Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Après le .com, le .amour ou le .dupont ?

Après le .com, le .amour ou le .dupont ?

© Par Julie de Meslon, 01net. – Lundi 23 juin

.com, .net, .org, .info, .biz… Les internautes sont habitués à  croiser ces extensions, limitées en nombre. Depuis 1995, seulement une vingtaine de suffixes dits « génériques » (sans limites géographiques) ont été créés. Mais cela va changer. L’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’organisme qui supervise la gestion des noms de domaine sur Internet, semble décidé à  ouvrir les vannes.

Le sujet fait partie des thèmes de la Trente-deuxième Réunion internationale de l’Icann, qui se tient du 22 au 26 juin à  Paris. On y évoquera la création de plusieurs centaines d’extensions. Mais le « grand ordonnateur » de l’Internet ne semble pas vouloir s’arrêter là .

En effet, dans une interview accordée ce lundi 23 juin aux Echos, le président de l’Icann, Paul Twomey, a révélé une information explosive si elle se confirmait : l’Icann envisagerait de libéraliser les extensions de domaine, pour que n’importe qui puisse déposer celle de son choix. « Les 1,3 milliard d’internautes pourront acquérir des adresses génériques en déposant des mots courants comme .amour, .haine ou .ville ou encore des noms propres », a-t-il précisé au quotidien économique.

D’une poignée de suffixes, Internet passerait alors d’un coup d’un seul à  des millions, d’un sobre « www.01net.actualites » à  de plus exotiques « www.yaka.fokon » ou « www.francois.pignon ». Et ce, alors que des extensions actuelles, comme le .mobi, sont encore peu employées ! Selon les propos recueillis par Les Echos, cette ouverture pourrait même être mise en place « dès le premier trimestre de 2009 », ce qui semble difficilement réalisable. L’idée d’un adressage personnalisable à  l’extrême est certes séduisante mais, en pratique, elle pourrait vite tourner au cauchemar.

100 000 dollars pour s’offrir une extension

Dans l’état actuel des procédures, obtenir un « .dupont » revient à  devenir le « registre »(registry en anglais) de cette extension, autrement dit d’en devenir le gestionnaire. C’est par exemple le cas de l’entreprise VeriSign, qui gère l’attribution des adresses en .com et en .net, éventuellement en confiant leur commercialisation à  d’autres sociétés (les registrars). Et devenir registre, cela coùte cher.

« Il faut au minimum 100 000 dollars… », précise Loïc Damilaville, adjoint au directeur général de l’Afnic (gestionnaire du .fr), qui n’avait pas été mis au courant par l’Icann de ce projet d’ouverture. « Il faut financer sa gestion technique, payer diverses assurances, payer l’Icann… Seuls des groupes privés peuvent se le permettre. Je ne vois pas comment l’Icann pourrait ouvrir les extensions à  n’importe qui », s’interroge-t-il.

Lundi en fin d’après midi, l’Icann n’avait ni confirmé, ni précisé l’information, y compris auprès de ses partenaires. Dans son interview au quotidien économique, Paul Twomey semble toutefois déjà  bien avancé dans ses réflexions. Il évoque même des garde-fous si ce projet venait à  se concrétiser : les noms d’extensions demandés par les internautes ne devront ni violer le droit des marques, ni s’approcher d’une extension existante (.kom, par exemple), ni usurper l’identité d’une communauté, ni perturber l’ordre public ou moral.

Et si deux internautes se disputent un suffixe, ils auront trois mois pour négocier à  l’amiable, avant de régler l’affaire aux… enchères. Belle pagaille en perspective !


Publicité
Publié le 24 juin, 2008 dans Internet.

Laissez un commentaire