Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

Les Dictateurs de L’U.E. vont continuer la ratification du Traité malgré le rejet Irlandais

Les Dictateurs de L’U.E. vont continuer la ratification du Traité malgré le rejet Irlandais

© Prison Planet

Dirigé par le Premier Ministre Britannique Gordon Brown et le Président Français Nicolas Sarkozy, l’UE et les états membres, dans leur incessante poursuite d’un super état fédéral, pourraient violer leurs propres lois et continuer la ratification du Traité de Lisbonne malgré son rejet dù aux votes Irlandais d’aujourd’hui.

Sous les lois Européennes, si un de ses membres rejettent un traité, l’UE est mandaté de demander l’addition. Mais les mépris de l’Union Européenne pour une démocratie directe est telle que cela les amèneront à  ignorer le référendum Irlandais et poursuivre l’implémentation du Traité de Lisbonne de toute façon – ce qui prouve le fait que l’UE n’est rien d’autre qu’une dictature légitime de consentements fabriqués.

Le traité de Lisbonne n’est rien d’autre qu’un vulgaire repackaging de la Constitution UE de 2005 qui a été rejeté par la France et la Hollande, dont les citoyens n’ont pas eu la possibilité de le voter cette fois.

Depuis que la constitution Irlandaise stipule que n’importe quel amendement doit être voter par référendum, le pays demeure le seul bastingage contre le trébuchement final de l’UE afin de créer un super état fédéral et éliminer complètement tous les vestiges restants de souveraineté.

La surprise du rejet du traité d’aujourd’hui a été réglé avec une arrogance totale de la part du Premier Ministre Britannique Gordon Brown qui, d’après les rapports, a appelé le Président Français Nicolas Sarkozy, « afin d’assurer que la ratification Britannique continuerait ».

« Le gouvernement Britannique est attendu de continuer la ratification du Traité UE malgré son rejet par les votes Irlandais, » a rapporté la BBC.

En addition, le Président Jose Manuel Barroso a pressé les états membres à  continuer la ratification insistant que c’était « vivant et qu’on devrait essayer de trouver une solution ».

L’obsession de Brown à  sacrifier la souveraineté Britannique sur l’autel de la mondialisation l’a amené à  enfreindre un manifeste du Labour Party qui promet qu’il y aura aussi un référendum au Royaume Uni. Unelected EU dictators are loathe to allow referendums because they know the majority of European citizens would reject further EU integration because they are painfully aware of the destruction it has already wrought on the economy and social cohesion.

La tactique habituelle de l’UE est de simplement ne pas arrêté de répéter qu’il y aura un référendum jusqu’à  ce qu’ils achèvent le résultat désiré.

Tel que la BBC rapporta, « Les Irlandais ont voté Non au traité de Nice en 2001 et ont été demandé de voter encore une fois une année plus tard. Cette fois ils ont dit Oui. Les Danois ont voté Non au Traité de Maastricht en 1992 – et ont voté Oui une année plus tard. Les Français et Hollandais ont rejeté la constitution en 2005 et les dirigeants ont créé Lisbonne à  la place. »

Mais cette fois l’UE est prête à  aller un pas plus loin et simplement ignorer la décision du peuple Irlandais en passant à  travers leurs propres lois – prouvant une fois pour toute que le corps est complètement illégitime, dangereux à  la démocratie et est un état fédéral totalitaire.


Publicité
Publié le 14 juin, 2008 dans Europe & UE.

Commentaires (1)

 

  1. Francky dit :

    Bravo pour ces commentaires, une question demeure aussi, pourquoi le royaume uni ne fait pas partie de l’euroland alors qu’il satisfait haut la main les conditions d’entrée ? Sans doute car ce pays est le berceau de l’oligarchie du Common Wealth avec tout ce que cela implique, ainsi que de la franc-maçonnerie (rite écossais), se protègent-ils d’un éventuel crash de l’euro ? Qui vivra verra.

Laissez un commentaire