Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Un chercheur de l’Ifri le reconnaît: l’europe bruxelloise accélère « naturellement » la désintégration des Etats.

Un chercheur de l’Ifri le reconnaît: l’europe bruxelloise accélère « naturellement » la désintégration des Etats.

© Tout Sauf Sarkozy

Pour Philippe Moreau-Defarges, spécialiste des questions européennes à  l’Institut français des relations internationales (IFRI), la crise identitaire que traverse la Belgique illustre l’affaiblissement des Etats dans un environnement démocratique prônant le droit des peuples à  disposer d’eux-mêmes. Selon lui, l’intégration européenne accélère naturellement cette désintégration des Etats.

Question: En février, le Kosovo a proclamé son indépendance, reconnue par de nombreux pays européens. Des revendications indépendantistes existent aussi en Ecosse, au Pays basque, en Corse, en Belgique… S’agit-il d’une tendance de fond ?

Réponse: Il y a en effet une tension croissante entre la stabilité des Etats et le droit des peuples à  disposer d’eux-mêmes. La première cause, c’est la paix, qui favorise la fragmentation des Etats et la remise en cause des acquis. Mais la question de fond, c’est la transformation radicale du pacte étatique, qui est devenu un instrument entre des groupes aux intérêts divergents. Si un jour les Flamands, les Ecossais, les Bretons, les Catalans ou les Québéquois disent démocratiquement par un vote qu’ils ne veulent plus faire partie de tel Etat, au nom de quoi peut-on les en empêcher ?

Lorsque certains Etats reconnaissent l’indépendance du Kosovo, ils reconnaissent le droit d’un peuple à  se séparer d’un Etat parce qu’il ne s’y sent plus à  l’aise. Les indépendantistes flamands ne demandent pas autre chose. Il y a un véritable problème lié à  la démocratisation très profonde du pacte étatique et au fait que les acteurs de ce pacte disent : « Moi, je ne fais partie de ce pacte que dans la mesure où il me convient. Si ce pacte ne me convient pas, j’ai le droit de m’en aller. » La démocratie est beaucoup plus qu’un régime politique, c’est une grande idée selon laquelle chacun a le droit d’être lui-même, à  l’égal de l’autre. Ce qui implique que chaque peuple a droit à  son propre Etat. On peut faire un parallèle extrêmement intéressant entre le divorce entre les individus et le divorce entre les peuples. La grande question est : qu’est-ce qu’un peuple ? Il y a donc un vrai problème entre la stabilité territoriale des Etats, dont le monde a besoin, et cette dynamique très forte de fragmentation.

Question: « L’intégration européenne » accélère-t-elle cette désintégration des Etats que vous évoquez ?

Réponse: Oui. « L’intégration européenne » a un effet désintégrateur sur les Etats membres. Les Etats perdent beaucoup de compétences qui sont transférées vers l’UE, et certains groupes estiment qu’ils n’ont plus besoin des Etats existants puisqu’il y a l’Europe. La construction européenne, qui reste en principe contrôlée par les Etats, doit donner la voix aux peuples, faire exister ces peuples, et contribuer par là  même à  la légitimation de ces mouvements.

Question: « L’UE » n’a-t-elle pas au contraire intérêt à  empêcher l’éclatement de la Belgique pour refermer cette boîte de Pandore ?

Réponse: C’est tout à  fait vrai, mais en histoire, la raison ne l’emporte pas toujours, et même rarement. Les Etats de « l’UE » ont tout intérêt à  empêcher l’éclatement de la Belgique, qui est au cœur de « l’UE ». Mais comment des Etats démocratiques pourront-ils s’opposer à  une Flandre demandant démocratiquement à  constituer son propre Etat ?

Question: Quel pourrait être l’attitude de « l’UE » vis-à -vis de ces nouveaux Etats ?

Réponse: C’est l’un des grands débats à  venir. Si la Flandre devient indépendante, comme l’Ecosse peut-être un jour, sera-t-elle membre de droit de « l’UE » ou devra-t-elle poser sa candidature ? Supposons que demain, la Flandre devienne indépendante, pose sa candidature d’adhésion à  « l’UE », et que la Wallonie soit considérée comme l’Etat belge. Que va faire la Belgique wallonne ? Evidemment, elle dira non à  l’entrée de la Flandre dans « l’UE ». On est au début de bras de fer extrêmement difficile entre les Etats tels qu’ils existent, la « construction européenne » et certains mouvements qui vont jouer la carte de l’indépendance.

Notes :

A revoir:

http://www.dailymotion.com/video/x1o07i_sarko-est-mort_politics


Publié le 21 juillet, 2008 dans Europe & UE, Sarkozy.

Commentaires (1)

 

  1. tom dit :

    bonjours dabords félicitations pour ton site qui est très complet (je n’ai pas eu l’occasion de tout regarder encore ^^) personnellement je pense que les français qui on votez pour SarKozy ne n’imaginent même pas ce qu’il se prépare.

    Donc je te remercie de faire partager la vérité il faut que les gens sachent il faut que les gens arrêtent d’être bête il faut agir maintenant sinon ce sera trop tard.

    Encore un grand merci .

Laissez un commentaire