Articles intéressants à lire

Cour Supreme Israel  Denver International Airport  Symboles Occultes Bank of America  Georgia Guidestones  Saturne Occulte  Pyramide Blagnac  Le Rockefeller Center  Parlement UE  Symboles dans les logos  Sionisme Rothschild  Le billet d'un dollar  Cherchez l'erreur  Cathedrale Saint Jean le Divin  Le Projet Rivkin  La Fasces  La Nouvelle Aube Nouveau Jour en Image  Feu dans les Esprits des Hommes  Les 1000 points de lumiere  La Pierre de Bethel  La Main Cachee  Systeme Solaire  Aleister Crowley  Ordre des Illumines de Baviere  Qui est Baphomet  Illuminati New World Order  Introduction NWO

L’Iran retire ses avoirs des banques européennes

L’Iran retire ses avoirs des banques européennes

© Contre Info

L’Iran a retiré des banques européennes un montant considérable de ses réserves de devises et a transféré une partie de ses avoirs vers des banques asiatiques.

mohsen talaei

Press TV (Iran), 9 juin 2008

« Sur la base d’une décision prise par un groupe de travail du gouvernement, l’Iran a opté pour de « véritables » actifs tels que l’or et les actions … Nous avons diminué nos réserves en devises étrangères déposées dans des banques internationales, » a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères pour les questions économiques, Mohsen Talaei .

« Une partie des réserves de change de l’Iran, toutefois, a été transférée dans des banques d’Asie », a t-il précisé lors d’un entretien accordé à  l’agence de presse Borna.

Selon le ministre, l’Iran conserve la quantité minimum de devises requise pour que ses comptes restent ouverts en Europe, et gèrera ses comptes en Asie d’une manière qui permettra aux transactions commerciales de se poursuivre.

L’Iran a abandonné le dollar pour ses exportations de pétrole en faveur du yen, en invoquant pour cette décision la faiblesse de la devise américaine.

L’Iran vend quotidiennement près de 700 000 barils de pétrole brut au Japon [1], qui sont facturés en yen depuis la mi-2007, indique M. Talaei.

Les États-Unis ont imposé des sanctions contre les banques iraniennes et tentent de convaincre les gouvernements de mettre fin à  leurs relations commerciales avec Téhéran.

Alors que certains estiment que ces sanctions ont paralysé l’économie de l’Iran, le refus des institutions financières en Russie, en Chine et au Moyen-Orient d’appliquer ces mesures a apporté la preuve que ces efforts étaient vains.

Le commerce international de l’Iran devrait dépasser 65 milliards de dollars annuellement et certaines banques étrangères qui avaient gelé les avoirs iraniens ont depuis lors restitué ces dépôts.


Publié le 12 juin, 2008 dans Monde.

Laissez un commentaire