Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La CIA : ‘C’est nous qui avons préparé l’insurrection au Tibet’

La CIA : ‘C’est nous qui avons préparé l’insurrection au Tibet’

© Mondialisation.ca, Le 20 Mars 2008 (un peu tard en effet!)

La préparation de la révolte armée a duré des années, sous la direction des services secrets américains, la CIA. C’est écrit noir sur blanc dans « The CIA’s Secret War in Tibet » (La guerre secrète de la CIA au Tibet) de Kenneth Conboy (University Press of Kansas, 2002, 300 pages), un ouvrage à  propos duquel le spécialiste de la CIA, William Leary, écrit : « Une étude excellente et impressionnante sur une importante opération secrète de la CIA durant la guerre froide. »

InforTibet

Tibet : pour la liberté, avec la CIA ?

En 1951, les communistes prenaient le pouvoir au Tibet. Au cours des deux siècles qui avaient précédé, pas un seul pays au monde n’avait reconnu le Tibet comme un pays indépendant. Durant ces deux cents ans, la communauté internationale avait considéré le Tibet comme une partie intégrante de la Chine ou, du moins, comme un État vassal. En 1950 déjà , l’Inde disait que le Tibet était une composante de la Chine. L’Angleterre qui, il y a quarante ans, occupait pourtant une position privilégiée au Tibet, suivit la position indienne au pied de la lettre.

Seuls les États-Unis se montrèrent hésitants. Jusqu’à  la Seconde Guerre mondiale, ils considérèrent le Tibet comme appartenant à  la Chine et ils freinèrent même l’Angleterre dans ses avances au Tibet. Mais, après la guerre, les États-Unis voulurent faire du Tibet un rempart religieux contre le communisme.

Contrairement à  ce qui se passa avec la question coréenne, ils furent complètement isolés. Ils ne purent mettre sur pied la moindre coalition internationale. En 1951, la majorité de l’élite tibétaine elle-même, y compris l’Assemblée générale élargie, accepta l’accord négocié avec la Chine à  propos d’une « libération pacifique ».

Mais cela changea lorsque, en 1956, les autorités décidèrent d’appliquer une réforme agraire dans les territoires tibétains de la province de Sichuan. L’élite locale n’accepta pas qu’on touche à  ses propriétés et droits. Cela allait mener au soulèvement armé de 1959.

La préparation de la révolte armée avait duré des années, sous la direction des services secrets américains, la CIA. C’est écrit noir sur blanc dans « The CIA’s Secret War in Tibet » (La guerre secrète de la CIA au Tibet) de Kenneth Conboy (University Press of Kansas, 2002, 300 pages), un ouvrage à  propos duquel le spécialiste de la CIA, William Leary, écrit : « Une étude excellente et impressionnante sur une importante opération secrète de la CIA durant la guerre froide. »

Un autre livre, « Buddha’s Warriors – The story of the CIA-backed Tibetan Freedom Fighters » (Les guerriers de Bouddha – L’histoire des combattants tibétains de la liberté soutenus par la CIA), de Mikel Dunham (Penguin, 2004, 434 pages) explique comment la CIA a transféré des centaines de Tibétains aux États-Unis, les a entraînés et armés, a parachuté des armes sur le territoire, a enseigné aux gens comment ils pouvaient se servir d’armes à  feu tout en étant à  cheval, etc.

La préface de cet ouvrage a été rédigée par « Sa Sainteté le dalaï-lama ». Sans doute ce dernier considère-t-il comme un honneur le fait que la rébellion séparatiste armée ait été dirigée par la CIA. Dans cette préface, il écrit : « Bien que je croie que la lutte des Tibétains ne puisse être remportée que par une approche à  long terme et des moyens pacifiques, j’ai toujours admiré ces combattants de la liberté pour leur courage et leur détermination inébranlables. » (page XI)

Réactions tibétaines et internationales lors de la prise de pouvoir par les communistes, en 1951, Infortibet, 14 janvier 2008.
en néerlandais:
http://infortibet.skynetblogs.be/post/5433093/ tibetaanse-en-internationale-reacties-bij-de-

Le « Cirque de l’ombre : la CIA au Tibet », un documentaire revu, Infortibet, 5 février 2008.

Compte-rendu en néerlandais:
http://infortibet.skynetblogs.be/..


Publié le 24 juillet, 2008 dans Monde.

Commentaires (1)

 

  1. AK dit :

    Le Dalaï Lama n’a jamais eu le pouvoir puisque le Tibet a été envahi quand il avait 15 ans. Le Tibet était indépendant depuis 40 ans quand l’armée chinoise l’a envahi, et ceux qui avait fragilisé le Tibet c’était les anglais en 1905 qui avait massacré sa fragile armée. Laurent Dispot a vraisemblablement lu un article de la propagande chinoise repris ensuite par des groupuscules nazis. Mais un second article a tenté dans Libération de rétablir les faits.

    Le prof d’anglais du Dalaï Lama était effectivement un ancien SS, qui avait quitté l’Allemagne en 39, était arrivé au Tibet en 46 et avait enseigné au Dalaï Lama de 1949 à  1951. Les 7 ans au Tibet ne sont pas au service du Dalaï Lama seulement 2 ans sur les 7 ans.

    Le peuple tibétain souffre. Si vous souhaitez défendre le nouvel ordre mondial, alors pensez-y.

    Quand à  la CIA, je ne sais, car le Dalaï lama ne cesse de prôner la paix, la non violence, et les tibétains se font massacrer, disparaissent, alors pas trop besoin de la CIA pour fomenter une insurection.

    Il faut préciser que les tibétains n’ont pas le droit de quitter le Tibet pour aller par exemple au Népal.

    Le gouvernement chinois peut être très dur aussi vis à  vis des catholiques ou protestants de Chine ou vis à  vis de Faolong.

    C’est une dictature, et les chinois souffrent aussi beaucoup, pas seulement les tibétains.

    Quand je suis allée à  Cheng Du pour la première fois en 2000, des enfants gisaient à  moitié nus par terre, souffrant de polyomélite, ils étaient noirs de crasse, et mendiaient devant des magazins de luxe. On ne voit pas cela à  NY, pays capitaliste.

    La Chine est un pays très dur politiquement et au niveau des protections sociales, il n’y a pas tant que cela, d’après ce que j’ai pu constater.

Laissez un commentaire