Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La Ligue Hanséatique?

Qu’est ce que la ‘Hanse’? Une autre pièce du puzzle pour comprendre le NOM

© Wiki

Au Moyen Âge, une hanse est une association professionnelle de marchands.

Plus spécifiquement, la Hanse, ou ligue hanséatique est l’association maritime des villes marchandes de l’Europe du Nord, autour de la mer du Nord et de la mer Baltique. Elle joua un important rôle commercial, puis politique du XIIe au XVIIe siècle, avant de disparaître pendant la guerre de Trente Ans. Sa capitale était Lübeck.

hanse

La Hanse des villes : pouvoir politique

Après ce coup de force, la Hanse devient un acteur politique à  part entière dans l’Europe du Nord. Elle signe des traités avec des États importants comme celui des chevaliers Teutoniques.

L’association emporte des victoires militaires significatives face au royaume de Norvège, puis contre le roi du Danemark (traité de Stralsund en 1370). La Hanse reste cependant une union politique assez souple et les villes gardent une grande autonomie.

La fermeture du comptoir de Novgorod en 1494, le déclin de celui de Londres aux deux bouts du commerce hanséatiques, la concurrence des marchands anglais et néerlandais sont les principales causes d’un long déclin du commerce hanséatique. La diète de 1518 doit constater que 31 villes ne participent plus à  aucune des activités de la ligue.

Cette structure politique originale est évincée par les traités de Westphalie en 1648 qui consacrent définitivement les État-nations. La dernière assemblée des villes hanséatiques eut lieu en 1669. Au XVIIIe siècle le gouvernement hanséatique ne subsiste qu’à  Lübeck, à  Hambourg et à  Brême.

Aujourd’hui encore, les villes libres de Hambourg et Brême (qui forment deux Lands de la république fédérale d’Allemagne) font état de leur ancienne qualité de ville hanséatique.

Une nouvelle Hanse a été relancée en 1980 à  l’initiative de la ville hollandaise de Zwolle. Une activité entre villes hanséatiques est à  nouveau en route, avec son siège principal à  Lübeck

L’encyclopédie d’Agora: Ligue anséatique

© L’encyclopédie de l’Agora

Hanse

Du vieil allemand « hansen », s’associer.

Désignait, au Moyen Age, une grande ligue commerciale.

« La Hanse ou Ligue hanséatique prit naissance en 1241 par le traité formé entre Hambourg et Lubeck dans le but de protéger leur commerce contre les pirates de la Baltique et de défendre leurs franchises contre les princes voisins. Les avantages que produisit cette union engagèrent bientôt un grand nombre de villes à  s’y faire admettre. À Hambourg et Lubeck se joignirent successivement Brême, Bruges, Dantzick, et plus tard Dunkerque, Anvers, Ostende, Dordrecht, Rotterdam, Amsterdam, etc.; on y ajoute même Calais, Rouen, St-Malo, Bordeaux, Bayonne, Marseille, Barcelone, Séville, Cadix, Lisbonne, ainsi que Livourne, Messine et Naples. Au moment de la plus grande prospérité, la Ligue compta jusqu’à  80 villes. On les divisait en 4 sections, à  la tête desquelles étaient Lubeck, Cologne, Brunswick et Dantzick, chacune avec une assemblée annuelle. Tous les trois ans, les députés de la confédération se réunissaient, le plus souvent à  Lubeck. Chaque ville fournissait son contingent militaire et sa contribution en argent. La Ligue avait son droit maritime particulier. Pendant quelques siècles, cette association fleurit et étendit au loin son commerce; mais à  partir du XVe siècle, la découverte de l’Amérique et l’extension de commerce maritime qui en fut la suite la firent déchoir rapidement : elle fut dissoute en 1630, et se trouva réduite aux trois villes (de Hambourg, de Brême et de Lubeck).»

Marie-Nicolas Bouillet, Dictionnaire universel d’histoire et de géographie. Ouvrage revu et continué par A. Chassang. Paris, Hachette, 1878, p. 833

Essentiel

«Les villes anséatiques occupèrent un rang illustre parmi les peuples du moyen âge. Elles durent à  la navigation et au commerce leur situation florissante: l’ascendant qu’elles obtinrent dans le nord de l’Europe y devint un bienfait pour la civilisation; il y propagea les institutions auxquelles les contrées du midi devaient leur progrès : il accoutuma les diverses nations à  lier entre elles leurs intérêts, à  mêler leurs opinions, à  s’enrichir de leurs ressources mutuelles.»

Jean-Baptiste-Gaspard Roux de Rochelle, Villes anséatiques, Paris, F. Didot frères, 1844, p. (1)

Documentation

Jean-Baptiste-Gaspard Roux de Rochelle, Villes anséatiques, Paris, F. Didot frères, 1844, 398 p.-[24] p. de pl. (L’univers. Histoire et description de tous les peuples; 33) – BNF, Gallica – mode image, format PDF


Publié le 30 juillet, 2008 dans Nouvel Ordre Mondial.

Laissez un commentaire