Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Etats-Unis: la crise du subprime provoque la plus grosse faillite bancaire en 24 ans

Etats-Unis: la crise du subprime provoque la plus grosse faillite bancaire en 24 ans

© AFP

NEW YORK (AFP) – La banque californienne Indymac, l’un des plus gros prêteurs hypothécaires américains, a été mise vendredi sous tutelle des autorités fédérales, devenant le plus important établissement bancaire à  faire faillite aux Etats-Unis depuis 24 ans.

Les autorités de régulation des caisses d’épargne, l’OTS, ont placé Indymac, aux actifs évalués à  32 milliards de dollars, sous le contrôle de l’institution fédérale garantissant les dépôts bancaires, la FDIC.

La banque rouvrira ses portes lundi sous le nom de Banque fédérale Indymac, dont la gestion sera assurée par la FDIC.

La fermeture de la banque est la conséquence du retrait en une dizaine de jours de 1,3 milliard de dollars de dépôts par ses clients, qui ont cédé à  la panique après des commentaires du sénateur démocrate Charles Schumer, qui s’était publiquement inquiété de la solvabilité du groupe.

Ce dernier avait adressé une lettre ouverte aux autorités de régulation pour leur faire part de ses inquiétudes.

« L’institution a fermé aujourd’hui en raison d’une crise de liquidités », a expliqué vendredi le directeur de l’OTS John Reich.

« La cause immédiate de cette fermeture est un mouvement de retraits massifs dus à  la panique qui a suivi une lettre ouverte du sénateur Schumer en date du 26 juin », a affirmé ce dirigeant.

Le sénateur Schumer a pour sa part rétorqué, via la presse américaine, que « si l’OTS avait fait son travail de régulateur et n’avait pas laissé Indymac poursuivre ses pratiques de crédit douteuses, nous n’en serions pas là  aujourd’hui ».

La banque de Pasadena, en Californie, rejoint les plus grosses faillites que le secteur bancaire américain ait essuyé ces dernières décennies. Avant elle, Continental Illinois National Bank avait fait faillite, en 1984, avec quelque 40 milliards de dollars d’actifs sous gestion. En 1988, la banque American Savings and Loan Association of Stockton, avait également fait banqueroute.

Indymac devient le plus gros établissement à  disparaître à  la suite de la crise déclenchée il y a un an par l’effondrement conjoint du marché immobilier et de la valeur des crédits hypothécaires à  risques (« subprime »).

Cette crise a déjà  conduit des établissements comme New Century, numéro deux américain des prêts hypothécaires, à  se placer sous la protection de la loi sur les faillites, une législation qui permet à  une entreprise de se restructurer sous la tutelle d’un juge.

Countrywide Financial, le premier financier de l’immobilier du pays, a accepté en début d’année de se vendre au rabais à  Bank of America afin d’éviter un destin similaire.

La crise ne s’est pas arrêtée aux spécialistes du crédit immobilier: la banque d’investissement Bear Stearns s’est elle faite racheter cette année par sa concurrente JPMorgan Chase.

Plus tôt dans la journée, les organismes de refinancement hypothécaire Freddie Mac et Fannie Mae ont connu une déroute boursière devant une montée des inquiétudes des marchés sur leur capacité à  faire face à  leurs engagements.

Pour l’ensemble du secteur bancaire, la crise financière s’est soldée par plus de 300 milliards de dollars de pertes et dépréciations à  ce jour.

Indymac a vu le jour en 1985, sous l’égide de Countrywide Financial. D’abord complémentaires, les deux compagnies sont devenus des concurrentes directes à  la fin des années 90.

Après avoir prospéré au début des années 2000, profitant de l’engouement des investisseurs pour des produits adossés à  des créances peu fiables – des crédits hypothécaires accordés à  des ménages au profil financier fragile, mais dont le rendement était proportionnel au risque -, Indymac a subi de plein fouet le dégonflement de la bulle immobilière, à  partir de 2006.

Lundi, Indymac avait annoncé la fermeture de ses activités de crédit hypothécaire et le licenciement de 53% de ses effectifs, après avoir échoué à  lever des capitaux. Le groupe est en pertes depuis l’été 2007.

L’action d’Indymac, qui dépassait les 28 dollars il y a un an, a clôturé à  28 cents vendredi à  la Bourse de New York.


Publié le 12 juillet, 2008 dans La Bourse & L'Economie.

Laissez un commentaire