Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Pourquoi l’essence est chère? Demandez à  votre gouvernement

Pourquoi l’essence est chère? Demandez à  votre gouvernement

© Libertés & Internets

On comprend mieux pourquoi les routiers et les marins pécheurs manifestent… et pourquoi les Sarko et Fillon sont des faux culs quand ils lèvent les bras d’un air navré, on y peut rien…

[La Quotidienne de MoneyWeek – 24/07/2008]
(…) Jusqu’où le pétrole peut-il baisser ? Vers 123 $ le baril, m’indique notre expert en analyse technique, Marc Dagher. Nous n’en étions hier qu’à  131 $, par rapport à  un plus haut de 147,50 $. La décrue est de 11%, et elle pourrait aller jusqu’à  16%.

Et là , je vous imagine, cher lecteur, empoignant votre calculette (ou connectant trois neurones), appâté par le gain. Capacité du réservoir de ma voiture, multiplié par le prix de l’essence à  la pompe et le tout moins 16% … Près de 16 euros d’économie par plein. Vous partagez l’euphorie ambiante.

Le soulagement risque d’être de courte durée. Je vais vous décevoir : le prix du carburant à  la pompe n’a que peu de chose à  voir avec le prix du baril.

– Juillet 2004
Essence SP95 à  1,10 euro le litre. Cours eurodollar de 1,22 et baril à  38 $.

– Juillet 2007
Essence SP95 à  1,70 euro le litre. Cours eurodollar de 1,57 et baril à  131 $.

Pour mémoire, un baril contient 42 gallons, soit 160 litres de brut et 35 litres de carburant.
En quatre ans, l’essence a donc augmenté de 55%, tandis que le prix du brut a été multiplié par 3,6 et que la parité eurodollar a évolué de façon favorable (pour nous Européens) de 28%.

Pourquoi le pétrole ne baissera pas tant que cela
Qui détermine le prix de l’essence à  la pompe ? Le taux de change eurodollar, l’OPEP, Hugo Chavez et le Venezuela, le prochain cyclone au prénom féminin que j’ignore encore ? Que nenni ! La fiscalité.

N’importe quel bédouin sédentarisé près d’un puits de pétrole, n’importe quel Brésilien, n’importe quel Canadien ou Vénézuélien sait que toute augmentation de prix du pétrole est une manne pour le gouvernement du pays acheteur. En effet, il ponctionne des taxes dont une grande part est proportionnelle au prix du marché. Plus le producteur augmente ses prix, plus le gouvernement de son client se sert au passage.

Le plus gros client des producteurs ce sont encore les Etats-Unis. Là  bas, le carburant à  la pompe n’est vraiment pas cher comparé à  ce que nous connaissons. La politique de taxation est bien plus favorable que la notre. Quatre dollars le gallon, une misère quand on sait qu’un gallon fait 3,785 litres. Les yankees paient leur essence 2,55 euros le gallon, soit 0,67 euro le litre.

Pourquoi sa hausse est inéluctable
Si vous étiez le bédouin sédentarisé près d’un puits de pétrole, est-ce que vous ne penseriez pas les Européens arrivent à  survivre avec 1,70 euro le litre. Les Américains devraient y arriver aussi. Je pourrais donc bien leur vendre mon or noir 2,5 fois plus cher (1,70 divisé par 0,67 calcule rapidement le bédouin en caressant son chameau. Car il n’a pas de 4àƒ””4, il doute de la fiabilité de l’engin).

Tout calcul fait, 2,5 x 120 $, cela nous met le baril à  300 $. J’exagère ? Bien sùr, c’est beaucoup plus dramatique d’exagérer. Mais si l’on prend simplement le cours de 70 $ €” celui d’avant la crise des subprime, du dévissage du billet vert, de Bear Stearns, de Fannie et Freddie €” cela nous met le baril à  175 $.

Comment nous survivrons
Les gens devraient utiliser le chameau, il est largement aussi adapté à  la ville que le 4àƒ””4 et il est beaucoup moins soiffard. Il faudra bien sùr se passer de choses indispensables comme les fraises en hiver, les vêtements en fibres synthétiques, la climatisation à  18°C en été et le chauffage à  23°C en hiver.

http://www.moneyweek.fr/conseils/00097/baisse-prix-essence-petrole.html

Publié le 24 juillet, 2008 dans La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire