Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Du nouveau dans l’affaire du compte secret de Chirac au Japon

Du nouveau dans l’affaire du compte secret de Chirac au Japon

© Capital.fr

D’après des sources judiciaires, la justice aurait saisi un document chez Maitre Jean Viel, l’avocat de Jacques Chirac, au sujet de son présumé compte secret au Japon. Dans le document saisi, la banque Tokyo Star, qui a repris en 2001 une partie des activités de la banque Tokyo Sowa, dit ne pas avoir trouvé trace à  la date de 1999 de compte bancaire au nom de Jacques Chirac. Elle ne se prononce pas pour la période antérieure et explique qu’elle ne peut garantir qu’il n’ait pas existé de compte dissimulé derrière une société-écran.

Ce document a été versé au dossier sur l’enquête de la disparition du journaliste Jean-Pascal Couraud. S’appuyant sur le témoignage contesté d’un ancien membre du service d’ordre de Gaston Flosse, la famille de Jean-Pascal Couraud, alias « JPK », estime qu’il pourrait avoir été assassiné pour s’être intéressé de trop près à  des flux financiers entre la Polynésie et le supposé compte Chirac.

Aucun élément matériel ne semble donner crédit à  ce scénario. La justice tahitienne avait initialement conclu à  un suicide de Jean-Pascal Couraud, qui n’était plus journaliste en 1997 et qui aurait montré, à  l’époque, des intentions suicidaires.

Un dossier classé secret existerait à  la DGSE. Il serait placé sous scellé, il faudrait attendre une déclassification, qui relève du ministère de la Défense, pour que le magistrat tahitien puisse les emporter.

En outre, le général Philippe Rondot, spécialiste du renseignement, entendu dans le cadre de l’affaire Clearstream aurait assuré que le compte existait bien à  la Tokyo Sowa Bank et était crédité de 300 millions de francs vers 1996. Il est ensuite revenu sur ses propos, expliquant que le compte n’existait pas, position réitérée devant le juge de Tahiti, selon Le Figaro.

(Avec Reuters)


Publié le 21 juin, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire