Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’Angleterre pourrait ne pas ratifier Lisbonne

L’Angleterre pourrait ne pas ratifier Lisbonne

© Solidarité & Progrès

17 juin 2008 (EIRNS) – Suite au vote irlandais, la Grande-Bretagne est divisée.

D’un côté le Premier ministre Gordon Brown semble appeler la Chambre des lords à  poursuivre le processus de ratification, le vote étant prévu pour demain. De l’autre, le dirigeant du parti conservateur, David Cameron, demande que l’on mette un terme au processus de ratification parlementaire.

Le dirigeant des libéraux démocrates, Nick Glegg a déclaré qu’il était « hautement improbable » que le traité soit ratifié dans sa forme actuelle. « Tactiquement, je vois déjà  des dirigeants européens disant que nous pouvons construire une Europe à  plusieurs vitesses et morcelée. C’est une mauvaise chose. »

Visiblement, l’option de retrait est sur la table. The Independant cite le ministre des Affaires étrangères, David Miliband, faisant référence au traité de Lisbonne comme à  « l’ancien calendrier » et déclarant que la Grande-Bretagne devrait s’atteler à  « un nouveau calendrier » portant sur le terrorisme, le changement climatique et l’insécurité économique. Miliband déclare explicitement que le traité est mort : « Les règles sont claires. Si chacun des 27 pays ne ratifie pas le traité de Lisbonne, ce dernier n’entre pas en vigueur. » Il continue : « Il n’est pas question de passer en force, de manipuler ou d’ignorer le vote irlandais. » Il considère que l’idée d’exclure l’Irlande de l’UE ou celle d’avoir une Europe à  deux vitesses, « n’est pas en accord avec les réalités d’aujourd’hui ».

Il déclare enfin qu’il revient au Premier ministre irlandais Brian Cowen de décider si « l’extrême onction » doit être administrée au traité.

Pour approfondir le sujet, vous pouvez consulter notre focus en cliquant ici


Publié le 17 juin, 2008 dans Europe & UE.

Laissez un commentaire