Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Après Paris, Obama boucle sa tournée internationale par Londres

Après Paris, Obama boucle sa tournée internationale par Londres

© AFP

obama berlin

obama france

PARIS (AFP) – Le candidat démocrate à  la Maison Blanche Barack Obama est arrivé samedi vers 08h00 GMT à  Downing Street, la résidence à  Londres du Premier ministre britannique Gordon Brown, pour des discussions portant notamment sur l’Irak et l’Afghanistan.

M. Obama avait auparavant accueilli dans son hôtel londonien Tony Blair. Il s’est entretenu avec l’ancien chef du gouvernement britannique en sa qualité de représentant du Quartette pour le Proche-Orient. Les deux hommes devaient aussi parler de climat et d’énergie, selon l’équipe du candidat démocrate.

Le sénateur américain doit évoquer avec M. Brown l’Irak et l’Afghanistan, deux pays où les forces britanniques combattent aux côté des Américains, et la situation au Proche-Orient. Comme M. Obama, M. Brown s’est récemment rendu en Irak, en Israël et dans les Territoires palestiniens.

M. Obama doit ensuite rencontrer le chef du Parti conservateur (opposition) David Cameron, avant de regagner les Etats-Unis samedi soir. Londres est la dernière étape d’une tournée destinée à  conforter l’image internationale de M. Obama, et qui l’a mené en Afghanistan, au Koweït, en Irak, et en Jordanie, puis à  Berlin et Paris.

Après Paris, le candidat démocrate à  la Maison Blanche Barack Obama est arrivé vendredi soir à  Londres, dernière étape d’une tournée visant à  conforter sa stature internationale et qui l’a conduit au Moyen-Orient et en Europe.

Le sénateur américain est arrivé à  Londres après une visite à  Paris, où il a rencontré le président français Nicolas Sarkozy et remercié la France pour son engagement militaire en Afghanistan. A Paris, le président Nicolas Sarkozy a fait état d’une « grande convergence de vues » avec Barack Obama, alors que le candidat démocrate à  la Maison Blanche assurait en retour que « l’Américain moyen aime énormément les Français ».

Au cours d’une conférence de presse commune après un entretien de plus d’une heure avec Nicolas Sarkozy, M. Obama a regretté la vision « caricaturale » prévalant encore entre Européens et Américains: « cela fait trop longtemps maintenant qu’il y a une caricature des deux côtés de l’Atlantique ».

Interrogé sur l’état des relations entre les Etats-Unis et la France, le candidat démocrate -qui a tenu à  rappeler qu’il ne s’exprimait pas en tant que président- s’est félicité que M. Sarkozy a fait « exploser ces stéréotypes, ces caricatures ». « L’Américain moyen aime énormément les Français », a-t-il assuré.

Interrogé sur la brièveté de son séjour en France, il l’a imputée à  des impératifs de calendrier. « La vérité, c’est que le discours que j’ai fait en Allemagne visait un public européen au sens large et j’espère que mes amis en France ont pu entendre ce que j’ai dit sur le renforcement de la relation entre les Etats-Unis et l’Europe », a-t-il expliqué au lendemain d’un discours à  Berlin devant quelque 200.000 personnes.

M. Obama a fait une escale de quelques heures à  Paris dans le cadre d’une tournée internationale, avant de se rendre à  Londres. « Nous avons une grande convergence de vues », a assuré pour sa part M. Sarkozy. Il a affirmé ressentir « une grande impatience que la démocratie américaine choisisse son prochain président et que l’on prenne beaucoup d’initiatives en commun entre l’Europe et les Etats-Unis ». « Nous sommes des amis, des amis indépendants, mais des amis, donc il faut que vous sachiez qu’ici en Europe et ici en France on regarde avec beaucoup d’intérêt ce que vous faites », a-t-il dit.

De son côté, M. Obama a expliqué que « les Européens percevaient les Américains comme étant des unilatéralistes, des militaristes et avaient tendance parfois à  oublier les énormes sacrifices que les militaires et les contribuables américains avaient fait pour contribuer à  la construction de l’Europe ».

« De l’autre côté, aux Etats-Unis, il y a une tendance à  dire que les Européens ne veulent pas s’engager, se mouiller sur ces questions de sécurité très difficiles et épineuses », a-t-il poursuivi.

Selon lui, « l’électeur américain comprend parfaitement que les questions de changement climatique, les questions énergétiques, de terrorisme ne peuvent pas être résolues par un seul pays ».

M. Obama a aussi appelé l’Iran à  ne pas attendre le prochain président américain pour accepter les propositions des Occidentaux sur le dossier nucléaire, « car la pression ne fera qu’augmenter ».

Le sénateur démocrate s’est adressé directement à  Téhéran: « changez votre attitude et vous aurez tous les avantages de ce changement. Continuez avec votre programme illicite et la communauté internationale va exercer de plus en plus de pression sur vous, en matière de sanctions notamment ».

Le président français a lui particulièrement insisté sur la situation en Afghanistan. « Nous n’avons pas le droit de perdre (…) Nous n’avons pas le droit de laisser revenir les talibans qui ont privé de scolarité six millions de petites filles parce qu’elles sont des petites filles », a-t-il insisté, en rappelant qu’il avait décidé de l’envoi de troupes supplémentaires en Afghanistan.

Comme dans beaucoup d’autres pays d’Europe, l' »Obamania » s’est emparée de la France, où un comité de soutien regroupe des personnalités comme la créatrice de mode Sonia Rykiel ou le philosophe Bernard Henri-Lévy, ainsi que des politiques de tous bords.

Selon un sondage publié en juin par le journal britannique Daily Telegraph, 52% des Européens -65% dans le cas des Français- voteraient en faveur du sénateur de l’Illinois, contre 15% pour John McCain.

La discrétion de l’étape parisienne contraste avec le séjour berlinois, où M. Obama a prononcé un grand discours devant quelque 200.000 personnes enthousiastes, appelant à  abattre les murs entre entre races et religions pour relever les défis de la planète. La tournée de Barack Obama vise à  conforter son image internationale et renforcer ses relations avec des partenaires-clés des Etats-Unis au Moyen-Orient et en Europe.

Le sénateur démocrate s’est rendu en Afghanistan, au Koweït, en Irak, en Jordanie et en Israël avant de commencer à  Berlin la partie européenne de sa visite.

Publié le 26 juillet, 2008 dans France, Présidentielle Américaine 2008.

Laissez un commentaire