Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

A Pékin, Sarkozy affirme avoir « parlé des droits de l’Homme » aux dirigeants chinois

A Pékin, Sarkozy affirme avoir « parlé des droits de l’Homme » aux dirigeants chinois

© AFP

PARIS (AFP) – Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi avoir « parlé des droits de l’Homme » avec les dirigeants chinois à  Pékin, à  qui il a « communiqué des listes » de dissidents, sur la chaîne de télévision France 2.

« Comment on trouve une solution si on ne dialogue pas? Comment on essaie de se comprendre si on ne se parle pas? », a lancé le chef de l’Etat, arrivé vendredi à  Pékin pour assister à  la cérémonie d’ouverture des jeux Olympiques.

« J’ai eu un déjeuner, puis un rendez-vous avec le président chinois (Hu Jintao, ndlr) et un rendez-vous avec le Premier ministre de Chine (Wen Jiabao, ndlr). J’ai parlé de ces questions, j’ai parlé des droits de l’Homme, j’ai communiqué des listes », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec la chaîne publique enregistré dans la capitale chinoise peu avant le début de la cérémonie. « On va essayer de faire avancer les choses », a ajouté M. Sarkozy, dont la visite à  Pékin a été très critiquée, notamment par la gauche et les organisations de défense des droits de l’Homme.

L’entourage du président à  Pékin a précisé à  la presse que M. Sarkozy avait parlé « longuement » et « extrêmement franchement » des droits de l’Homme avec le président chinois Hu Jintao. Cette question a été évoquée de manière générale, « sans rentrer dans le détail, nom par nom » de prisonnier politique chinois, a indiqué l’Elysée, précisant qu’un quart d’heure avait été consacré au sujet, lors d’un entretien d’un quarantaine de minutes.

« Le président a souligné auprès de M. Hu qu’en choisissant d’organiser les JO, les Chinois prenaient la lourde responsabilité de se mettre sous les projecteurs du monde entier », a souligné son entourage, ajoutant qu’il était « normal » que le monde se focalise aussi sur ces questions sensibles.

L’Elysée a également confirmé avoir soumis aux dirigeants chinois deux listes de noms de prisonniers et défenseurs des droits de l’Homme chinois, l’une au nom de la France, l’autre au nom de l’UE.

Alors que l’annonce cette semaine qu’il ne rencontrerait pas le dalaï lama, en visite en France du 11 au 23 aoùt, a été condamnée par l’opposition, M. Sarkozy a assuré que « ce n’est que partie remise ». « D’ici à  la fin de l’année, cette année-là , on aura d’autres occasions », a-t-il dit.

« Le dalaï lama lui-même m’a indiqué qu’il ne souhaitait pas qu’on organise une rencontre », a-t-il expliqué, voyant dans le chef spirituel tibétain un « homme sage qui sait très bien que dans le raidissement et dans la tension on n’améliorera pas la situation au Tibet ». « J’enverrai le meilleur de moi-même puisque ma femme (Carla Bruni-Sarkozy) ira participer à  l’inauguration d’un temple bouddhiste dans le sud de la France le 22 » aoùt, a souligné le chef de l’Etat.

« Nous avons besoin de la Chine pour la stabilité du monde », a argumenté M. Sarkozy.

« Nous avons besoin de la Chine pour convaincre l’Iran de ne pas avoir la bombe atomique, pour voter des sanctions – ils sont membres permanents du Conseil de sécurité. On a besoin de la Chine pour faire pression sur le Soudan, pour arrêter le drame et le scandale au Darfour », a-t-il poursuivi. « Alors expliquez-moi un peu comment on fait pour dire à  la Chine du lundi au vendredi +votez avec nous pour assurer la stabilité et la paix dans le monde, venez dans le concert des nations (…) mais excusez-nous pour les jeux Olympiques…+ », a-t-il insisté.


Publicité
Publié le 8 août, 2008 dans Sarkozy.

Laissez un commentaire