Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’asymétrie de Mars résulte d’un immense cratère

L’asymétrie de Mars résulte d’un immense cratère

© Reuters

asymetrie mars

WASHINGTON (Reuters) – Un cratère de plusieurs milliers de kilomètres de côté creusé par la chute d’un astéroïde ou d’une comète explique l’asymétrie de la planète Mars, entre un hémisphère hérissé de reliefs et un autre en forme de bassin, selon les conclusions publiées mercredi par des astronomes.

L’impact a creusé un cratère sans équivalent dans les annales de l’astronomie de 8.500 km sur 10.600 km, soit la superficie combinée de l’Asie, de l’Europe et de l’Australie, souligne l’étude publiée dans le journal Nature.

Le dossier de Nature s’appuie sur les travaux de trois équipes d’astronomes.

Selon ces chercheurs, l’objet céleste qui aurait heurté Mars était de dimensions gigantesques, entre 1.600 et 2.700 km de diamètre – le diamètre de Mars est de 6.780 km.

Margarita Marinova et ses collèges du California Institute of Technology ont procédé à  des simulations tridimensionnelles de cet impact, « suffisamment puissant pour souffler la croùte (martienne) sur la moitié de la planète, mais pas assez pour détruire (toute la planète) ».

Selon Francis Nimmo, de l’University of California de Santa Cruz, des ondes de choc se sont propagées à  la surface de Mars et provoqué des modifications du relief dans l’autre hémisphère.

« Nous n’avons pas prouvé l’hypothèse d’un impact gigantesque, mais je crois que nous avons renversé le courant. La majorité des éléments dont nous disposons soutiennent cette théorie », écrit Jeffrey Andrews-Hanna, du Massachusetts Institute of Technology, dans un communiqué.

Maggie Fox, version française Henri-Pierre André


Publié le 26 juin, 2008 dans Astronomie.

Laissez un commentaire