Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

La mort du riz en Inde — Plus de Basmati, ni de Katarni

La mort du riz en Inde — Plus de Basmati, ni de Katarni

© Alter Info

Global Research, Arun Shrivastava, 11 juillet 2008

Quelqu’un a dit, « Monsanto a inventé le porc. » Très bientôt nous apprendrons, ici, en Inde et en Asie, que les compagnies semencières multinationales étasuniennes et européennes ont « inventé » le riz. Et bientôt nous devrons payer des royalties à  ces compagnies pour manger du riz. Retenez votre souffle, cette situation est à  nos portes.

Je vous pose cette question avant que vous ne lisiez la suite : Que feriez-vous à  une compagnie qui prétend avoir « inventé le riz » et veut son dù parce que vous, Madames et Messieurs, mangez du riz ?

L’Inde est le pays du riz. Le riz est notre aliment de base depuis des milliers d’années. Un scientifique français a dit autrefois que l’Inde a 200.000 variétés de riz. D’autres écologistes disent 100.000. Est-ce important ? Dans les régions traditionnelles de production, j’ai trouvé que le goùt et la forme du riz diffèrent souvent d’un village à  l’autre. Plus maintenant. Après la révolution verte, les variétés disponibles sur le marché pour les semis commerciaux sont tombées à  une cinquantaine. Cela doit certainement être la plus grande destruction de biodiversité dans les cultures vivrières partout dans le monde.

€”¹Â€”¹Â€”¹Il y a quarante ans, quand ma mère faisait cuire le riz basmati, un doux arôme imprégnait toute la maison. Plus maintenant. Sous la révolution verte, le riz hybride lentement introduit dans les denrées est maintenant produit par de grandes exploitations mécanisées avec de grandes doses d’engrais et de pesticides. Bayer CropScience, une compagnie allemande, a modifié génétiquement les semences de riz. Le génie de cette révolution génétique est sorti de sa lampe et personne ne sait combien de variétés de riz sont contaminées. Nul ne sait vraiment combien de ce poison d’ingénierie est déjà  entré dans notre chaîne alimentaire. Et c’est arrivé sans étude de biosécurité appropriée.

Le riz appartient à  l’espèce Oryza. Des gens profanes comme moi ont dit que le riz s’autopollinise avec peu ou aucune chance que le pollen dérive pour aller contaminer le riz du champ voisin. Cependant, la RiceTech, une compagnie de semences hybrides étasunienne, a établi que « le vent avait aidé le pollen du riz à  se déplacer sur plus de 600 pieds. » [APHIS Workshop, 13-15 septembre 2004 ; résumé] Si le riz génétiquement modifié est planté au milieu du riz naturel, il y a toutes les chances pour que ce dernier soit contaminé, et c’est ce qui s’est passé aux États-Unis d’Amérique .

Le riz étasunien est devenu contaminé

€”¹Â€”¹Â€”¹Bayer CropScience (la compagnie semencière multinationale allemande) a conduit des essais en plein champ avec le LL601 (mieux connu sous le nom de Liberty Link 601) de 1999 à  2001 en Louisiane. Elle a ensuite abandonné le projet sans chercher à  obtenir le permis gouvernemental pour le commercialiser. En 2006, une contamination généralisée de riz à  longs grains possédant les caractéristiques du LL601 a été signalée.

Couvrant l’événement, Rick Weiss, journaliste du Washington Post, a rapporté, « Le Ministère de l’Agriculture est en train d’enquêter sur comment la variété a réussi à  se disperser depuis les parcelles d’essais dans les champs des agriculteurs, où elle s’est tranquillement développée pendant des années jusqu’à  sa découverte. Les graines et les plants de LL601 semblent pratiquement identiques à  ceux de la variété classique populaire avec laquelle ils ont commencé à  se mélanger, a déclaré Steve Linscombe, directeur de la station de recherche sur le riz de l’université d’État de Louisiane à  Crowley. . . Le jour d’aoùt où la contamination a été annoncée, Bayer a demandé l’homologation de la variété au gouvernement. »

Le 5 octobre 2007, le Ministère de l’Agriculture (USDA) a clôturé son enquête sur le riz génétiquement modifiés (GM). Les enquêteurs espéraient identifier la façon dont chaque lignée de riz GM étaient entrées dans l’approvisionnement commercial du riz, mais le mécanisme exact de l’introduction n’a pu être déterminé dans aucun des cas (1). Toutefois, il n’a pu être déterminé avec précision comment l’ingénierie semencière du riz pourrait contaminer une surface aussi grande. La spéculation allait bon train, certains parlaient d’étiquetage incorrect, d’autres évoquaient l’erreur humaine, d’autres encore mentionnaient une confusion dans les conteneurs.

Homologation de contamination

Le 24 Novembre 2006, l’USDA accordait un permis commercial à  l’organisme génétiquement modifié Liberty Link 601 de Bayer CropScience. Suite à  la contamination illicite par elle de l’approvisionnement alimentaire et des exportations de riz, la variété de riz GM a été annoncée officiellement pour la première fois il y a trois mois. Cette décision controversée a été prise malgré l’insistance de Bayer CropScience, qui avait renoncé il y a cinq ans à  commercialiser cette variété. Avec cette décision, l’USDA annonce aux compagnies de biotechnologie agricole qu’« il n’est pas important si vous faites preuve de négligence, si vous enfreignez les lois, si vous contaminez l’approvisionnement alimentaire avec des récoltes génétiquement modifiées non testées, nous nous porterons garant de vous, » a dit Joseph Mendelson, directeur juridique du Centre de Sécurité Alimentaire. « En réalité, l’USDA ratifie une mesure d’« homologation de contamination » qui ne peut qu’augmenter dans l’avenir le risque d’introduction de récoltes génétiquement modifiées dans l’approvisionnement alimentaire, et éroder la confiance en la nature saine des aliments étasuniens à  l’étranger, » a-t-il ajouté .

Naturellement, Bayer CropScience se félicite de la décision de l’USDA. « La déréglementation confirme la décision préliminaire de l’USDA, publiée le 8 septembre 2006, selon laquelle le LLRICE601 ne pose aucun souci environnemental et ne devrait plus être contrôlé. » (2)

Oh oui, fait M. Bayer. C’est pourquoi les arrivages de riz étasunien ont été renvoyés ou détruits dans le port de Rotterdam et dans d’autres.

L’Inde est-elle vulnérable ?

Vous pariez qu’elle l’est ? En janvier, j’ai reçu un jeu de documents d’une université agricole du Bengale Ouest sur une plantation illégale de gombos génétiquement modifiés. En mars, on m’a dit à  Jhansi qu’un marché lucratif avait été proposé aux agriculteurs pauvres : planter des « semences spéciales » de toutes sortes de légumes verts frais.

Qui sait dans combien d’endroits non autorisés a été planté du riz génétiquement modifié ?

Ce n’est que lorsque la contamination sera découvert dans les ports de débarquement des exportations de riz indien que l’Inde prendra conscience de la destruction de son héritage de 10.000 ans : LE RIZ.

Suite à  l’exemple étasunien, il n’est pas trop tiré par les cheveux de dire que notre aliment de base préféré, le riz, sera la propriété de l’une des cinq ou six multinationales semencières parce qu’elle l’a « inventé » ! Qui sera le premier à  contaminer notre riz est au mieux une conjecture.

Mais il SERA CONTAMINÉ. ILS SONT TROP DÉTERMINÉS À S’APPROPRIER NOTRE NOURRITURE.

Des questions ?

€”¹Â€”¹Â€”¹Ni le Parti du Congrès, ni BJP, ni CPM ni CPI, ni RSP, ni SP, ni Shiv Senanone, n’ont le courage ou la volonté politique de s’opposer à  la fraude de ces sociétés multinationales. Ils ont tous été réduits au silence.

« Qui se soucie du fait que les semences OGM ne procurent aucun des avantages promis ? Certainement pas les compagnies semencières. Peut-être que les avantages pour la population mondiale n’ont jamais été le but. Peut-être que l’objectif était, en lui en promettant la lune, d’obtenir que les premières cultures d’OGM soient dans le sol ! Et puis de laisser la nature suivre son cours en contaminant le reste de la planète avec le pollen breveté. L’action en justice pour la propriété intellectuelle viendrait au bon moment. » (3)

Notes

(1) La source est un communiqué de presse de l’USDA :
http://www.usda.gov/wps/p…

(2) Commentaires de Bayer CropScience sur la déréglementation du LLRICE601 aux États-Unis :
http://www.bayercropscience.com/bayer/crop…

(3) http://www.grain.org/research/?id=354 2005 fut une très bonne année pour l’industrie alimentaire, biotechnologie de Peter Montague, Rachel’s Democracy & Health News #837, janvier 2006)

Arun Shrivastava est un collaborateur habitué de Global Research.

Original : globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=9562
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info


Publié le 14 juillet, 2008 dans Alimentation, Génétique.

Laissez un commentaire