Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Opinion : L’homme obsolète

Opinion : L’homme obsolète

© CentPapiers.com

don solo
photo : Don Solo (Flickr)

Je suis un créateur d’univers particulier. Auparavant, sur ma pelouse il n’y avait rien. Je veux dire rien de plus que de l’herbe. Une interprétation personnelle bien sùr de ce que j’ai estimé être rien, rien d’autre que de l’herbe. Il faut dire que dans notre univers, je ne vois rien d’autre que des galaxies, des planètes, des soleils, des trous noir, des comètes etc… Rien quoi, le vide ! Comment puis-je dans ce cas, laisser le vide s’installer sur ma pelouse, il me fallait donc agir.

des comètes etc… Rien quoi, le vide ! Comment puis-je dans ce cas, laisser le vide s’installer sur ma pelouse, il me fallait donc agir.

Alors j’ai creusé un trou. Pas n’importe quel trou, un trou suffisamment profond et suffisamment étendu en surface afin d’en faire un plan d’eau capable de se régénérer de façon naturel, sans avoir à  intervenir artificiellement avec des produits et matériels d’oxygénation.

Ensuite, j’ai ajouté des plantes aquatiques et quatre poissons rouges pour animer la surface, quelques aménagements en périphérie et un nain de jardin. Ma création fut réussie ; agréable, reposante, paisible.

L’année suivante, je devais dénombrer une trentaine de poissons tachetés de rouge et des espèces aquatiques qui n’avaient pas été invité, escargots d’eau, araignées d’eau (Gerris), libellules, têtards (de crapaud). Je contemplais avec interrogation tout ce petit monde. Y avait-t-il des conflits entre les plus rouge que noir et les plus noir que rouge, des drames dans les profondeurs du bassin ? Comment pouvais-je le savoir ? Je ne maitrisais plus rien, je ne servais plus à  rien, à  mon tour j’étais RIEN.

Devais-je accepté d’être ainsi évincé de ce que j’avais crée. Vider le bassin et leur apprendre qui j’étais ??? Mais !.. Dans ma grande clémence, j’ai finalement opté pour délégué mon univers au nain de jardin. Qu’il se démerde, moi je déplie ma chaise longue et je reste pénard.

Après tout, n’est-ce pas ce que nous cherchons tous à  faire ? Nous débarrasser de ces contraintes que peuvent être les responsabilités et le travail en les refilant aux autres (mes chers collaborateurs). Un jour, un type a inventé la roue probablement parce qu’il en avait assez de porter ses fagots sur son dos, ensuite lorsqu’il a vu son benêt de voisin, il s’est dit qu’il pourrait peut être bien lui faire tirer sa charriote. Plus tard le benêt à  bout de force et en voyant son cheval paitre paisiblement dans son enclos a pris conscience de sa misérable existence. Il inventa la traction cheval équipé d’un Hue, d’un Ho, d’un do ho, a Dia et a hue….

Pour ne plus avoir à  travailler comme des forçats, aujourd’hui, nous avons jeté nos pelles et nos pioches. Les puissantes machines mécaniques font en une heure ce qu’il aurait fallu à  cent hommes en une journée. Le travail accompli par ces machines est considérable. Notre quotidien est à  présent sous le contrôle de ces entités stupide mais utile.

De la simple mécanique de précision à  la mécanique complexe, de l’usinage assisté par ordinateur à  la technologie moléculaire, il me semble en regardant au loin, que nous nous approchons inexorablement d’un point de transition, de la singularité technologique. Dans l’ouvrage de Jean Claude Heudin, nous pouvons lire ceci « A moyen terme, les machines seront plus intelligente que l’être humain et évolueront plus vite que nous pourrions les faire évoluer nous même. »

La dernière invention que l’homme ne devrait jamais faire est bien « La machine supra intelligente ». Mais pensez donc ! Il a bien fallu que je fasse mon trou en prétextant qu’il n’y avait rien pour ensuite me retrouver pas moins que rien.

Qu’allons-nous devenir ? Disparaitre ou nous adapter ? Certains visionnaires apocalyptiques sont déjà  entrés en

mega piercing

résistance, ils ont revêtus la tenue mécanique de camouflage (photo ci-jointe). Pionner dans la recherche fondamentale de la survie en milieu mécanique hostile et de l’espionnage robotomique, n’oublions pas leurs abnégations pour un lointain futur, ils méritent l’élévation au grade de supra combattant virtuel. Les robots sont parmi nous. Mais ne soyons pas alarmiste, nous avons des liens communs avec ces nouvelles technologies.

Nous fricotons déjà  avec les implants et les prothèses. En 1999, robert Langer avait fabriqué une pilule intelligente sous cutané comportant des microréservoirs remplis de médicaments activables à  distance, nous avons aujourd’hui l’implant contraceptif. La firme Applied Digital a réalisé une nano puce qui s’implante sous la peau et qui peut transmettre des informations sur la personne. En 2000 une équipe américaine a implanté, à  l’arrière de la rétine de trois patients aveugle une micro puce qui permet de traduire une perception visuelle lumineuse. Alors demain, si vous deviez perdre un œil, votre mutuel prendra-t-elle en charge la neuroprothèse NB ou Couleur. Au niveau auditif, Infra ou ultra son ? Dans les régions sismiques nous vous conseillerons notre neuroprothèse infra.

Mais qui sera notre interlocuteur de demain, Docteur cyborg Rosnay ou Docteur IRobot R2D2 N° de la série 7894562FG.

robot protese

La robotique frappe à  votre porte. Les applications vont bouleverser les prochaines décennies .Selon plusieurs chercheurs et notamment Fréderic Levy, les premières applications majeures capables de révolutionner notre quotidien devraient voir le jour dans 10 à  20 ans.

Aujourd’hui, tout ce que nous fabriquons relève de la préhistoire. Les techniques de fabrications commencent par l’extraction de la matière première, ensuite séparation et pureté de cette matière première pour enfin aboutir à  l’assemblage du produit que l’on désire. Que d’énergie consommée et de déchets pour en arriver à  l’élaboration d’un simple vélocipède de 11,500Kg. Que de CO2.

Par exemple la fonte est un alliage de fer et de carbone d’environ 2,1 à  6,67 %. L’acier entre 0,008 et 2,1 % avec différente classification, « Extra doux, doux, demi doux, demi dur, dur, extra dur ». Un acier extra dur est à  0,9 % de carbone. Avec cet acier on fabrique de l’acier trempé (voir ici) pour la réalisation de pièces mécaniques. Différent alliages sont possible, comme le nickel, le chrome. Une affaire de mélange, une cuillérée par-ci une cuillérée par-là , une petite fusion et un traitement d’atelier.

Avec la nanotechnologie, c’est le contrôle de la matière. Que ce soit un écran d’ordinateur, un gobelet à  café, l’air, nous-mêmes, nous sommes constitués d’atomes. Un être vivant est constitué principalement d’atome de carbone, d’hydrogène et d’oxygène, l’eau d’hydrogène et d’oxygène, l’air d’oxygène d’azote et de carbone. Le but est d’arriver au contrôle individuel de l’atome et de l’assemblage de masse dans un lointain futur. Les atomes étant placé de façon précise et débarrassé de toutes impuretés nous donnerait un vélocipède de 400gr aux qualités supra remarquables sans avoir à  passé par l’extraction, le nettoyage, d’énergie consommé, de CO2 rejeté et sans aucuns déchets.

Pour le moment, la seule chose qui nous soit accessible pour les prochaines décennies, c’est la miniaturisation. Le jour ou nous parviendrons à  manipuler avec dextérité les atomes, nous pourrons écrire l’histoire de l’humanité sur un grain de sable. Ce n’est pas une fiction mais une prochaine réalité. Ce type de gravure moléculaire a déjà  été testé.

Plusieurs projets sont en cours afin de satisfaire l’apprentissage des robots. Il s’agit de mettre en œuvre des programmes informatiques capables de décrire ce qu’est une interaction neuronale capable de modifier son activité en cas d’événements inattendus, c’est-à -dire apprendre à  un robot a modifier ses paramètres.

L’intelligence artificielle et les produits robotique de hautes technologies se développent donc très vite, ils envahissent notre quotidien, nous sommes condamnés à  évolué en parallèle avec les robots. Notre point commun, la nanotechnologie. Probablement que nous finirons par nous opposer par la suite sur des idées existentielles, voir tenter d’instaurer une suprématie biologique. Plus tard, le droit de vote des robots sera finalement adopté, nous aurons à  droite, l’UPR (Union pour la Progression des Robots). A gauche, le PSR (Programme pour la Suppression des Robots), au centre le ModeRn (Mouvement de Robocratie). Sans oublier le Front Nanonal et la Lutte Contre Robocop .

Avant de basculer dans ce fantastique futur, il nous faut encore franchir la frontière ténue entre l’humain et l’objet, le naturel et l’artificiel. Lorsque l’humanité aura réussi le couplage de la nanotechnologie avec l’organisme biologique, qu’adviendra-t-il ???? Brrrr… ! Cette transition annonce-t-elle la disparition de notre civilisation ?

Celle-ci se présentera vraisemblablement sous de bons présages, l’homme réparé et l’homme augmenté de Joël de Rosnay. Mais après ? Que restera-t-il de l’être humain ?

An 3624 :

La cour suprême décide l’abandon de la fabrication biologique de la série humaine. Les coùts de fabrications, de maintien et d’entretien ; les défaillances chroniques dù à  la couche biologique de cette série l’on rendu définitivement obsolète. Par ailleurs nous nous félicitons de la remise en état des océans qui nous permet la réintroduction de la faune biologique sauvage. Le haut conseil affirme avoir réussi le programme d’auto régulation des espèces entre elles. Nous avons par ailleurs réaménagés les continents en zone de climat tempéré et d’extrême climat par une réorientation de l’axe oscillatoire terrestre de 23,51 degré. La cohabitation des espèces devrait donc se dérouler sans soucis majeurs puisque ce sont nos paramètres robotique que nous avons appliqué au domaine neuronal.

La blague du jour. 1111010100001110100000001100000001111001001101011111110000010100 …….. Bug bug bug bug ( rire d’un robot RS N° 5689744hE)

Gasty


Publié le 17 juillet, 2008 dans Société & Culture.

Laissez un commentaire