Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Lutte antiterrorisme: la France ne respecte pas les droits humains

Lutte antiterrorisme: la France ne respecte pas les droits humains

© Rue89, Prison Planet

La « patrie des droits de l’homme » ne respecte pas toujours ces derniers: selon l’organisation Human Rights Watch, lorsqu’il s’agit de lutte contre le terrorisme, la France n’est pas exemplaire, loin de là .

L’organisation, dans un rapport publié sur son site, accuse les autorités françaises de s’appuyer sur des motivations fourre-tout pour coincer des suspects contre lesquels ils n’ont pas énormément de preuves:

« L’interprétation étendue de ce qui peut constituer une participation à  une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste se traduit en des critères peu exigeants en matière de preuve pour l’arrestation et la décision de mettre en examen un suspect. »

Le rapport de quatre-vingt onze pages reproche à  la France la durée trop longue de la détention des suspects précédant le procès, et les brutalités au cours des périodes de garde à  vue:

« Human Rights Watch a eu des entretiens et obtenu les témoignages de treize personnes soupçonnées de terrorisme soumises à  des interrogatoires incessants et oppressants et, dans certains cas, à  des mauvais traitements psychologiques et physiques. »

Selon HRW, « la privation de sommeil, la désorientation, les interrogatoires incessants et répétitifs ainsi que les pressions psychologiques sont monnaie courante en garde à  vue ».

L’organisation donne ainsi l’exemple de Rachida Alam, 34 ans, diabétique interpellée en même temps que son époux en mai 2004, soumise à  vingt-cinq heures d’interrogatoire pendant les trois jours qu’elle a passés en garde à  vue, sans voir une seule fois un avocat. L’accès à  un avocat n’est en effet pas facilité en France, selon Human Right Watch:

« Le droit de voir un avocat pendant la garde à  vue n’a été introduit qu’en 1993 et reste limité, même dans des affaires criminelles de droit commun. Le régime de la garde à  vue dans le cadre d’affaires de terrorisme en particulier semble être organisé pour être le plus oppressant possible afin d’obtenir des aveux. »

Selon Human Right Watch, ces mesures de sécurité abusives, qui de façon disproportionnée les musulmans », sont contreproductives:

« En fait, les mesures abusives et discriminatoires risquent de servir à  radicaliser des personnes déjà  sensibles aux vues extrémistes, pour des raisons personnelles, socioéconomiques ou politiques. »

« Ne pas mener la lutte antiterroriste au détriment des droits des suspects »

Une telle politique risque de « miner la confiance dans les forces de l’ordre et de sécurité au sein des communautés dont la coopération s’avère cruciale dans la lutte contre le terrorisme », juge le rapport:

« La coopération du public et en particulier les informations sur toute activité suspecte sont nécessaires pour réussir à  maintenir l’ordre et pour prévenir et poursuivre le terrorisme. Les voisins, les connaissances et les proches seront beaucoup moins susceptibles de faire part de leurs inquiétudes s’ils n’ont pas l’assurance que les autorités agiront de façon juste. »

L’organisation invite le gouvernement français à  prendre des mesures pour corriger la situation: « M. Sarkozy a qualifié la lutte contre le terrorisme de « bataille des idées », écrit Judith Sunderland, chercheuse à  la division Europe et Asie centrale de Human Rights Watch, en conclusion: « Pour remporter cette bataille, il faudra veiller à  ce que la lutte antiterroriste ne soit pas menée au détriment des droits des suspects. »


Publié le 3 juillet, 2008 dans France, Terrorisme.

Laissez un commentaire