Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Bush menace l’Iran d’une action militaire

Bush menace l’Iran d’une action militaire

© Alter Info, Independent.co.uk

George Bush a prévenu l’Iran que l’action militaire est toujours « sur la table » s’il ne répond pas aux pressions diplomatiques renforcées en abandonnant son programme d’armes nucléaires.

Par Colin Brown, rédacteur en chef adjoint Politique
The Independent, mardi 17 juin 2008
article original :
« Bush threatens Iran with military action »

L’UE projette d’annoncer le gel de tous les avoirs iraniens à  l’étranger de la principale banque d’Iran. Les sanctions sont aussi renforcées sur les exportations de gaz et de pétrole par l’Iran.

iran bush

Mais les remarques du président des Etats-Unis, lors de la dernière étape de sa « tournée d’adieu » à  l’Europe, fait craindre à  Westminster que M. Bush est déterminé à  passer à  l’action contre l’Iran avant de quitter le pouvoir en janvier prochain si les sanctions échouent à  forcer Téhéran à  abandonner ses ambitions en matière d’armes nucléaires.

Se tenant aux côtés du Président après plus d’une heure de discussion à  Downing Street, Gordon Brown a surpris les officiels du Conseil de l’UE en annonçant que l’UE a l’intention d’intensifier ses sanctions contre l’Iran, y compris en gelant les milliards d’euros d’avoirs à  l’étranger de la Banque Melli d’Iran.

Mais M. Bush n’a laissé aucun doute que les Etats-Unis gardent en réserve l’action militaire. Grâce à  M. Brown qui maintient la cohésion de l’alliance européenne, « afin que nous puissions résoudre ce problème par la diplomatie », M. Bush a déclaré : « C’est mon premier choix. Cependant, les Iraniens doivent comprendre que toutes les options sont sur la table ».

Le chef de la politique étrangère européenne, Xavier Solana, a proposé, le week-end dernier, une offre plus généreuse au régime iranien et il attend maintenant sa réponse. Cette offre inclut une aide au développement de l’énergie nucléaire civile et l’extension de l’aide économique si l’Iran arrête l’enrichissement de l’uranium pour produire du plutonium de qualité militaire. Ali Larijani, le Président du Parlement Iranien, a promis « d’étudier attentivement cet ensemble de propositions ».

Les officiels du conseil européen ont dit que des sanctions plus sévères n’étaient pas à  l’ordre du jour lorsque M. Solana a informé ses officiels, mais Downing Street a insisté sur le fait que des sanctions étaient en cours de préparation. Il est probable qu’elles seront mises en place la semaine prochaine.

M. Brown a déclaré : « Notre message au peuple iranien est : vous n’avez pas besoin de choisir la voie de la confrontation. Les tout derniers pourparlers avec les Iraniens ont eu lieu ce week-end. Nous avons mis sur la table notre proposition améliorée, qui inclut un partenariat politique et économique, y compris la technologie nucléaire aux fins civiles.

« Nous attendons la réponse iranienne et nous ferons tout pour maintenir le dialogue, mais nous sommes aussi clairs que si l’Iran continue d’ignorer les résolutions de l’ONU et notre offre de partenariat, nous n’aurons d’autre choix que d’intensifier les sanctions ». Un porte-parole de Stop the War Coalition, qui protestait contre l’arrivée de M. Bush à  Downing Street ce dimanche, a déclaré: « Bush a voyagé dans toute l’Europe pour essayer d’obtenir le soutien à  des sanctions et à  une possible future attaque contre l’Iran ».

M. Brown a aussi annoncé que la Grande-Bretagne envoyait plus de troupes en Afghanistan, tandis que les corps de cinq soldats tués au combat la semaine dernière étaient ramenés à  la maison. Environ 400 personnels de soutien sont retirés, mais 630 soldats supplémentaires sont envoyés.

Il est prévu que M. Brown annonce le retrait des troupes de Bassora avant les vacances parlementaires d’été, qui débutent à  la fin du mois prochain.
Traduction JFG-QuestionsCritiques

L’Irak prend un virage en direction de Téhéran

Par Sami Moubayed Asia Times Online, le 16 juin 2008
article original : « Iraq takes a turn towards Tehran »

DAMAS – Une blague populaire raconte l’histoire d’un homme âgé qui se marie avec une jeune fille, de nombreuses années sa cadette, et qui s’appelle Mana. A chaque fois qu’il rend visite à  sa jeune épouse, elle se plaint de sa longue barbe qui devient grisonnante et lui en arrache les poils blancs. Le deuxième jour, il rend visite à  sa première femme, Hana, qui a le même âge que lui, et elle se plaint que les poils noirs qui restent dans sa barbe ne sont pas à  son avantage, et elle lui arrache les poils noirs. Il finit par se retrouver sans barbe et il se lamente devant son miroir en disant : « Entre Hana et Mana, j’ai perdu ma barbe ! »

La morale de cette histoire – qui rime en arabe – est que les hommes ne peuvent satisfaire tous les goùts, ni deux femmes. Aujourd’hui, les Irakiens utilisent cette histoire en référence à  leur Premier ministre, Nouri al-Maliki, qui est déchiré entre apaiser les Etats-Unis, qui l’ont amené au pouvoir et qui l’y ont maintenu contre toute attente, depuis 2006, et plaire à  ses protecteurs et coreligionnaires à  Téhéran.

La morale de cette histoire – qui rime en arabe – est que les hommes ne peuvent satisfaire tous les goùts, ni deux femmes. Aujourd’hui, les Irakiens utilisent cette histoire en référence à  leur Premier ministre, Nouri al-Maliki, qui est déchiré entre apaiser les Etats-Unis, qui l’ont amené au pouvoir et qui l’y ont maintenu contre toute attente, depuis 2006, et plaire à  ses protecteurs et coreligionnaires à  Téhéran.

Des ennemis traditionnels comme Abdul Aziz al-Hakim, le président du Conseil Supérieur Islamique d’Irak, et Muqtada al-Sadr, l’ecclésiastique chiite de tout premier plan, sont passés à  la vitesse supérieure ces dernières semaines, faisant pression sur Maliki pour qu’il ne le signe pas. Hakim, qui bénéficie d’excellentes relations avec Washington, ne peut pas s’opposer à  ses protecteurs à  Téhéran – ni défier son électorat chiite – et approuver un tel accord, que l’Iran considère comme prétexte pour une occupation à  long-terme de l’Irak par les Etats-Unis.

Le premier à  s’être violemment déclaré contre cet accord était l’Ayatollah basé à  Qom, Kazem al-Hairi, un ecclésiastique très influent dans la politique intérieure irakienne, que seul le Grand Ayatollah Ali Sistani peut égaler. Bien avant que des déclarations similaires soient faites à  Nadjaf, il a émis un décret religieux – une fatwa – interdisant la ratification d’un tel accord.

Malgré tout ce qu’on peut dire des tensions entre les Sadristes et l’Iran, Muqtada a fait écho à  cette déclaration, en organisant des manifestations hebdomadaires massives contre cet accord. En plus des 50 bases américaines, l’accord exige que les Américains supervisent sur le long-terme des ministères irakiens de l’intérieur et de la défense (pendant pas moins de 10 ans). Il accorde aux Américains le droit quasi exclusif de reconstruire l’Irak, d’entraîner les forces irakiennes et de maintenir du personnel sur le territoire américain – personnel qui disposerait de l’immunité vis-à -vis des tribunaux irakiens.

Il donne aux Etats-Unis le droit d’arrêter ou de poursuivre tout Irakien travaillant contre leurs intérêts, à  l’intérieur de l’Irak, et promet de protéger l’Irak de toute guerre, coup d’Etat ou révolution. Il confère aussi aux Etats-Unis le contrôle de l’espace aérien irakien. Barhan Saleh, le vice-Premier ministre, a déclaré que les Américains menaçaient de geler pas moins de 50 Mds de dollars de devises lourdes irakiennes et de garder tous les avoirs monétaires de l’Irak aux Etats-Unis, si un accord n’est pas signé avant décembre (la date d’expiration du mandat onusien pour la présence des Etats-Unis en Irak).

Saleh a fait le commentaire suivant : « Nos allies américains doivent comprendre et réaliser que cet accord doit respecter la souveraineté irakienne. Nous avons besoin d’eux pour encore un moment et ils savent qu’ils doivent rester ici pendant un certain temps ».

Après une visite à  Téhéran au cours de ce mois, Maliki, le week-end dernier, a bien fait comprendre sa position – surprenant les Américains – en disant : « L’Irak a une autre option qu’il pourrait utiliser. Le gouvernement irakien, s’il le veut, a le droit de demander aux Nations-Unies qu’elles mettent fin à  la présence des forces internationales sur le sol souverain irakien ».

Il a ajouté, « Lorsque nous avons accédé aux demandes du camp américain, nous avons découvert qu’ils enfreignent considérablement la souveraineté de l’Irak, et c’est quelque chose que nous ne pourrons jamais accepter. Nous sommes arrivés à  un désaccord évident. Mais je peux vous assurer que tous les Irakiens rejetteraient un accord qui viole d’une manière ou d’une autre la souveraineté irakienne « .

Ces paroles crues ont été prononcées après des ordres directs du Dirigeant Suprême iranien, le Grand Ayatollah Ali Khamenei, lors de la toute dernière visite de Maliki à  Téhéran. Le deuxième avant-projet avancé par les Américains change quelques-uns des points de base, donnant à  l’Irak le droit de poursuivre en justice les officiers, les soldats et les contractants américains qui violent la loi irakienne, et requerrant que les Américains remettent tout Irakien arrêté, afin qu’il soit jugé dans un tribunal irakien.

Selon les officiels de l’ambassade des Etats-Unis en Irak, qui insistent sur le fait que cette idée est toujours en débat par les décideurs des deux pays, le refus de Maliki visait le premier avant-projet. Un député irakien aurait dit – mettant en doute les propos crus de Maliki, « Si, demain, les Américains décident de partir, je veux mettre en garde contre une assurance excessive. La situation est toujours précaire et nous n’avons pas les moyens de nous défendre nous-mêmes ».

Qu’est-il arrivé au Premier ministre ? Une poussée soudaine de nationalisme irakien ? Ou un flot d’ordres de Téhéran – dont les dirigeants s’inquiètent des propos accrus d’une attaque étasunienne avant janvier 2009 ? Un Irak enchaîné à  l’administration américaine dans l’Amérique d’après Bush, pourrait s’avérer pratique pour toute aventure militaire contre Téhéran.

Les dirigeants iraniens ont observé avec intérêt trois développements dans la région, qui ont tous eu lieu la semaine dernière. L’un était les propos accrus en Israël sur la nécessité de bombarder l’Iran à  cause de son programme nucléaire, propos exprimés vendredi par le vice-Premier Ministre Shaoul Mofaz. Ce ministre israélien – qui a les yeux rivés sur sa victoire électorale pour devenir Premier-ministre, si Ehoud Olmert était éjecté – ou quand il le sera – , a fait remarquer que les sanctions n’étaient pas suffisantes, disant qu’Israël doit bombarder l’Iran, avec les Etats-Unis. Les analystes ont vu cela comme un prélude, après le dernier sommet Bush-Olmert, à  l’aventure finale de Bush dans le Golfe Persique.

Deuxièmement, il y avait le débat en Irak sur la signature ou non de cet accord avec les Etats-Unis. Et troisièmement, il y a eu le « coup » du sénateur démocrate, prétendant à  la présidence, Barack Obama, dans son discours hautement controversé devant le lobby influent d’Israël aux Etats-Unis, l’AIPAC, qui a modifié toute perception dans le Tiers Monde qu’il serait le président qui parlerait aux Iraniens – plutôt que les bombarder.

L’Iran a peur de ces trois développements. Peu après que Mofaz a fait ses remarques, le Ministre iranien de la Défense, Mustapha Mohammed Najjar, a répondu avec hargne : « Les forces armées iraniennes ont atteint le sommet de leur puissance militaire et si quiconque venait à  prendre de telles mesures, la riposte serait absolument terrible ».

Bush a répondu à  ces menaces lors d’une rencontre avec le Président français Nicolas Sarkozy, répétant son jargon habituel, selon lequel l’Iran est une menace pour la paix mondiale. Ensuite, depuis l’Allemagne, il a ajouté que « toutes les options sont sur la table » pour traiter avec l’Iran.

Selon certains reportages de presse, le gouvernement israélien a établi un commandement militaire, en préparation d’une attaque contre l’Iran, qui s’appelle Iran Command. « Les opérations de ce commandement sont destinées à  améliorer la coordination entre les missiles balistiques israéliens et les brigades aériennes et de missiles qui déploient les systèmes de missiles Arrow et Patriot ».

Le ministre iranien des affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, a minimisé cette information en disant, « Nous ne pensons pas qu’il y ait le moindre risque d’une frappe militaire », prétendant que les remarques de Mofaz n’étaient « pas sérieuses ». Ces propos ne réfutent pas ceux de Mofaz et ont envoyé des ondes de choc dans tout Téhéran.

En ce qui concerne le discours d’Obama, Olmert a dit qu’il avait été « très émouvant », au grand mécontentement des Mollahs de Téhéran. Entre autres choses, Obama a déclaré que Jérusalem restera la capitale « unie » et « éternelle » d’Israël. Il a ensuite ajouté que s’il est élu, « J’apporterais à  la Maison-Blanche un engagement infaillible vis-à -vis de la sécurité d’Israël. Le lien entre les Etats-Unis et Israël est incassable aujourd’hui, incassable demain et à  jamais incassable ».

Obama a ajouté : « Le régime iranien soutient des extrémistes violents et nous défie dans toute la région. Il poursuit une capacité nucléaire qui pourrait déclencher une course dangereuse aux armements et qui soulève la perspective d’un transfert de savoir-faire nucléaire aux terroristes. Son président nie l’Holocauste et menace de rayer Israël de la carte. Le danger venant d’Iran est sérieux, il est réel, et mon but sera d’éliminer cette menace ».

Ce sont des raisons largement suffisantes pour que les dirigeants iraniens exercent un maximum de pression sur Maliki, pour qu’il change de cap ou qu’il quitte le pouvoir et face de la place à  un chef d’Etat chiite qui pourra défendre les intérêts iraniens. Khamenei a demandé aux dirigeants chiites de l’Irak – peu importe leurs différences – de s’unir pour tuer le traité US-irakien.

Il a été franchement dit à  Maliki de le refuser – sinon… Tout autant que les Américains pensent qu’ils peuvent appuyer sur un bouton et obtenir de Maliki qu’il réponde positivement, la réalité est très différente. Ils peuvent l’éjecter, bien sùr, mais étant données les circonstances, il serait difficile de trouver, au sein de l’Alliance Irakienne Unie, un chef d’Etat chiite crédible acceptant de défier l’Iran pour les beaux yeux de l’Amérique.

Les déclarations de Mofaz et celles d’Obama ne rendent pas la vie plus facile pour Maliki. George W. Bush est encore à  la Maison-Blanche pour six mois. Il a toujours le pouvoir de bombarder l’Iran.

Sami Moubayed est un analyste politique syrien.

copyright 2008 : Asia Times On Line / Traduction : JFG-QuestionsCritiques.


Publié le 17 juin, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire