ossétie du Sud, ndlr) des forces militaires géorgiennes », affirmait, à  la mi-journée, de Vladikavkaz, dans la république russe d’Ossétie du Nord, le général Vladimir Boldyrev, commandant en chef des forces terrestres.

Le chef du gouvernement pro-russe d’Ossétie du Sud Iouri Morozov a confirmé la « libération totale » de la cité, « avec le soutien des forces spéciales de l’armée russe ».

Le président Dmitri Medvedev avait quelques heures auparavant fait savoir qu’une opération militaire des forces russes était en cours.

« Nos soldats des forces de maintien de la paix et unités qui y ont été ajoutées (des renforts envoyés par Moscou, ndlr) effectuent à  l’heure actuelle une opération en vue de contraindre la partie géorgienne à  la paix », a dit le chef de l’Etat russe au cours d’une réunion au Kremlin.

Côté géorgien, la télévision a fait état d’un bombardement samedi matin par l’aviation russe de la ville de Gori, dans le nord de la Géorgie, qui aurait tué un nombre indéterminé de civils et détruit des immeubles d’habitation.

A l’entrée de la ville, une correspondante de l’AFP a vu une base militaire et deux immeubles d’habitation touchés, desquels des personnes s’enfuyaient, portant des sacs sur leurs épaules, ainsi que de la fumée et des flammes dans la cité même.

Les forces aériennes russes ont en outre « complètement dévasté le port de Poti sur la mer Noire, site clef pour le transport de ressources énergétiques de la mer Caspienne » vers l’Europe, a assuré le ministère géorgien des Affaires étrangères.

Mille six-cents personnes ont été tuées à  Tskhinvali à  la suite de l’offensive géorgienne, a affirmé de son côté une responsable de ce territoire séparatiste de Géorgie, Mme Irina Gagloïeva. Les Géorgiens ont démenti un tel bilan, M. Saakachvili parlant de « mensonges flagrants »: il n’y a « pratiquement pas de civils tués », a-t-il martelé. Des milliers d’autres habitants d’Ossétie du Sud ont été blessés, toujours d’après les autorités séparatistes.

Et plus de 30.000 personnes auraient fui l’Ossétie du Sud, franchissant la frontière avec la Russie, d’après le vice-Premier ministre russe Sergueï Sobianine.

L’ensemble des 2.000 hommes du contingent géorgien se prépare à  quitter l’Irak d’ici à  trois jours, a par ailleurs annoncé samedi à  l’AFP son chef, le colonel Bondo Maïssouradze.


Publié le 9 août, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire