Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

«Projet 119» : le plan chinois pour rafler les médailles

«Projet 119» : le plan chinois pour rafler les médailles

© LaDepeche

«La Chine vaincra». C’est le slogan à  la mode à  Pékin. Inscrit sur un bandeau rouge autour de la tête. Ou sur des autocollants. Mais c’est assurément le drapeau chinois rouge avec les étoiles jaunes qui connait le plus grand succès. Sur le drapeau, l’autre slogan en vogue: «Zhongguo jiayou», soit «Vive la Chine». Vous l’avez compris, la vague de patriotisme bat son plein à  Pékin. Elle atteint ainsi son paroxysme à  la veille de l’ouverture des Jeux mais c’est bel et bien en mars qu’elle a débuté avec successivement les critiques soulevées en Occident par la crise tibétaine, les manifestations qui avaient perturbé le parcours de la flamme olympique à  l’étranger puis le tremblement de terre au Sichuan.

Cette vague de patriotisme s’accompagne d’un objectif caché comme bien souvent en Chine, à  savoir devancer les Etats-Unis dans la course aux médailles. Depuis quelques années, la courbe est évidemment ascendante à  l’image de celle de son économie . En 1996, la Chine avait rempli sa besace avec 16 médailles d’or terminant au quatrième rang des JO d’Atlanta. 28 à  Sydney (troisième rang), 32 à  Athènes (deuxième rang). Une cinquantaine à  Pékin pour conquérir le premier rang? Possible si la Chine s’éveille dans des disciplines dans lesquelles elle ne s’est jusque-là  pas manifestée…Cet objectif a même un nom de code: le projet 119. Comme le nombre de médailles que délivraient à  l’époque à  Sydney des sports comme l’athlétisme, la natation, l’aviron, la voile ou le canoë-kayak où les Chinois étaient pour le moins discrets.

Dans cette opération, le premier coup de canon retentit à  Athènes avec la première médaille d’or de la Chine en athlétisme masculin. Le héros a pour nom Liu Xiang, roi du 110 m haies.

Les moyens de réussir

Fortes de cet encouragement, les entreprises ont métamorphosé le sport chinois en un secteur qui pèse environ 5 milliards d’euros. Et la Chine n’a pas hésité en suivant pour se donner les moyens de réussir. Contrats avec des entraîneurs étrangers, infrastructures sportives ultra modernes, sélection de plus en plus précoce des athlètes… Une rumeur évoque également des programmes génétiques, le dopage, l’infiltration de fédérations sportives étrangères. Une rumeur…

Et pendant ce temps-là , le gouvernement de Pékin continue de laver plus blanc: fermeture des bars et des centres de prostitution, travailleurs migrants tenus de quitter la capitale, espionnage des hôtels tenus par des groupes étrangers…

Dopage: la traque

Les cas de dopage impliquant des sportifs qualifiés voire médaillables à  Pékin se sont multipliés ces derniers jours, à  la grande satisfaction des responsables du CIO qui voient là  payer leur stratégie de traque préolympique, à  la veille de l’ouverture des Jeux. En deux mois, une trentaine de sportifs recensés ont ainsi perdu tout espoir de participer aux Jeux de Pékin en raison d’un contrôle positif ou d’une infraction aux règles antidopage.

«Ca tombe tous les jours» commente Patrick Schamasch, directeur médical du CIO «et de grosses pointures!» Quant à  savoir s’il convient de se réjouir, le médecin du CIO est partagé: «Quoi que l’on fasse, on sera critiqué.»


Publié le 8 août, 2008 dans Génétique, Jeux Olympiques 2008, Palestine.

Laissez un commentaire