Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Sarkozy ne veut ni minimiser ni dramatiser le « non » irlandais

Sarkozy ne veut ni minimiser ni dramatiser le « non » irlandais

© Reuters

PRAGUE (Reuters) – Il ne faut ni minimiser ni dramatiser le « non » irlandais au traité de Lisbonne, a déclaré le président Nicolas Sarkozy, qui se rendra « dès que possible » en Irlande.

Le résultat du référendum du 12 juin en Irlande « n’est pas une affaire facile », a déclaré le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse à  Prague.

« Il faut gérer le ‘non’ irlandais avec calme, sang-froid, ne pas dramatiser et ne pas minimiser », a souligné Nicolas Sarkozy, dont le pays présidera l’Union européenne à  partir du 1er juillet.

« Ne pas dramatiser, c’est se souvenir que 18 pays ont déjà  ratifié, un a refusé », a-t-il poursuivi. « Ne pas minimiser, c’est tenir compte de ce que disent les peuples. La décision irlandaise est un fait politique ».

Le chef de l’Etat a fait savoir qu’il se rendrait « dès que possible » en Irlande pour examiner avec le Premier ministre irlandais, Brian Cowen, « dans quelles conditions on peut surmonter cette difficulté ».

Aux yeux du président français, il faut « éviter d’accroître les conséquences de la décision irlandaise pour éviter absolument une crise européenne qui empêcherait par exemple la Croatie d’intégrer l’Europe, et en même temps que nous ne condamnions pas l’Europe à  l’immobilisme. Personne ne le comprendrait. »

« Personne ne doit se sentir acculé, de façon à  ce que les positions ne se rigidifient pas », a poursuivi Nicolas Sarkozy.

« Ne nous précipitons pas, ne dramatisons pas, et essayons de trouver dès jeudi et vendredi le meilleur des chemins pour ramener de l’unité dans la famille européenne », a-t-il ajouté à  propos du Conseil européen des 19 et 20 juin à  Bruxelles.

La République tchèque, qui n’a pas encore ratifié le traité de Lisbonne, prendra la présidence de l’UE au premier semestre 2009.

L’Irlande, seul pays des 27 à  se prononcer par référendum sur ce traité, a rejeté le texte par 53,4% des voix.

Elizabeth Pineau, édité par Sophie Louet

Publié le 16 juin, 2008 dans Europe & UE.

Laissez un commentaire