Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

2010, l’année du crash internet

2010, l’année du crash internet

© Beta Politique, Pour Politis

Si on en croit Jim Cicconi, vice président de l’opérateur de télécoms américain AT&T « au rythme où évoluent les habitudes de navigation et d’utilisation du Web, avec l’explosion de contenus multimédia générés par les usagers, le réseau ne pourra pas suivre et la bande passante risque de s’effondrer rapidement ». Selon lui l’échange de données en haut débit va être multiplié par 50 d’ici à  2015 et le point de rupture se situerait aux alentours de 2010. Diable !

Fautifs désignés les You Tube et compagnie, bouffeurs incontinents de bande passante, et l’arrivée de la vidéo haute-définition (HD) qui enconsommera entre 7 et 10 fois plus. AT&T montre la voie en annonçant un investissement de 19 milliards de dollars dans son tronçon d’autoroute de l’information et incite les autres à  faire de même. Internet avertit Cicconi « n’est pas plus magique ou immatériel que la voirie et le système autoroutier. Internet n’est pas tombé du ciel, ce n’est pas un phénomène naturel… c’est un projet qui ne vit que parce que des entreprises privées, des investisseurs privés décident de mettre de l’argent… ». On a bien compris la métaphore et le message : une autoroute dont les investissements devraient sans doute être amortis par un système de péage au profit d’AT &T et de ses co-investisseurs. Un réseau payant en fonction du débit, qui signerait la mort d’internet tel qu’on l’a connu jusqu’à  aujourd’hui. La fin de ce que les opposants appellent la « neutralité du net ». Et quoi de mieux que la menace d’un crash mondial pour faire passer le péage ?


Publié le 26 juin, 2008 dans Internet.

Laissez un commentaire